AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 anywhere but here. (blumes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: anywhere but here. (blumes) Mar 16 Oct 2018 - 16:27


James & Blue

anywhere but here.


Les feuilles ont troquées leurs couleur verte pour de jolies couleurs orangées-rougeâtres. Le ciel est d'un bleu éclatant et le soleil est lui aussi au rendez-vous. Il n'est pas aussi fort ni agressif qu'en été, mais cela suffit pour donner du baume au cœur à certaines personnes. C'est un temps estival ou il fait bon d'être à l'extérieur même vêtu d'une petite laine pour ne pas non plus mourir de froid. Il ne doit pas faire plus d'une dizaine de degrés mais ça n'empêche que ce temps est juste merveilleux. Contrairement au reste du monde, elle ne supporte pas l'été. Les jours paraissent éternels, beaucoup trop longs, et dangereux. Elle préfère la nuit, l'obscurité dans laquelle elle peut se fondre sans aucun soucis. Une nuit qui arrive bien plus vite que d'habitude. Le temps passe, défile, il est 18h quand elle regarde le cadran de sa montre. En cette fin de journée, elle a promit à son patron qu'elle resterait un peu plus tard pour arranger la salle et nettoyer les tables. Les heures supplémentaires lui permet d'avoir un plus gros salaire et donc lui permet beaucoup plus de choses. Elle n'a pas envie de se priver de manger Blue, et ce même si désormais, elle n'est plus seule à ramener des sous au sein du foyer. Oui, un jeune homme s'était joint à elle après que ses deux autres colocataires ont abandonnés le navire. Celui la, il s'appelle Link, et Blue est persuadée qu'il ne l'abandonnerait pas, parce que ils se ressemblent, ils sont quasiment similaires. Parce qu'ils prennent soin de l'un et de l'autre et qu'ils se serrent les coudes. Alors il l'aide, à payer quelques factures, à remplir le frigo quand ça devient urgent de le faire, et la blondinette apprécie grandement son soutien.

Elle avait profité de l'absence de son patron pour sortir de la poche de son tablier son téléphone portable afin d'avertir le fameux garçon du fait qu'elle rentrerait plus tard ce soir chez eux. Il ne lui avait pas répondu, lui aussi devait certainement être au travail et qui sait, peut-être même que lui aussi rentrerait tard ce soir. A croire qu'ils fuient leur appartement commun. En même temps, ce taudis va finir par les rendre fous un jour. D'abord il y a les voisins qui sont extrêmement bruyants, puis il y a ses problèmes de tuyauteries et maintenant ses petites souris qui se baladent de temps en temps au sein du foyer. C'est à en perdre la tête, mais Blue a bien de trop faibles revenus pour se permettre un luxe. Elle pourrait bien piocher dans l'argent de l'héritage familial mais elle s'était juré de ne pas le faire, parce que cet argent n'est pas le sien, il appartient à ses parents, sa famille et elle s'est juré d'en faire bon usage, en commençant par donner une partie à son frère et sa soeur et faire son maximum pour qu'ils ne manquent tout deux de rien, quitte à s'en priver de son côté.

Enfin. Il est 18h, Blue est encore en tablier, un torchon dans les mains. Comme Cendrillon, elle s'applique à nettoyer toutes les tables du café afin que ses dernières brilles de milles feu. Elle ne fait pas attention au monde qui l'entoure, à ses hommes et ses femmes qui rentrent du travail, qui partent certainement retrouver leurs semblables. Elle ne se concentre par sur la ville qui s'éteint peu à peu, ni à ce ciel bleu qui s'obscurcit de plus en plus jusqu'à devenir noir. Elle a oublié que le soleil s'en était allé et qu'il avait laissé place à l'astre lunaire. Elle se contentait de nettoyer, toujours nettoyer, venant parfois se frotter le front à l'aide de la paume de sa main libre. Elle espérait sérieusement que son travail et ses heures supplémentaires seront récompensées par un revenu honorable qui lui permettrait peut-être de faire un petit cadeau à Link pour le remercier d'être la tout simplement.

@James L. Quatermain    

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mar 16 Oct 2018 - 19:21

Anywhere but here
C’ est fou comment la vie pouvait reprendre son cours normal rapidement. Après avoir vécu quelque chose de marquant, dont vous êtes sûr de voir votre existence à jamais touchée, les choses semblaient reprendre peu à peu leur court. Je savais que je pouvais compter sur Sébastian pour couvrir mes arrières. Mais après cette folle nuit où avec une fille, j’ai volé une voiture et foncer comme un malade en ville, GameCity semblait avoir déjà oublié ce moment. Moi non, mais je fis comme si rien ne s’était passé. Un bon vieux souvenir semblable à ceux qu’on avait en sortant d’un parc d’attractions. Car, je savais que jamais plus, je ne reverrais pas la Fleure Blue. À mon grand désarroi. Du moins, ce fut ce que je croyais jusqu’à ce jour.

En ce moment, c’était un peu la folie. Dans quelques jours, je devrais déjà repartir en voyage pour préparer la suite de mes aventures. Le dernier livre ayant eu un si gros succès, que déjà, partout, on exigeait la suite. Pendant que mon éditeur préparait mon voyage, moi, je sortais tout juste d’un plateau de télé où j’avais accepté de répondre à quelques questions pour annoncer ce moment tant attendu par mes fans. Pendant toute l’émission, je souriais, je faisais mon chow… Je faisais honneur de roi de la fête et tout le monde était emballé. Mais en réalité, j’eus l’impression que je ne faisais que de la poudre aux yeux. Ce n’était ni le stress ou l’excitation de partir vivre encore l’aventure, ce fut quelque chose s’approchant de la peur. La perte, ou le doute. Je n’en savais rien. Et ne voulant faire quoi que ce soit comme bêtise, je sortais me détendre un peu, avant de revenir chez moi.

GameCity proposait de nombreux endroits sympas où se relaxer. Je fus bien tenté par un bar ou bien un café. L’automne tombait déjà. Quelle belle saison. À la fois triste et merveilleuse. Saison de la mort où les plantes se meurent pour renaître. Mais le faisaient en beauté avec toutes ces couleurs. Malheureusement, je risquais de ne pouvoir profiter du spectacle. J’ignorais combien de temps allait durer mon expédition, sans doute ne rentrerais que pour voir tomber les premières neiges. Autant en profiter alors, à la terrasse d’un de ces cafés tant qu’il était encore temps.

Mon téléphone se mit à vibrer. Le sortant de ma poche, je pensais tomber sur Sebastian, qui voudrait me harceler en me parlant de ce nouveau contrat et que je ne devais pas oublier tel rendez-vous blablabla… Mais ce ne fut point le nom de ce renard d’éditeur qui figurait dessus. Non, c’était un prénom que je connaissais que trop bien. Un fantôme venant me hanter, dont rien que l’apparition de son nom, suffisait à me donner des sueurs froides. Pendant des secondes qui furent pour moi, une éternité, j’hésitais à décrocher, à la fois curieux de savoir ce que cette personne me voulait, et aussi, en colère contre elle.

"Qu’est-ce qu’elle me veut ? Elle attendra, comme elle sait le faire faire aux autres."

Et finalement, je refusais l’appel. Car j’eus peur qu’à la fin, j’en finisse par en souffrir. Hurler de colère, en vouloir à tout le monde et devenir un vrai monstre. Ainsi, je continuais ma marche, jusqu’à ce que mes yeux, furent attiré par quelques choses d’autres qui me provoquait tout aussi bien de la surprise, mais aucun sentiment négatif.

"Non ce n’est pas vrai ?!"

Derrière la vitre, apparaissant aussi rapidement tel un miracle après une catastrophe, je reconnue cette Rose bleue qui nettoyer l’établissement. La ville était immense, comptant des milliers d’âmes. Et pourtant, le destin semblait nous avoir réunis. Et croyez-moi, je ne comptais pas cracher sur cette occasion. Pousser par mon instinct, je franchissais le seuil de ce bar pour m’approcher de la jeune femme et m’assuré de son identité. Aucun doute possible, c’était bien elle. Ma complice dans le crime, celle qui me poussa à commettre de nombreux délits amusants.

"Regardez donc sur qui je tombe. On en fais des rencontres intéressantes dans cette ville dites-moi."

Tout ce que j’eus éprouvé lors de cette soirée de rencontre me revenait. Mes doutes, mes joies, mes craintes… Et l’excitation. Si les flics ne nous étaient pas tombés dessus, qui sait jusqu’où, nous y seront aller. Elle me paraissait légèrement différente par rapport à la dernière fois. Mais c’était bien elle, je reconnaissais cette énergie qui véhiculait en Blue, sa force, ses gestes, son regard, son charme… Et si elle m’avait oublié ? Et si elle préférait justement m’oublier et faire comme si rien ne s’était passer ? J’en mourrais, mais pas avant, de profiter de ces retrouvailles.


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mer 17 Oct 2018 - 10:25


James & Blue

anywhere but here.


Les tables sont lustrées une par une alors qu'à l'extérieur, le carillon résonne en ville. Cendrillon s'en ira avant minuit ce soir, complètement exténuée, les genoux écorchés, le cœur à vif, les cernes aux yeux. Elle s'était mise à maudire tout ses gamins qui avaient pût sauter sur les banquettes, qui avaient écrasé leurs chewing-gum sous les tables, qui, par mégarde avaient jeté leur soda sur le sol. Elle s'était mise à maudire ses parents irresponsables qui se contentaient de répondre "Ne t'inquiète pas la dame va nettoyer.", sauf que la dame, elle a autre chose à faire de sa vie que de nettoyer ses cochonneries. Un peu d'huile de coude avait suffit pour remettre en ordre la salle et c'est fièrement qu'elle observait son travail après avoir tout astiquer du sol au plafond. Il ne lui restait plus qu'à éteindre les lumières une par une et à retirer son tablier pour retrouver son appartement adoré ou elle s'affalerait certainement sur le canapé pour s'endormir une heure, deux heures, peut-être la nuit entière qui sait. Peut-être que Link aurait l'amabilité de lui déposer sur le corps un plaid qui empêcherait son corps de mourir de froid. Elle pensait déjà au chocolat chaud qu'elle pourrait se faire histoire de l'aider à supporter les fraîches températures d'automne. C'était ça qu'elle aimait en l'automne. Une saison presque similaire à l'Hiver bien que la nature persistait encore. Les températures fraîches lui donner l'envie de chocolat chaud, de boissons chaudes, de plats chauds mais l'heure n'était pas à la rêverie, et alors qu'elle s'apprêtait à fermer boutique, la sonnette de la porte d'entrée du café vint doucement teinter, signe qu'un client était présent dans ses lieux.

«On est fer-..» Elle n'aurait pas le temps d'en dire d'avantage qu'à peine ses yeux levés vers le fameux client, celui ci lui ôta tout mot de la bouche. Bien sûr qu'elle l'avait reconnu, comment ne pas le reconnaître. La surprise fût de taille, elle ne s'attendait pas à voir ce garçon pénétrer dans son café à une heure aussi tardive. Lui aussi semblait agréablement surprit de la revoir, autrement qu'en boite de nuit, enivrée ou derrière les barreaux d'une prison. Des souvenirs lui revint alors en tête, ceux de cette nuit ou ils avaient filés tout les deux à l'anglaise au volant d'une voiture volée. Elle n'avait pas oublié ses éclats de rire, le vent lui fouettant le visage, cette sensation pure de liberté qu'elle aimait tant. Elle n'avait pas non plus oublié les lèvres de James sur les siennes, et cette passion qui avait dévoré leurs âmes et leurs corps respectifs. Une passion, une flamme éteinte par l'arrivée des forces de l'ordre qu'elle avait craint. Elle se voyait déjà repartir dans son couvent avec ses bonnes sœurs qui lui auraient certainement fait la morale. Mais il était encore trop tôt pour partir, elle avait encore tant à faire à Game City, comme grandir par exemple. «Qu'est-ce que tu fais la? Je te croyais sous les feux des projecteurs ou entouré par de jolies demoiselles qui espéreraient un autographe de ta part.» lui avait-elle simplement dit en lâchant son torchon, honteuse de se présenter à lui dans un accoutrement pareil. Ah c'est sûr on est loin de la Blue en short et en débardeur, drôlement bien coiffé et maquillé pour l'occasion. Non pas qu'elle avait habitude de ce maquiller à outrance, en général, Blue est une jeune femme naturelle, mais après avoir astiqué une salle toute entière, difficile d'avoir un certain sex-appeal. «Je peux te proposer quelque chose à boire?» Alors oui, le café était fermé techniquement, mais le patron n'étant pas présent et Blue demeurant la seule employée des lieux, elle pouvait bien se permettre cette exception la, et ce n'est certainement pas James qui l'embêterais, bien au contraire et même si elle venait de tout nettoyer, ce n'est pas non plus un verre ou une tasse de plus à laver qui la tuerait, après tout, elle avait prévenu Link qu'elle rentrerait tard, alors autant donner une raison juste à ce retard qu'elle aurait ce soir.

@James L. Quatermain    

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Dim 21 Oct 2018 - 10:34

Anywhere but here
Non, elle ne m’avait pas oublié. Je le voyais à son regard, sa bouche bien grande ouverte par la surprise. Son expression de surprise qui m’amusait bien. L’alcool n’avait pas effacé sa mémoire, on dirait. Tant mieux, car je me sentirais si désolé si je fus le seul à me souvenir de cette folle soirée. Jamais je n’avais connu un moment aussi intense avec une fille. La seule avec qui, l’adrénaline fut si haute, c’était avec Goodwin. Les autres, et bien inutile de vous en faire un dessin. Alors qu’avec Blue, c’était si libérateur, une drogue qui donnait le sentiment d’être enfin soi-même, de ne plus jouer un rôle, de devoir se coller à l’image d’un personnage imposé. À cet instant, je me rendais compte de tout cela rien qu’en la regardant. Même déguisé en Cendrillon ne me dérangeait pas, elle restait cette jeune femme incroyable de l’autre soir.

"Les projecteurs, j’en sors justement. Et les filles sont toutes dehors à m’attendre en poussant des cris hystériques."

Je fis mine de tendre l’oreille comme si des hurlements de fan complément fou, résonnait à l’extérieur, histoire de taquiner un peu la rose bleue. Je cherchais peut-être la rendre jalouse. En tout cas, je ne pouvais m’empêcher de rire en revenant vers elle, à la fois amusé par la situation et heureux de la revoir.

En réalité, je ne savais rien d’elle. Cette fille était un grand mystère pour moi. Et je pense que c’était ce qui m’attirait aussi chez elle. Je rêvais de la découvrir, de savoir qu’elle secret elle cachait en elle. Un trésor des plus précieux, à l’abri dans un temple exotique et attirant. Houlà, je ferais mieux de me calmer non ?

La jeune serveuse vint me proposer à boire. Ce ne serait pas de refus, je ne disais jamais non pour boire un coup avec quelqu’un. Comme avec ce flic avec qui, j’adorais me lancer dans des compétitions de beuverie. Il s’appelait comment déjà ? Bah, j’allais bien boire quelque chose avec elle. Et je répondais à sa demande, en exécutant une petite révérence à peine caricaturale, me prenant pour un pseudo mousquetaire exprimant son amour courtois à une belle dame de la cour de Louis XIII.

"J’aimerais bien une Rose bleue."

Mais calme toi mon petit James, tu vas faire peur à cette Lady. Il était vrai que ma phrase pouvait avoir un double sens, pourtant, il fut vrai que je désirais juste être avec elle. Profiter encore de sa présence, délirer comme l’autre jour. Apprendre à la connaître, me rapprocher d’elle et qui sait, peut-être ressentir encore le goût de ses lèvres sur les miennes. Je ne dirais pas non à une telle occasion. Son parfum avait quelque chose de magique, et son contact m’engourdissait. Comment ce faisait-il qu’une fille si incroyable qu’elle, est put mal finir en tombant sur ma route ? Ok, je me ventais beaucoup, mais il m’arrivait au final, de constater que je n’étais pas toujours un chouette type. Et justement, elle ressemblait à une Cendrillons, mais elle avait un petit quelque chose de féerique, alors que moi, je n’étais qu’un descendant d’un noble déchu, qui vécut presque comme un mercenaire. Mais laissons de côté ces impressions négatives, sinon cette visite serait un véritable échec.

"Plus sérieusement, fais-moi découvrir la spécialité de la maison, qu’est-ce que vous avez de mieux."

Que ce soit alcoolisé ou non, cela ne me dérangeait pas. En réalité, j’étais même prêt à renouveler l’expérience, revivre cette nuit d’ivresse et avec un peu de chance, éviter la police. Nous verrons donc où cette nouvelle rencontre nous mènera. Je pris donc place au bar, et regardai Blue à l’œuvre. Que cette fille m’avait manquée, je en croyais vraiment pas, la revoir un jour. Cette ville était immense, comptant des milliers d’âmes. En plus, avec mon emploi du temps chargé, j’eus moins de temps à la retrouver. Et Sebastian… Comme il ne semblait déjà ne pas porter dans son cœur la jeune femme, il n’aurait rien fait pour m’aider dans cette entreprise.

Me sentant si bien, j’en venais à oublier le sort funeste qui nous attendait. C’est-à-dire notre séparation. Car dans très bientôt, je devrais repartir pour un long voyage et je ne serais quand je rentrerais. Le moment présent me fit oublier ceci, mais quand cela me tombera dessus, me rappelant à l’ordre, je ne serais si je le supporterais…


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mar 6 Nov 2018 - 11:53


James & Blue

anywhere but here.


Elle n'aurait pas pût oublier cette soirée. Au départ, il était simplement question de suivre son petit groupe d'amis histoire de passer une bonne soirée, mais la soirée ne s'était pas vraiment passée comme prévue. Caleb en avait fait des tonnes, comme à ses habitudes, si Sandy avait été la à ce moment précis de la soirée, elle l'aurait certainement quittée,mais cette idiote et bien trop naïve pour penser que son pseudo petit ami soit quelqu'un de peu fréquentable. James avait surgit de l'ombre, endossant le rôle du super héros à la perfection, heureusement d'ailleurs qu'il avait été la car les bras gringalets de la pauvre Blue aurait certainement finis par céder à la brutalité de cet homme peu scrupuleux. Non seulement il l'avait extirpé de son mauvais sort mais en plus, le pauvre avait dû endosser également le rôle de l'énamouré petit ami. Un petit ami fictif qu'elle s'était inventé histoire de jouer un peu sur les nerfs de son ex petit ami et peut-être aussi pour avoir la paix durant le restant de la soirée. Blue et son samaritain avaient finis dehors, et après quelques échanges, c'était au volant d'une belle décapotable qu'ils fuyaient la ville. C'était un pari risqué, complètement fou, mais qui ne l'est pas aujourd'hui, et rares sont les amis de la belle qui sont totalement saints d'esprit. Cette virée et escapade nocturne s'était terminée au poste de police et encore une fois James avait joué son rôle à la perfection. Elle quittait les lieux, seule, le corps sous la pluie, la tête dans les étoiles. Cette soirée l'avait marquée quelque part, et jamais elle n'aurait crû revoir l'anglais par la suite. Il avait gardé ses bonnes paroles et sa politesse digne d'une cour ancienne, les mêmes paroles qui la faisait grincer des dents. On se serait vraiment crû dans le conte de Cendrillon, avec la souillon et le prince, gracieux, poli, courtois.

Un prince convoité par des bien des demoiselles de la cour, il paraîtrait même que des fan complètement hystériques sont à l'extérieur et hurlent son nom jusqu’à s'en déchirer les cordes vocales. «Je ne te crois pas.» Elle croisait les bras, le toisant des pieds à la tête en soupirant par la suite. Elle? Jalouse? Certainement pas. Elle ne l'a jamais été avec ses anciens petits amis alors pourquoi le serait-elle avec son fictif petit ami actuel et puis aucun son de pucelles affamées ne se faisait entendre, alors elle en conclut qu'il s'amusait juste d'elle. Elle ne prit pas la peine de frotter ses mains à son tablier quand il se rapprocha, elle n'était pas comme ça Blue. Blue est le genre de fille spontanée qui n'a pas peur de se mouiller un peu pour obtenir ce qu'elle veut, alors ce n'est certainement pour de gros muscles et une gueule d'amour qu'elle s'apprêterait comme le ferait la dîtes Cendrillon dans son conte. Après tout, rien ne vaut l'amour propre, et puis, elle n'a jamais aimé ce dessin animé. "Les filles, si vous voulez séduire un homme il vous suffit de porter une belle robe hors de prix, une paire d'escarpins en verre et de ressembler à une poupée barbie propre comme un sous neuf." Non mais sérieusement? Parce que Cendrillon n'est pas jolie de nature avec sa simplicité qui fait son charme naturel? Non, il faut rajouter des petits trucs qui feront qu'elle aura l'air d'une princesse alors qu'elle est l'esclave même de sa belle mère. Jolies les valeurs apprises aux gamines. Mais, nous nous éloignons du sujet principal qu'est James. Le prince charmant. Il courbe l'échine, offre une courbette gracieuse et lui avoue la désirer elle, voilà qui suffit à la faire sourire doucement. «Je n'ais pas ça en boutique.» lui répondit-elle. Elle savait qu'il plaisantait, un peu d'humour ne fait pas de mal, d'ailleurs, il se reprit bien vite en venant s'installer au bar pour lui demander ce qu'elle avait de meilleur ici, l'espèce de spécialité de la maison. En temps normal, dans un café, on ne sert que du "café", mais le propriétaire des lieux à juger bon d'ajouter quelques cocktails alcoolisés, et quelques bières pour fidéliser sa clientèle et en apporter une nouvelle. Celle des ivrognes. Une clientèle détestable que Blue se serait bien passé de servir, elle n'avait d'ailleurs pas comprit pourquoi son patron ne gardait simplement pas le principe du "café" ou alors un café avec une pointe d'alcool, beaucoup de pays font ça, Blue également, mais il faut croire que ce n'est pas si tendance que ça. «Excuse moi par avance mais je ne te servirais certainement pas la spécialité de la maison ou tu risques de salir le sol que je viens d'astiquer.» Avec du vomi bien sûr. En revanche, elle pourrait lui servir quelque chose de complètement original qu'elle a l'habitude de boire et qui passe plutôt bien.«Par contre.. je peux te servir ça sans soucis.» Elle s'attelait aussitôt à la tache. Blue n'était pas barman ou celle qui se trouve derrière le comptoir, elle s'amusait juste à servir les clients, mais il arrivait parfois que, voyant le barman débordé, elle devait le rejoindre pour préparer elle même quelques trucs histoire que tous les clients soient servis rapidement. Alors elle connaissait la maison, les machines, l'endroit ou sont disposé les tasses etc et au bout de cinq petites minutes, elle servait un délicieux Irish Coffee à son visiteur de ce soir. Un café plutôt généreux, gourmand ET alcoolisé, avec une pointe de chantilly sur le dessus pour les plus gourmands. «On appelles ça un Irish Coffee mais je suis persuadée qu'une star aussi mondiale que toi convoitée par énormément de femmes doit connaître ça.» Bon ok, elle le cherchait, mais c'était lui qui avait commencé avec toutes ses filles qui soit disant se trouvaient dehors à hurler son prénom comme des mouettes folles, l'occasion était trop bonne pour la laisser filer entre ses doigts et il faut dire que l'humeur taquine et joueuse de Blue n'est pas prête à s'arrêter, elle est prête à s'abattre sur n'importe qui et surtout sur James.
@James L. Quatermain    

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Sam 10 Nov 2018 - 8:37

Anywhere but here
Très franchement, elle avait tout pour plaire. De l’humour, un franc parler, du caractère… Je ne savais pas trop pourquoi, mais j’aurais bien aimé la voir avec moi, vivre une de mes fameuses aventures. Repousser les trafiquants d’antiquités à coup de sarcasme, voler un tank et rouler avec à travers la jungle… Mais ne nous emballons pas, mon enthousiasme me fit voir des choses, qui ne risquaient de ne jamais arriver. Et vue que je suis encore sous l’effet de ma rupture, j’ignorais si je pouvais envisager une nouvelle relation sérieuse. Oublions donc un instant tout cela, les histoires d’amour ou les folles passions dans des environnements hostiles, et concentrons-nous sur le moment présent. J’avais quelques heures à tuer, et je comptais bien les passer ici.

"C’est la première fois qu’on me dit ça dans un resto ou un bar. Dois-je laisser une mauvaise note sur le site ?" Plaisantais-je.

Au lieu d’avoir quelque chose de particulier, je reçu un Irish Coffee. Et j’ignorais si je devais prendre à la rigolade sa description de la boisson ou non. Comme pourrait laisser croire les clichés, je connaissais différents Pub. On nous y servait de nombreuses boissons typique et l’Irish coffee n’était pas inconnu. Et je parlais bien de ces bars se trouvant aussi bien dans mon monde, que dans celui-ci. Attrapant le verre, je le fis glisser jusqu’à moi.

"Cela à l’air délicieux. Ce sera une première pour moi, de redécouvrir une boisson déjà connu."

J’en oubliais presque la vie stressante grâce à ce petit break. Cela démontrait bien que ma vie ne se résumait pas qu’aux strasses et aux paillettes, les plateaux télés, les livres et les aventures dignes d’Indiana Jones. Il était souvent agréable entre tout cela, de passer un petit moment bienfaisant, où on pouvait se poser et profiter du cadre reposant. On reprenait son souffle pour replonger en réalité. Mais la vie de Blue, elle était comment ? Car jusqu’à présent, je ne connaissais que deux facettes du personnage, mais j’étais prêt à parier que la belle rose bleue, cachait une vie bien fantasque. Ne disant mot pendant quelques secondes, j’admirais la décoration de l’endroit qui me paraissait des plus rustiques. Si vous me lisez, vous comprendriez que j’avais souvent l’habitude de manger dans des endroits peu reluisants.

"Alors, c’est ici que tu travails. Charmant. Tu es donc ici quand tu ne voles pas des voitures."

Chaque seconde qui passait, cette fille m’intriguait, plus que les autres. Chaque femme qu’on voyait m’entourait de ses bras sur les photos ou à la télé, était si superficielle. Disons que l’intérêt ne dépassait jamais la soirée où nous ne cherchions pas à en savoir trop sur l’autre, laissant le fantasme parlait à notre place. Mais Blue… Blue n’était pas comme les autres. Elle attisait ma curiosité. Car j’avais compris qu’elle n’était pas une fille superficielle, gardant bien des surprises en elle. Elle avait un côté modeste qui la rendait craquante, et une partie aussi très extravertie qui la rendait en même temps attirante. Et comme notre dernière soirée ensemble fut si brutalement interrompue, je voulais rattraper le coup en découvrant ce que j’aurais pus louper. Et justement…

"J’espère que tu n’as pas eus trop de problème depuis la dernière fois. D’après mon agent et éditeur, l’affaire fut étouffée. Mais j’avais un peu peur quand même pour toi, je te l’avoue."

Après le « flirt » et le sarcasme, voici la séquence émotion. Bon, je faisais suffisamment confiance en Sébastian pour arranger les choses. Toutefois, je redoutais vraiment des possibles conséquences de notre folie. Mais sans vouloir paraître méchant, Blue avait l’avantage d’être une anonyme, une fille qu’on pouvait vite oublier auprès du publique. Alors que pour moi, les retombées se feront plus violente. Ce n’était pas une critique, au contraire, je cherchais là à être rassurant. Blue avait cet avantage qui la protégeait un peu. Et visiblement, elle n’eut aucune conséquence qui soit retombée sur elle. Fort heureusement.

En tout cas, même si je ne regrettais pas ce moment où nous fûmes hors-la-loi, je doutais fort qu’une telle expérience puisse se renouveler. Déjà, nous étions alcoolisés, ivre dans un moment festif, et nous nous rencontrions tout juste. Mais une fois de plus, je devais m’imaginais des choses. Il suffirait que j’arrive à me calmer un peu.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Jeu 29 Nov 2018 - 11:22


James & Blue

anywhere but here.


La spécialité des lieux n'existait pas aux yeux de Blue. Ce n'était qu'un mélange de plusieurs arômes dont l'une était l'alcool, de quoi dégoûter la plupart des clients. Fort heureusement, la jeune femme et son ami barman prenaient bien souvent les rennes du café et il était hors de question pour eux que de se servir n'importe quoi aux clients. A défaut de leur satisfaction, c'était leur santé physique qui était en jeu, leur bien être et peut-être aussi la réputation du café et le travail de ceux qui faisaient en sorte que tout se passe bien. Blue ne pouvait pas se permettre d'être au chômage, elle avait besoin grandement de ce travail pour subvenir à ses besoins et éviter ainsi de retourner à sa précédente famille d'accueil qui avait été ses charmantes et douces femmes d'église. Elle avait besoin de ce travail autant qu'elle avait besoin de Game City pour se cacher, se faire oublier de toute civilisation, dans l'espoir qu'un jour elle aurait l'immense chance de retrouver son frère et sa sœur, qu'elle a été forcée d'abandonner malgré elle par le passé. Alors, ce soir encore, elle servirait non pas la spécialité de la maison à James, mais bien un Irish Coffee. Un café à base d'alcool connu par pas mal de monde, et encore plus par les british. L'homme semblait plutôt surprit d'ailleurs que la serveuse du café lui déconseille fortement la spécialité de la maison, et au vu de ce qu'elle venait de dire, il se demanda même si il se devait, en tant que bon citoyen, noté sur un site internet cet endroit comme néfaste et dangereux. «Tu es libre de tes choix, je ne te dirais rien.» Parce qu'elle savait qu'il ne serait pas capable de faire ça, parce qu'elle était la, parce qu'il avait envie de la revoir et de passer du bon temps avec elle, parce qu'il savait à quel point son métier était important et que cela pouvait lui porter préjudice à elle. Et puis, au vu de l'intonation de sa voix, elle se doutait également que cela n'était qu'une nouvelle boutade de sa part.

Après plusieurs minutes de préparation, elle lui fit glisser le Irish coffee conseillé et à l’œil nu, cela sembla plaire au bel Anglais face à elle. Elle le laisserait savourer son verre pendant qu'elle nettoyait quelques uns de propre posés sur le comptoir. Il fallait que l'endroit soit scintillant de milles feu quand elle le quitterait, parce que contrairement à la carte des lieux qui n'était pas le fort du grand patron, la propreté en revanche était essentielle au sein de son établissement. Il fallait que tout brille avant de fermer les lumières et de tourner les clefs pour clore l'endroit. James profita de ce moment pour analyser les lieux, peut-être pour comparer la Blue travailleuse et sérieuse et celle qu'il avait vu plus tôt, dans cette boite de nuit, complètement ivre et dont il avait eu la chance d'embrasser jusqu'à en perdre haleine. «Ouais c'est bien ici. Enfin, c'est provisoire. J'aspire à quelque chose de plus grand pour mon avenir, je ne veux pas finir serveuse toute ma vie.» Comme n'importe qui, elle avait de grands rêves qui auraient besoin de temps pour être réalisés. Pour le moment, elle se contentait de vivre sa vie, l'esprit libre et loin de regretter ses agissements. Elle n'avait pas regrettée cette soirée la, ses baisers, les mains de James sur elle, elle aurait même voulu plus d'ailleurs si seulement les forces de l'ordre n'auraient pas été la. C'est ainsi qu'elle vit Blue, elle fait des erreurs mais sera la première à les assumer.

Elle soufflait quand il lui avoua s'être inquiété pour elle. C'était tellement adorable et en même temps, cela lui rappelait le monde qui la séparait de James. Il vivait de strass et de paillettes, il était connu, célèbre, adulé par bien nombre de femmes et même d'hommes à tout les coups. N'importe qui le reconnaissait dans la rue et il pouvait faire pleuvoir du ciel tout un tas de billets vert contrairement à elle. Leur vie n'était pas similaire mais différente et pour rien au monde elle ne voulait avoir celle de son compère masculin. Vivre avec un agent aussi ennuyant que le sien, qui contrôle tout vos faits et gestes, vos mouvements, vos paroles même. Un homme qui vous empêches de dire la vérité sur des chaines télévisées, qui contrôle jusqu'à vos relations, c'est perdre sa liberté, et Blue ne le supporterait certainement pas. Elle se souvient du regard de dégoût que lui avait porté ce "Sébastian" comme ci elle n'était qu'une petite dévergondée sans manières. Blue a eu une éducation irréprochable et elle ne pouvait pas s'empêcher de mépriser tous ceux qui osaient s'en prendre à cette dernière. Il ne faut pas oublier que sous ses apparences de fille fragile, et paumée se cache une héritière d'une grande forte dont elle n'a jamais fait part à personne. Une fortune que sa tante et son stupide petit ami convoitent encore aujourd'hui. Une fortune qui donnerait envie à bien du monde d'être son ami, une fortune qu'elle a gardé précieusement à l'abri et qu'elle s'est juré de ne pas utiliser, parce que dans la vie, il faut savoir se battre pour obtenir ce que l'on veut. «Ça ne m'étonnes pas que ton prétentieux éditeur a fait étouffer l'affaire, tu as une réputation à tenir et je doute que la presse aimerait te savoir aux côtés d'une pauvre fille paumée de la vie. La presse à scandale elle ne se serait pas gênée pour te descendre plus bas que terre.. Au final, tout s'arrange finalement, t'as gardé ta réputation et moi ma liberté.» Elle haussait les épaules avec une pointe de dégoût dans le regard. Oui elle était dégoûtée, dégoûtée que certains hommes et femmes pouvaient être autant couvés dans ce monde. L'argent, toujours l'argent.  A partir du moment ou tu as de l'argent, tu as du pouvoir, le pouvoir de faire tout oublier à tout le monde jusqu'à ton existence même. Elle n'imagine pas le nombre de célébrités qui ont pût faire du mal aux autres et qui en un claquement de doigts ont pût faire taire leurs faits et gestes. Des viols, des violences, du trafic même, le monde des strass et des paillettes est vraiment moche, et pour rien au monde Blue n'aimerait en faire partie, elle avait du mal d'ailleurs à comprendre pourquoi James cherchait à la revoir si ce n'est pour lui dire cette bonne nouvelle comme quoi sa réputation n'avait pas été salie par cette soirée magnifique que Blue n'oublierait pas de sitôt. «Mais j'ai du mal à comprendre Monsieur l'écrivain pourquoi vous êtes la alors? Ça serait risqué que vôtre précieux éditeur ou même la presse ne vous voit seul dans un bar censé être fermé avec une jeune femme avec laquelle vous avait volé une voiture il y a peu.» Et un nouveau sourire malin naquit sur ses lèvres alors qu'elle se penchait sur le comptoir. Elle ne changerait pas Blue, pour rien au monde. Elle resterait cette jeune femme avec un but bien précis dans la tête, qui n'a pas peur des hommes, qui n'a pas peur que quelqu'un la repousse, parce que ceux qui le font ne connaissent rien à la vie, parce qu'il faut en profiter de cette vie, avant qu'il ne soit trop tard, avant que les regrets se pointent, plus vite encore que les remords.

@James L. Quatermain    

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Sam 1 Déc 2018 - 9:39

Anywhere but here
On le sentait très bien, que Lady Blue avec son petit caractère. Sans doute ce que j’aimais le plus chez elle. Car un beau petit corps ne faisait pas tout. Les femmes qui avaient du répondant, ne se laissaient pas marcher sur les pieds et ne jouaient pas que les Jouvencelles en détresses étaient plutôt attirantes. Mais avant de succomber à toute forme de fantasme, consommons cette boisson que la belle rose bleue m’apporta. Le fameux Irish Coffee. Ha ! De quoi donné l’impression qu’on dégustait quelque chose de distingué, mais qui en réalité, avait de quoi vous faire rouler sous la table après quelques verres. Personnellement, j’étais habitué à bien plus fort pour chantonner sur la table et renverser n’importe quoi à coup de pied. Toutefois, évitons de finir ainsi maintenant, je m’en voudrais de faire désordre ici, pendant la fin de service de ma partenaire du crime. Dégustant donc la boisson, je l’écoutais sans perdre mot.

"Et qu’aspires tu de plus grand qu’ici ? Un bar plus large ?" Plaisantais-je.

Mais je voulais vraiment savoir ses rêves. Qu’est-ce qui la motivait, qu’est-ce qui ferait bondir son petit cœur hors de cette gorge délicate et envoûtante. De mon côté, je la verrais bien dans le mannequinat, ou la chanson, même si je ne l’ai jamais entendu chantée. Mais je supposais et je croyais même, que toutes les jolies plantes souhaitaient, et méritées même, d’être contemplées. La discussion vira sur le retour de notre folle soirée, et les raisons qui m’ont mené jusqu’à elle. Bon, ok, Sebastian était un crétin, ça, j’étais d’accord. Mais c’était tout de même un bon éditeur qui sut se montrer aussi comme un bon agent. Son travail était toujours de qualité, je ne demandais pas mieux. Mais j’eus tout de même le sentiment, que c’était surtout à moi qu’elle envoyait une pique. Me reprochait-elle ma réussite ? Que je n’avais pas choisi le même monde qu’elle ? Si seulement elle savait…

Posant mon verre sur le comptoir, je m’approchais de Blue pour l’attraper au niveau des épaules. Nos regards se croiser, mes yeux étant plongés dans ces deux petits lacs brillants comme des diamants. Nos fronts se touchant presque, quelques centimètres de plus, et ce seraient nos lèvres qui se rencontreraient. Mais je ne comptais pas l’embrasser, car j’avais besoin de ma bouche pour lui parler. Et aussi savoureuse que puisse être la sienne, il fallait résister à la tentation, le temps qu’il me fallait.

"Et… Où voudrais-tu que je sois en ce moment ?"

Déjà, personne n’était sensé être au courant pour le vol de voiture. Sébastian, exaspérant mais efficace, avait aussi lavé l’honneur de Dame Blue. En réalité, il n’avait rien contre elle, le problème, c’était moi. Pour la suite, contrairement à ce qu’elle pouvait penser, je ne cherchais pas spécialement la gloire et les strasses. Bon d’accord, être célèbre avait des côtés plaisants, je mentirais en disant que cela ne m’intéressait pas totalement. On recherchait tous de l’intention d’une manière ou d’une autre. Mais j’étais venu ici, sans groupe de groupies, sans paparazzis, sans équipe… Rien. J’avais fui tout cela, et j’étais venu retrouver Blue, sans hésiter, à la minute où je l’avais revu. Malheureusement, il fallait croire que la jeune serveuse, eut quelques préjugés à mon égard. Qu’étant membre de la jet star, je ne valais pas mieux que les autres. Sans doute était-ce un peu vrai, mais j’étais prêt à parier que pour arriver où j’en suis, J. K. Rowling ou Stephen King n’ont jamais affronter de momies et de dieux maléfiques atlantes, après être sortie de la misère. Quoi que pour King, j’ai quelques doutes encore…

"Mais si tu préfères que je m’en aille, tu n’as qu’un mot à dire et je disparaitrais. Cependant, j’ai bien peur que plus d’un cœur en souffrirait."

Elle voulait connaître la raison de ma venue ici, mais y’avait-il besoin d’un pourquoi ? J’avais tout simplement vue la belle rose ici, et sans plus réfléchir, comme d’habitude, je fus venu la retrouver. Sans plan derrière la tête, c’était une action de dernière minute. Un peu comme quand on passait devant une vitrine, on voyait quelque chose qui nous ferait plaisir, alors on se précipite pour acheter. Sauf que Blue n’était pas à vendre, elle était un plaisir des yeux qu’on pouvait déguster souvent. J’aimais être là, avec elle, lui parler, et voir si mes souvenirs étaient bons. Si l’alcool ne nous avait pas montrer une fausse Blue et un faux Quartermain. Mais pour moi, la boisson ne mentait jamais, elle dévoilait la nature de notre âme, bien plus qu’un artefact magique.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mar 11 Déc 2018 - 11:12


James & Blue

anywhere but here.


Et qu'aspire-tu de plus grand qu'ici?Une vie meilleure. Simplement. Son regard croise le sien, elle ne sait pas quoi lui répondre, parce qu'elle a pas envie de paraître nunuche, ce genre de filles super fragiles aux innombrables failles même si au fond, au plus profond d'elle même, elle l'est, ce genre de fille. Elle rêve d'être au centre du monde et que ce même monde écoute sa colère, sa rage, sa tristesse, juste une fois. Elle ne s'est jamais exprimée sur les événements de sa vie, la perte de ses parents, son passage de famille en famille, la séparation brutale d'elle et de ses cadets, la violence du mari de sa tante à son égard. Personne n'a jamais su qui était cette Blue la, parce que cette Blue la préfère rester muette, parce qu'elle a peur des représailles, peur que n'importe quel homme ou n'importe qu’elle femme utilise ses failles pour l'enfoncer encore plus bas que terre. Elle ne se voyait pas non plus dire à James qu'elle était artiste dans le fond, qu'elle aimait l'art, qu'elle aimait la danse et la musique, qu'elle rêvait de se représenter sur scène, d'être libre de ses mouvements et que son public en plus de l'applaudir, crie son nom jusqu'à s'en arracher les cordes vocales. Ce ne sont que des rêves. Ceux auxquels on pense quand on écoute de la musique, quand on récite les paroles du chanson.

Elle se contente de sourire bêtement en détournant les yeux sans lui apporter de réponses, parce qu'elle n'a pas de réponse précise à sa question, parce qu'elle même ne sait pas ce qu'elle veut de plus grand. Elle se contente pour l'instant d'essuyer les verres, de servir les clients et de serrer les dents quand certains se montrent impitoyables avec elle. Parce que malheureusement, dans ce bas monde, il faut savoir parfois faire face à n'importe qui, des gens bien comme mal intentionnés, des plus riches et des plus pauvres. James avait la chance, lui, de faire parti d'une classe sociale bien plus supérieure que la sienne, ou du moins d'apparence car n'oublions pas cette petite fortune dont Blue était l'héritière. Une petite bourgeoise camouflée à l'apparence d'une petite teigne volage et libre qui ne vit que de déboires et de folies. Contrairement à James à l'image impeccable, Blue avait choisi la modestie à l'extravagance, la pauvreté à la richesse et avait toujours mit un point d'honneur sur le fait qu'il faut travailler dur pour obtenir ce que l'on veut dans la vie, alors elle se battait jour après jour pour survivre dans ce monde, pour payer ses factures, pour profiter de sa vie comme la plupart des citoyens de Game City.

Tandis que James lui, couvé par son éditeur, se devait de garder une image propre de lui. Alors pourquoi se trouvait-il ici, avec une fille qui ne ferait que le tirer vers le fond plutôt que le haut? Elle n'ose à peine imaginer la tête de ce Sébastian à l'idée qu'il soit la, avec elle, au lieu de chercher à fréquenter de jolies petites bourgeoises aux milles et une parures de diamants. Elle sourit Blue, mais le perd vite ce sourire quand elle sent, quand elle voit, James s'approcher d'elle. Son corps se crispe alors qu'il pose ses deux mains sur ses épaules. Son cœur se retourne dans sa poitrine, tambourine, lui fait terriblement mal mais elle ne flanche pas, elle ne veut pas lui montrer qu'il pourrait être une faiblesse pour elle, une belle faiblesse. «J'sais pas. Avec la reine d'Angleterre ou une de ses petites profiteuses qui t'aiderais encore plus à conserver ta belle image médiatique.» Et elle avait pas envie au fond d'elle. Elle avait pas envie de voir une future couverture de magasine ou James y figurerait aux bras d'une de ses poupées refaites de la tête aux pieds, au corps presque parfait et aux dents d'un blanc éclatant, à la crinière soyeuse, brillante et sans aucune fourche. Le genre de poupée avec lesquelles elle avait l'habitude de se battre. Oui car Blue ne s'entend pas avec les femmes en général, elle les trouves toujours trop superficielles, à vouloir constamment aguicher la gente masculine, bien entendu ce n'est qu'une généralité, elle était parvenue à se faire quelques copines, des filles comme elle, qui pense avant tout à vivre plutôt que de pleurer sur un ongle cassé ou un vernis écaillé.

James reprit la parole. Ses mots lui noua la gorge. Un mot, un seul et unique mot suffisait pour qu'il s'en aille. Elle avait ce pouvoir la sur lui? Elle? Elle avait ce privilège de lui donner un ordre et qu'il obéit sur le champ. Quel privilège, mais à défaut d'être bienfaiteur pour tous, ce simple mot pourrait être la conséquence de bien des tourments, de bien du mal, à commencer par deux cœurs malheureux, douloureux, tristes. «Tu es en train d'insinuer que si tu viens à partir j'en souffrirais, c'est ça?» Demanda t-elle à voix basse en levant sa main fragile droite jusqu'au thorax de l'écrivain près d'elle. Sa paume de main se posa contre, son regard suivit ce geste anodin avant de se lever sur le sien, se perdant quelques secondes dans ce délicieux regard à proximité immédiate du sien. «Tu es prétentieux James.. et vantard.» un sourire discret en coin de bouche naquit. Qu'elle femme a déjà osé lui dire ça? Il est fort à parier qu'aucune ne l'avait fait. Les femmes ont certainement dû à s'arrêter à sa belle gueule d'ange, à son physique avantageux ET, sa fortune. Mesdames, ayez au moins l'audace d'avouer ce fait. James en plus d'être terriblement séduisant à la jolie fortune qui va avec, que demander de mieux? Pour Blue, ce n'est pas suffisant, il faut un homme qui sache la faire vibrer, qui lui donne envie de tomber amoureuse et ce n'est pas chose facile. Pourtant, elle est à deux doigts de tomber dans les bras de ce bel homme gentleman à ses côtés et ce n'est pas dans ses habitudes. Elle n'aime pas cette envie qui brûle en elle qui est de poser ses lèvres sur les siennes pour l'embrasser jusqu'à en perdre son souffle, elle n'aime pas ses palpitations au sein même de sa poitrine et le fait que les sentiments éprouvés à son égard lui donnerait presque envie de vomir tant son être tout entier est remué de l'intérieur. «Ne me fais pas croire que ton cœur souffrirait du manque de la présence de la petite anglaise fauchée qui sert des verres à des hommes malhonnêtes et à des femmes hautaines de Game City.» Femmes, bien matériel, tout et n'importe quoi, tout et n'importe qui. La magie de la célébrité, la magie de la richesse. James pouvait tout obtenir, absolument tout et il ne lui suffisait pas simplement de claquer des doigts mais juste à battre des cils, et peut-être aussi en un sourire. C'est comme ci le monde tout entier était à ses pieds, quand ce même monde, Blue lui court après.



@James L. Quatermain   keur  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mer 12 Déc 2018 - 8:56

Anywhere but here
Sérieusement, je ne serais trop décrire ce qui me plaisait chez Blue. C’était son côté sauvage, indomptable, qu’elle puisse me repousser, cherchant une excuse pour me voir partir. Autant l’avouer, j’aimais bien les filles oui, qui hurlaient en me voyant et s’accrochaient à moi comme des sangsues. Mais… Tout cela ne représentait pas grand-chose. Car apprendre à se connaître n’avait aucune importance dans ce genre de relation. C’était juste le plaisir de se voir, de contempler le corps de l’autre sans rien dire d’intelligent. Et à la longue, cela devenait vite ennuyant. Jadis, j’aurais pu avoir le véritable comportement d’un goujat, mais à présent, cela devenait peu à peu dérangeant de devoir considérer la gente féminine comme un objet. Et là, je voyais une vraie fille, une femme mystérieuse et comme si bien dit, « Sauvage ! »

Tristement, sa remarque sur les femmes nobles, pouvant servir de très bonne prétendante me fit un petit pincement au cœur.

"Ainsi, c’est comme ça que tu me voie ? D’un homme qui se soucie de son image ? Le gars qui dirait de suite « oui » à la première duchesse croisé ?"

J’étais moins attaché à mon image médiatique que Sebastian. Ce dernier voulait donner celle d’un homme courageux, un peu fou, mais presque parfait, pouvant faire fantasmer n’importe quelle femelle par son célibat et sa soi-disant « pureté ». Et sans doute que l’idée d’épouser une aristo le ferait sauter de joie. Mais ce n’était pas pour ça que j’avais choisis la vie d’écrivain. Ce que je cherchais, c’était la liberté. Vivre ma vie, poursuivre mon quotidien d’aventurier sans frontière. Je ne demandais rien de plus. Et pourtant, cette liberté n’était qu’illusoire. La richesse, la gloire n’étaient que des barreaux fait d’or, mais la cage restait petite.

Continuant d’écouter la petite fleur bleue, je voyais de mieux en mieux où elle voulait en venir. En réalité, la jeune femme faisait la même erreur que tout le monde. Car ce qu’elle voyait, c’était les strasses et les paillettes. Que nos mondes étaient si différents. Ha ! Si elle savait. Mais ce gouffre des classes, n’était qu’illusoire. Enlever les artifices, et on verra que nous n’étions pas si différents. Et peut-être, qu’il valait mieux que je lui révèle une partie de ma vie. Un passage si peu connu, même sur Wikipédia. Une information qui lui montrerait qu’elle se trompait lourdement à mon sujet.

"Tu sais… La gloire et la fortune… Tout ca est encore récent pour moi. Il y a encore peu, j’étais qu’un gars fauché. J’utilisais l’illustre nom de mon ancêtre pour gagner quelques livres ou dollars afin de tout dépenser aussi vite. Pour moi, ce qu’apporte la célébrité s’approche plus à la distraction. Mais je n’oublie pas mes origines."

Quand on parlait de « James Lee Quartermain », personne ne poussait des cris hystériques et m’acclamait. J’étais railler, moquer. Et quand on faisait appel à moi, c’était pour faire du boulot proche du mercenariat. Et l’argent gagné, finissait soit dans les jeux ou le Whisky. Alors oui, maintenant je vivais mieux. Toutefois, je ne pouvais pas oublier d’où je venais. Je côtoyais du gratin, mais je connaissais déjà les filles issues de conditions inférieures. Et j’étais bien plus attacher à elles qu’aux marquises et princesses.

"Mon cœur en tout cas… Je peux te l’assurer, ne le supporterait pas."

En réalité, quel que soit ma condition, j’étais rejeté. Soit on me trouvait repoussant, ou alors on voulait m’utiliser. Seule Goodwin avait su faire la différence… Jusqu’à ce que nos chemins se séparent. Pourquoi ? Car je refusais de faire ce qu’elle voulait, que quand mon opinion divergeait du sien, elle me laissa au bord du trottoir. Alors, pourquoi je me battais tant avec Blue ? Est-ce que cette folie l’autre soir m’avait vraiment faire voir quelque chose ? Quelque chose qui me donnerait de l’espoir ? Est-ce que je pourrais aimer à nouveau ?

Libérant la serveuse, je m’approchais du bar où j’aperçu une radio. Jouant avec les boutons, je tombais sur une musique plutôt calme, ressemblant à un slow. HA ! Que cela me rappelait de bons souvenirs. De ce monde des années trente, où je fréquentais les pubs, où cette vie à GameCity n’était même pas inimaginable.

"Au moins, m’accordes tu cette danse ? On dit qu’il n’y a rien de mieux pour apprendre à connaître quelqu’un." Proposais-je en lui tendant la main.


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mer 12 Déc 2018 - 10:18


James & Blue

anywhere but here.


Les hommes sont généralement de très beaux parleurs. Ils font entendre aux filles ce qu'elles veulent entendre. Ils savent les berner avec leurs mots, leurs gestes, leurs lèvres comme de vils tentateurs. Il n'est pas rare que Blue ne soit pas tombée dans le panneau, prenait par exemple "Caleb" son ex petit ami qui avait manqué d'abuser d'elle si James n'aurait pas volé à son secours juste à temps. Les hommes sont la pire espèce existante dans ce monde et encore aujourd'hui, l'orpheline ignorait si elle pouvait se permettre de boire les paroles de cet aristocrate anglais ou si au contraire, elle devait s'en méfier comme de la peste. Elle aimait pas spécialement qu'il lui retourne ses questions, parce qu'elle en avait pas les réponses spécifiques. Alors elle soufflait, las. Non elle ne voyait pas James comme un riche seigneur tenant à son bras une de ses pauvres greluches qui ne vit que pour les diamants et la notoriété que son potentiel futur époux peut lui apporter. Son statut, sa condition pourrait faire de lui cela, et c'est ça qui est effrayant en soit. «Je t'ais déjà dis de ne pas me faire dire ce que je n'ais pas dis.» lui répéta t-elle dans l'espoir que cette fois il garde cette information dans un coin de sa tête, précieusement. Elle n'a pas pour habitude de juger son monde, elle constate juste certaines choses et reste quelqu'un de plutôt logique. Elle connait les aristocrates comme des gens vivant simplement en communauté, qui ne se soucient que très peu de la classe moyenne et encore moins des plus pauvres, mais peut-être que James n'est pas ainsi.

Son regard d'un bleu océan se perdait dans le sien. Plus il était proche d'elle et plus elle ressentait l'envie qu'il plaque brutalement ses lèvres sur les siennes pour qui sait, la faire taire et lui prouver le contraire de ce qu'elle pouvait penser. C'était bien ce qu'il avait fait ce soir la quand ils s'abandonnaient dans les bras de l'un et de l'autre sans même se connaître. L'alcool avait été de la partie ce soir la, et elle aurait aimé qu'il le soit encore ce soir. James était un gentleman aux bonnes manières, digne justement d'un vrai aristocrate anglais, tout son contraire à elle malgré qu'elle soit justement issue d'un milieu semblable. Oui, ses parents avaient mit un point d'honneur à l'éducation de leurs enfants, ils vivaient aisément dans une superbe maison londonienne et il est sûr que si ils seraient vivants encore à l'heure actuelle, Blue n'aurait pas été cette fille sauvage d'aujourd'hui. A croire que le destin fait bien les choses. L'écrivain lui expliqua alors sa situation, sa vie miséreuse et misérable avant qu'il ne puisse enfin toucher du doigt l'étoile de la célébrité brillante aujourd'hui au dessus de sa tête. «On vient tous de quelque part, moi même je n'oublie pas mes origines James mais l'instant présent est beaucoup plus attrayant pour moi que ne peut l'être le passé ou l'avenir.» Elle ne voit pas l'avenir, elle n'a pas envie de se projeter parce que l'avenir est totalement incertain, et le passé est essentiellement composé d'erreurs qu'elle a, encore du mal aujourd'hui, à digérer complètement. Passer de famille en famille n'est pas aussi valorisant que toucher la fortune de quelqu'un pour profiter d'elle dans des déboires et des choses peu reluisantes. Aujourd'hui c'était presque dans les bras de James qu'elle se trouvait, et à défaut de rêver, comme toutes les filles d'une vie de luxe à ses côtés, elle avait choisi d'apprendre à connaître le vrai James, celui qui se cache en dehors des strass et des paillettes, celui qui la surprendrait comme il l'avait ce soir ou il avait volé impunément une voiture de luxe.

Ce soir encore, il la surprendrait et pas par un vol mais une danse. Les bras croisés contre sa poitrine, elle l'observait allumer ce poste de radio avant qu'une musique d'une douceur qu'elle n'aurait jamais s'était amusée à titiller ses tympans. Une douce musique, ravissante, raffinée, agréable qui peut faire méditer plus d'un sur le véritable sens de la vie. A sa grande surprise, l'anglais lui proposa sa main pour une danse improvisée. Qu'espérait-il sérieusement d'elle? Une valse? Un slow? Elle se mit à rire nerveusement en levant les yeux vers le plafond. «Je ne sais pas danser James.» Enfin, pas ce genre de danses la en tout cas. Elle avait vraiment l'impression d'être dans le conte de Cendrillon, ou la pauvre domestique habillée en souillon avait sût danser une seule fois avec le prince de ses rêves. James, en plus de ses manières délicates et sa façon de parler, jouerait à la perfection ce rôle princier , pour ce qui est de Cendrillon.. Non il était préférable de rien dire en fait. Elle reposa ses yeux sur les siens, et accepta finalement cette danse, parce que si elle refusait, dans tout les cas il serait capable de la forcer à le faire et c'est bien la dernière chose qu'elle souhaite. Elle priait juste pour que son responsable ou que n'importe qui d'autre ne passe pas devant le café à ce même moment et en même temps, s'en préoccupait-elle réellement? Avec une pointe d'hésitation, elle finit par attraper cette main chaude, contrastée avec la sienne froide comme la glace. «Ce sont les hommes qui sont censés guider les femmes alors ne me fait pas tomber ou je risque de t'en vouloir à vie.» Plaisanta t-elle en se rapprochant un peu plus de lui. Il lui semble que ses derniers souvenirs de danse remontent à l'époque ou elle n'était qu'une petite fille et que son père s'amusait à la faire valser en la faisant tournoyer telle une princesse pour faire voler les jupons de sa plus belle robe sous le regard conquis d'une mère de famille heureuse et fière de sa petite famille. Des souvenirs lointains qu'elle ne pourrait jamais oubliés, des souvenirs immortalisés, photographiés par sa mémoire, les seules qui lui restent de ses parents avant qu'ils ne perdent la vie dans ce terrible accident. C'est tout ce qu'elle veut Blue, garder en mémoire leurs sourires, leurs rires, leurs étreintes et douces paroles et cette danse qui lui avait fait tourner la tête mais jamais le cœur.


@James L. Quatermain   keur  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Lun 17 Déc 2018 - 18:16

Anywhere but here
Pour mon plus grand bonheur, Blue accepta cette danse. Mais bien que je pusse me réjouir de cette petite victoire, le fait de ne pas pouvoir la comprendre me turlupinait encore un peu. Soit, le plaisir était là, dans la découverte, réussir à dompter le caractère farouche de la demoiselle. Elle était si différente des autres filles que j’eus connu jusque-là. Malgré cela, elle avait ce côté « Oui, mais non ». Je sentais très bien qu’elle cherchait un prétexte pour mettre de la distance entre nous, que je parte pour l’oublier. Et en même temps, un désir que je reste. Vous dite que je suis un égoïste et que je prenais mes désirs pour des réalités ? Si vraiment elle ne voulait pas de ma présence ici, la belle Bleue m’aurait déjà demandé de me tirer. J’eus donner plus d’une fois l’occasion de me faire partir, et à chaque fois, sa décision fut unanime.

"Ne t’en fais pas alors, je vais t’apprendre."

Attrapant délicatement ses mains, je me mis à lui sourire, nous préparant pour la petite danse qui nous attendait.

"Si tu tombes… Je te rattraperais sans hésité."

Et ainsi nous venions à danse. Plus rien à voir avec la musique de nightclub, c’était quelque chose de plus tranquille, de plus calme. Un poil romantique. Les pas étaient lents, et comme sous-entendu, je la guidais dans une chorégraphie quelque peu improvisée. Mon regard ne quitta pas un seul instant celui de la serveuse. J’eus l’envie de m’y noyer, deux petits lacs d’un bleu caspien d’où je pourrais y nager. La présence de la jeune femme me devenait presque indispensable. Eprouvais-je de l’amour ? Il fallait avouer que Blue n’était pas mal dans son genre, je ne disais pas non pour la regarder. C’était vraiment à croire qu’en elle, j’eus trouvé quelque chose. Bien mieux qu’une idole en or, ou un collier de turquoise et de diamant, en Blue, j’y voyais quelque chose de bien plus précieux. Indéfinissable, hors de prix, c’était la Perle recherchait. Quelque chose qui me procurait un bien fou depuis ce qui semblait durer un millénaire.

"Tu te débrouilles bien je trouve."

Pour le moment, rien à redire. De toute façon, elle n’avait qu’à me suivre. Mais ce n’était pas sa danse qui m’intéressait. C’était le souvenir de son contact contre moi. Je me souvenais très bien du frisson qui parcourait tout mon corps, la surprise et le plaisir que j’y trouvais durant cette soirée. Et bien que là, l’alcool et les flics n’étaient pas présents, je repensais à tout cela avec quelque peu, nostalgie. Mais, sans doute qu’au final oui, je m’emballais peut-être. La petite chose qui m’eut titillé pouvait ne pas exister. Cependant, ne voulant au final ne pas tout laisser tomber, j’en profitais encore de cet agréable moment.

"Sinon, as-tu quelqu’un dans ta vie ? Une personne en vue ?"

Un peu direct comme demande non ? Mais c’était le genre d’information, que j’avais besoin de savoir. Voulais-je sortir avec elle, peut-être bien que oui, peut-être bien que non. En tout cas, je voulais en savoir un maximum sur Blue. Un maximum sur cette mystérieuse jeune fille, qui m’intriguait et m’attirait comme une sirène. Je voulais savoir, et comprendre surtout. Surtout sur quel chemin je devais emprunter, et où tout cela allait m’emmener. Est-ce que j’allais revivre la même expérience qu’avec Jen ?


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mer 26 Déc 2018 - 8:48


James & Blue

anywhere but here.


Elle danserait jusqu'au bout de la nuit jusqu'à en avoir mal à la tête, mal au cœur. Des danses qu'elle n'avait pas danser depuis la nuit des temps, de ce temps ou elle pouvait encore sentir le souffle de ses parents lui chatouiller la joue,ou elle pouvait encore les entendre rire, les étreindre aussi fort que possible. Ses jours enchantés, Blue ne peut pas les oublier, c'est impossible.Elle n'était, à cette époque, qu'une pauvre petite fille innocente, une gamine aux rêves pleins la tête, jamais elle n'aurait crû que sa vie basculerait du jour au lendemain, que ses rêves s'envoleraient si haut qu'elle ne pourrait plus jamais les atteindre. Jamais elle n'aurait pensé que l'éducation et l'avenir de ses frères et sœurs lui tomberait dessus et qu'elle en serait l'unique responsable. C'est tellement dur d'être responsable quand on est qu'un enfant. On apprend pas à affronter les épreuves de la vie, il est beaucoup trop tôt pour ça. Des souvenirs par milliers lui vint en tête et elle tente, en se concentrant sur James, de les oublier. Il la fait valser doucement mais sûrement, elle tente de suivre ses pas, se débrouille parce que la danse chez elle au final, c'est inné. Un sourire naïf commence à naître sur ses lèvres, illumine son visage. Elle prend plaisir à danser et en même temps, elle a tellement peur de trop apprécier l'instant présent. «J'ai eu un bon professeur.» Qu'elle lui répond quand ce dernier se met à vanter ses capacités de cavalière de danse. Elle se débrouille bien parce qu'à l'époque elle ne dansait que sur ce genre de rythme, parce qu'elle aurait pût finir, qui sait, duchesse ou grande dame anglaise si ses parents seraient encore la.

Mais James n'est pas la pour écouter ses malheurs, il est la pour se perdre dans son regard, pour passer un agréable moment avec cette lionne sauvage avec qui il avait vécu de premières déboires lorsque ses derniers s'étaient retrouvés derrière les barreaux. Il n'y a pas que du mauvais d'avoir pût rencontrer le charmant James Quatermain bien au contraire. Cet homme est une surprise, agréable surprise même qui, apparemment, n'a pas laissé insensible cette petite teigne de Blue. Elle se surprit même se perdre à son tour dans son regard sans faire désormais plus attention à leurs pieds ni à quoi que ce soit d'autre d'ailleurs. Qu'est-ce qu'elle pouvait paraître naïve à sourire bêtement, à se laisser charmer aussi facilement. Tout était de sa faute à lui, c'était lui qui la rendait comme ça. Son sourire disparu finalement peu à peu quand le jeune homme avait reprit la parole pour cette fois lui poser une bien drôle de question.

Il voulait savoir si boucle d'or avait quelqu'un dans sa vie ou alors quelqu'un en vue. Est-ce qu'il chercherait à savoir si il aurait l'occasion de faire parti de sa vie en tant qu'amant? Doucement elle pencha la tête sur le côté sans se défaire de son regard, un nouveau sourire naquit sur sa bouche, cette fois plus gêné, et à la fois amusé par ce soudain intérêt. En général, les hommes ne lui poses jamais cette question, ils se contentent d'agir et ce peu importe les conséquences de leurs actes, peu importe si petit ami il y a derrière. Oui, cela fait d'eux de parfaits irresponsables mais ce n'est pas le soucis de Blue car aussi fougueuse et sauvage peut-elle être, elle n'a, pour ainsi dire, jamais trompé quiconque par le passé et en même temps, il faudrait peut-être qu'elle trouve la perle rare avec laquelle elle serait posé depuis longtemps pour cela, chose qui est un peu plus difficile. Blue est une femme, plutôt sélective. En général, elle ne tombe que sur des tombeurs et autres charmants monsieur n'ayant pas grand chose dans le crâne si ce n'est un vulgaire caillou pas plus gros qu'un petit pois. Les hommes sérieux sont, soit trop ennuyeux soit un peu trop ambitieux. Blue, elle n'est pas très expressive, et mis à part à ses parents, elle ne se souvient pas avoir dit un quelconque Je t'aime à un homme depuis sa plus tendre enfance. Tout se mérite dans la vie, et pour elle, ses simples mots sont certainement les plus difficiles à prononcer.«Oh.. Alors tu penses que je suis ce genre de fille la. Celles qui embrasses n'importe qui alors que son cœur est censé être prit par un beau garçon qui la fait vivre d'amour et d'eau fraîche?» Elle garde le sourire, glisse sa main au creux de la sienne pour le forcer presque à la faire tourner sur elle même comme dans les valses royales ou les femmes sont recouvertes de parures hors de prix et de robes de grands couturiers. «Et bien..Non. Il n'y a ni homme, ni femme, ni chat dans ma vie si tu veux tout savoir. Juste un colocataire, il est un peu spécial mais il n'est pas méchant.» Il lui restait à répondre à la dernière question.

Est-ce qu'elle avait quelqu'un en vue? A vrai dire, oui et non. Non et oui. Arf c'est compliqué de s'appeler Blue Levins. Elle ne se pose pas cette question en temps normal. Elle se contente juste de vivre en écoutant un maximum sa tête et son cœur. Elle se laisse porter par le vent quitte à affronter la pluie, le torrent, les orages et toutes sortes de tempêtes sur son chemin. C'était certainement bien la première fois qu'elle réfléchissait autant à une question. James aussi beau puisse t-il être était aussi un homme qui arrivait à la chambouler facilement, à remettre en question ses valeurs qui l'ont fait vivre jusqu'à présent.«Tu aimerais que j'ai quelqu'un en vue?» Finit-elle par lui répondre en s'arrêtant de valser quelques secondes pour de nouveau poser ses beaux yeux couleur océan dans les siens.«Quelqu'un qui a volé une voiture récemment?» Demande t-elle innocemment en gardant sa main dans la sienne, ses lèvres venant se percher par dessus son épaule pour lui souffler d'autres mots au creux de l'oreille. «Quelqu'un qui est terriblement célèbre?» Son murmure se transforme en un baiser qu'elle dépose sur sa joue tout en douceur avant qu'un nouveau murmure parvient à se glisser d'entre ses lèvres. «Quelqu'un qui est plutôt séduisant?» Un nouveau baiser s'échoue cette fois sur le coin de ses lèvres puis laisse son visage de porcelaine s'éloigner très légèrement sous une dernière question.«Quelqu'un qui m'as déjà embrassé?» Ses yeux se posent pour la énième fois sur les siens, se figent dans les siens, attendant impatiemment sa réponse et si ce qu'elle venait de lui répondre était suffisant pour lui faire comprendre qu'il pourrait bien être, éventuellement, celui qu'elle pourrait avoir en vue même si Blue, elle, n'attends rien de la vie, du destin et qu'elle a pour habitude de simplement se laisser vivre sans se soucier de quoi que ce soit. La vie est bien trop courte pour devoir réfléchir constamment sur des choses futiles et bêtes n'est-ce pas?
@James L. Quatermain   keur  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Ven 28 Déc 2018 - 8:51

Anywhere but here
C ette Blue m’obsédait de plus en plus. Je ne reviendrais pas sûr d’éventuels doutes, car à présent, j’étais persuadé que ce que je ressentais, était bien plus profond que du flirt. Cette fille était belle, non canon ! Intelligente, farouche et drôle. Elle avait tant de qualité en elle, que je la désirais. Fini les petites blondinettes hystériques d’un soir dont on se détachait si facilement. La voleuse de voiture représentait bien plus que cela. Elle était si différente de Jen, car son monde était bien plus proche du mien. Cette rose bleue sauvage rêvait d’aventure, l’adrénaline semblait lui plaire… Et si je lui offrais une occasion de partir avec moi ? Allez vivre l’aventure à l’autre bout du monde dans la forêt tropicale, ou dans un désert de sable ou de glace. Ou encore explorer une ville exotique aux mille et une couleur et senteurs… Ca y est, je perdais la tête à cause d’elle. D’ordinaire, je jouais le charmeur, celui qui rendait folles les filles. Mais quand c’était l’inverse, c’était bizarre à voir. En tout cas, on pouvait être sûr de la sincérité du sentiment. Et pour revenir à sa première réponse :

"En fait… J’aurais espéré plutôt que tu me dises être prisonnière d’une relation sans sentiment, d’un ogre des plus monstrueux où j’aurais voler à ton secours sur mon beau cheval blanc pour t’emmener loin."

Seule, mais vivant avec un colocataire bizarre, voici une réponse qui me réjouissait. Non bien sûr, je ne l’imaginais pas ce genre de fille limite nympho, je voulais juste m’assurer que personne ne viendrait régler ses comptes, et que si, comme par exemple un soupirant, Blue ne râlerait pas trop si je lui cassais la gueule. Mais la suite devenait de plus en plus intéressante. La Rose dansante entre coupa sa seconde réponse, déposa un baiser chaud et délicat, s’approchant de plus en plus de mes lèvres. Et c’était très agréable. Ne faisant rien contre ça, je fus curieux de savoir jusqu’où, elle serait prête à aller. Et si mon idée était bonne… Enfin, vous devez vous en douter.

"Et pourquoi pas, avec la personne qui a voler son cœur ?"

J’y allais sans doute un peu fort. Mais comme elle me faisait perdre la tête, et vue l’alchimie qui était entre nous, il devait bien y avoir quelque chose tout de même. Nos regards se croisaient. Je me sentais comme, hypnotisé. Car ses yeux aussi bleus que l’Océan, m’y noyaient à chaque fois. C’était comme si je tombais du bateau, et qu’un tourbillon m’emportait, me privant de toute possibilité de fuite. Est-ce que Blue ne serait pas plutôt une sirène hyper sexy ? Qui n’avait pas besoin de charmer les pauvres marins pour les avoirs dans ses filets ? Si oui, par pitié, laissez-moi dans ce filet. Nos visages n’étaient qu’à ça l’un de l’autre. Un léger mouvement, et nos lèvres se toucheront. Et ensuite, qu’allait-il se passer ? Et bien… Rien.

Rien effectivement, car alors que tout semblait propice pour une belle scène d’amour et de passion, une sonnerie se mit à retentir. Ayant personnalisé ce genre de chose, je reconnaissais la musique jouer et donc, qui osait venir m’interrompre.

"Damn. Je suis désolé, un instant."

Comme je m’y attendais, c’était Sebastian qui cherchait à me joindre. Venant tout gâcher, je raccrocher son appel, maudissant cet agent/éditeur pour qu’il aille se faire bouffer par des dieux cannibales. Il était bon dans son job et pouvait « parfois » être sympa, mais des fois il était vraiment exaspérant. Et bien entendu, cela ne voulait pas dire que j’eus retrouvé la paix, il insistait le bougre ! Et je ne pouvais pas ignorer son appel. Fatigué, je me mis à caresser les bras de la serveuse. L’insistance de cet idiot, me rappelait le sort qui m’attendait. Un sort qui me paraissait maintenant bien cruel, car il impliquait une séparation bien triste avec Blue. Et, je me devais de l’en informer. Mais avant, j’éteignais mon portable.

"Ecoutes… Dans quelques jours je devrais partir. Un nouveau contrat qui demande la publication où je marcherais sur les traces de mon ancêtre. J’en aurais pour un ou deux mois au moins. Mais si tu veux… Nous pouvons nous retrouver à mon retour, pour fêter la fin de cette expédition dignement ? Une petite fête."

Là, je devais l’avouer, j’avais peur de la réponse de la voleuse de voiture. Je comprenais que cette nouvelle fut si soudaine, qu’elle pouvait la prendre au dépourvue. Moi-même, après l’avoir retrouvé, je me sentais moins motivé pour le faire. Cependant, si elle acceptait mon offre, alors je serais plus que soulager. Je pourrais aussi lui proposer de venir avec moi, mais cette demande pourrait paraitre prématurer.


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mar 22 Jan 2019 - 14:47


James & Blue

anywhere but here.


Jamais un seul homme n'avait sût faire chavirer son cœur et en même temps, elle n'était jamais non plus partie en quête d'amour. Certains disent que l'amour est le plus noble et le plus puissant de tout les sentiments, mais c'est également le plus dévastateur. Dans sa vie, elle en avait connue des âmes en peine, malheureuses et dévastée par ce qu'elles pensaient être, l'amour de leur vie. Au final, l'amour les as toutes bercées d'illusions avant de s'évaporer dans l'atmosphère comme ci de rien n'était. L'amour fait mal, et c'est en plus, bien trop complexe pour l'impétueuse et sauvage Blue. Elle ne veut pas le comprendre, elle n'a pas envie de boire à ses belles paroles, préférant simplement se laisser aller dans des histoires qui n'auront certainement jamais de lendemains. Des petits amis, elle en avait eu, comme n'importe qui, mais pas un jour elle ne s'était vu finir ses jours avec l'un d'eux.  Elle savait bien que tôt ou tard, l'histoire cesserait par elle même, que la dernière page se tournerait pour dévoiler le verso du livre. Elle n'était pas triste Blue, parce qu'une nouvelle recommencerait très vite, et ainsi de suite. Mais voilà que James revenait tout remettre en question. Etait-elle amoureuse? Certainement pas, il était bien trop tôt pour parler d'amour. Non. Cet homme l'intriguait, l'intéressait, il était différent des autres et cette petite différence faisait de lui l'un des rares garçons qu'elle appréciait revoir après leur derniers déboires.

Ils étaient la tout les deux, à danser, à parler d'amour, comme ci elle en était habituée. Il la voulait prisonnière d'un horrible monstre qu'il vaincrait aisément pour la sauver. Blue n'est pas une princesse et elle aurait certainement été la première à s'emparer d'une épée pour trancher la tête de l'infâme monstre.«Même pas en rêve. Le rôle de la demoiselle en détresse ne me va pas du tout je trouves.» Et pourtant. Elle l'avait était une fois. Des souvenirs de cette soirée lui remonte à l'esprit, le jour ou James avait été la, par hasard, qu'il avait vu cet imbécile de Caleb s'en prendre à elle, vouloir poser ses mains ingrates sur elle alors que sa petite amie dansait pas très loin. Elle s'était sentie démunie, enragée, et reconnaissante de voir ce prince charmant inconnu lui venir en aide. Quoi qu'elle puisse dire, elle avait déjà eu besoin de lui, et elle ne pourrait jamais le nier, malheureusement. Et voilà qu'ils s'amusaient à nouveau, comme ce soir la ou elle lui avait collé l'étiquette du parfait petit ami pour justement se débarrasser de son ex un peu trop collant. Il faut dire que le romancier est plutôt pas mal dans son genre, pour ne pas dire, carrément canon. N'importe qu'elle femme se laisserait séduire, n'importe qu'elle femme aurait aimé un baiser, une nuit avec lui, juste une. Elle avait eu l'immense privilège de goûter une première fois à ses lèvres, et à nouveau elle avait éprouvé l'envie d'y poser les siennes contres quand une sonnerie stridente vint lui démolir les tympans.

Elle souffla, agacée, tourna la tête, pour se défaire de son regard.«Décroche. C'est peut-être important.» Si il ne faisait pas, elle risquait de le faire et son interlocuteur aurait droit alors certainement à la plus grande surprise de sa vie. Oui parce qu'elle en était capable contrairement à certaines. Cet homme ou cette femme ne méritait que ça pour avoir osé les interrompre durant un tel moment. Il raccrochait malgré ses paroles, mais l'appareil se mit à retentir à nouveau, exaspérant d'avantage la serveuse. Elle dût se mordre l'intérieur des joues pour ne pas attraper ce fichu téléphone et le balancer à travers la pièce pour le briser en milles morceaux. Son regard ne se leva que lorsqu'elle sentit les mains chaudes de l'écrivain sur ses bras et ses mots qui peinaient à sortir de sa bouche. Finalement, ils finirent par s'enchaîner, et elle apprit, à sa grande surprise que le jeune homme allait devoir s'absenter pour maximum deux mois.

Plusieurs sentiments se mélangea en elle à cet instant. De la colère, de la frustration, de la tristesse, de la surprise aussi. Il osait quand même lui demander de "l'attendre" alors qu'elle ne savait même pas ce qui se passerait pour lui la bas. Est-ce qu'il la prenait pour une imbécile? Le genre de femme docile qui attendrait sagement , comptant les jours en regardant le ciel azur? Certainement pas. Il la savait sauvage, il la savait folle, complètement même. Nerveusement, elle lâcha un léger rire en levant les yeux au ciel.«Tu sais ou me trouver dans tout les cas..» A servir des verres aux clients ingrats du bar, ou peut-être pas. Peut-être que son rêve se réaliserait un jour. Peut-être que quelqu'un serait intéressé par son talent de pianiste, de chanteuse et qui sait , une belle carrière pourrait commencer pour elle.Tout peut changer en deux mois, carrément tout. Son regard braqué sur le sien, elle eut beaucoup de mal à lui parler à nouveau, surtout après cette révélation.«Amuse toi bien la bas et profite en bien surtout.» Lui dit-elle d'une voix quelque peu triste, sans se défaire de son regard. C'était surtout la seule chose qu'elle pouvait lui dire pour qu'il comprend que bien que sa révélation était surprenante, elle ne pourrait l'empêcher de partir, qui était-elle pour le faire? Personne. Une simple inconnue qui lui avait causé des soucis par le passé, lorsqu'il avait osé voler une voiture pour respecter un pari débile.
@James L. Quatermain   keur  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Ven 25 Jan 2019 - 16:55

Anywhere but here
Pouvais-je vraiment le faire ? Pouvais-je partir maintenant ? Les bras de Blue ressemblaient à deux grosses chaînes qui m’empêchaient de sortir. Deux liens plus solides que l’acier, qui possédaient l’enchantement de me retirer toute volonté. Avant, je sautais de joie à l’idée de repartir à l’aventure, revivre des moments épics, sentir l’adrénaline montrait comme le magma dans un volcan. Tout comme cette nuit de folie, où nous avions volé cette voiture. Amusant non ? Nous nous connaissions que depuis peu, ignorant tout ou presque de l’autre. Et pourtant, cette soirée m’avait plus que marqué, elle était inscrite dans ma mémoire, mieux conserver que ces sorties avec des filles promettant une soirée mémorable, dont je ne me souvenais ni de la soirée, ni de leur nom et encore moins de leur visage. Et quand je les quittais, c’était comme quitter une épicerie. Alors qu’avec Blue, je ne voulais rien perdre, rien oublier.

Pourrais-je effacer de mon esprit, son regard, sa voix, son sourire, son nom, son parfum, ces moments ? Cette fille était pire qu’une sirène, elle m’attirait, plus qu’intriguait, je ressentais une forme de fascination. Comment pouvais-je expliquer ce que je ressentais ? Cela me paraissait si inédit. Il ne devait exister dans notre langue, un mot ou une expression pour le décrire.

"Je sens que c’est plus ici que je risque de m’amuser."

Pauvre James, tu étais bien tenté de lui reproposer de faire un coup. Peut-être bien voler une voiture ou un tank cette fois-ci. Au moins, la serveuse ne disait pas non à la petite fête prévue pour mon retour sans doute glorieux. Si elle voulait, elle pourrait devenir une invitée VIP. Des droits à tous ceux qui étaient le mieux dans une soirée. Sans doute que toute cette frivolité ne l’intéresserait pas, mais il y aura de quoi s’éclater, du moins, je l’espérais. Toutefois, je sentais une forme de tristesse dans sa voix, et cela me poussa à lui sourire. Avec mon doigt recroquevillé, je le glissais sous son menton pour soutenir en apparence, ce beau visage.

"Serais-tu déjà triste ? Ne me dis pas que je vais déjà te manquer haha."

Il n’était pas difficile à deviner, qu’elle aussi risquait de me manquer. Et que pendant près de deux mois, nous n’aurions presque aucun moyen de communiquer. Là où je devrais me rendre, ce sera coupé du reste du monde. Alors, pourquoi ne pas lui proposer de m’accompagner ? Sans doute pour ne pas lui faire peur. Allons, réfléchis James, vous vous connaissiez tout juste à peine. Allait-elle accepter de partir avec un illustre inconnu, aussi sacrément beau gosse soit-il ? La rose bleue avait du caractère. Et bien avant d’avoir rétorqué qu’elle serait se défendre face à un prince noir, kidnappeur de princesse, je savais déjà très bien que la belle lady avait du répondant. Elle était loin des princesses, ou filles fragiles demandant toutes les cinq minutes, qu’un homme venait les secourir. Sans doute ce qui me plaisait le plus chez elle.

Malgré tout, cela ne me dérangeait pas de jouer de temps en temps, au preux prince charmant. Cela m’était arrivé par le passé, et c’était un bon moyen d’avoir le cœur de la femme. Mais, j’avais avec le temps l’impression, que cela n’apportait pas ce dont j’avais besoin. Tout ceci n’était bon que pour le spectacle, montrer de belles images qui feraient vendre, faisant fantasmer d’une vie, qui n’avait rien à voir avec la réalité. Et bien que je vivais vraiment, toutes ces aventures. Ces derniers temps, j’eus le sentiment de n’être qu’un acteur.

Sérieusement, regardez-moi. Jadis, j’étais un aventurier qui se moquait des codes, vivant comme un mercenaire des plus rustres. Maintenant, j’acceptais de me coller à une image, à suivre un mode de vie qui ressemblait à la mienne, mais sans moyen de pouvoir… Être moi-même ? Il fallait que je fasse ceci et de telle manière. Que j’évite de parler d’une façon, préférant une autre et que je vive telle moment. Cela devenait de plus en plus pousser. Et ces deux mois de voyages, n’y feront pas exceptions. A la fin, ce n’était plus mon véritable sourire qu’on voyait à la télé ou sur les affiches ou couvertures de livres.

Alors qu’avec Blue, c’était étrange, mais j’eus le sentiment que cette image même, craquait. Je n’arrivais plus trop à jouer, mais à suivre quelque chose que je croyais mort en mois depuis longtemps, mon instinct.


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Jeu 7 Mar 2019 - 10:51


James & Blue

anywhere but here.


Il va partir. Quitter Game City pour de nouveaux horizons, de nouvelles terres hostiles. Il va partir à l'aventure, se déconnecter de la réalité, rencontrer de nouveaux visages, parler peut-être d'autres langues qui sait. Il va découvrir d'autres cultures, voir d'autres femmes aussi, peut-être même des biens plus jolies qu'elle. Alors comment peut-il lui demander presque de l'attendre durant son expédition? Qui sait ce qu'il adviendra la bas. Qui sait comment sera la vie deux mois plus tard? Personne, pas même elle qui a tendance à vivre au jour le jour sans se soucier des lendemains. Elle n'aime pas ça, devoir tout calculer, devoir tout prévoir, plier ses bagages proprement et prévoir l'imprévisible. Elle n'aime pas attendre, elle n'est pas patiente du tout, sa sauvagerie l'en empêche, il faut sans arrêt qu'elle obtienne ce qu'elle désir tout de suite pour être pleinement satisfaite. Elle n'est pas le genre de femme à prédire l'avenir, à se voir mariée, avec des gosses un peu partout autour d'elle. Non, elle n'en veut pas de gosses. Elle n'a déjà pas été capable de s'occuper dignement de sa petite sœur et de son frère, alors avoir comme responsabilité d'élever des mioches, très peu pour elle.

Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver un peu de colère voir même de tristesse à l'idée de savoir James loin de Game City, loin d'elle, de sa portée. Elle n'en avait pas finit avec lui, elle qui, séductrice dans l'âme, rêvait secrètement de le faire sombrer un peu plus, de l'emprisonner dans de solides filets. Mais que pouvait-elle faire d'autre si ce n'est accepter son départ les épaules relevées? Son regard rivé sur le sien, elle sentit pourtant un brin de tristesse dans sa voix, la séduction semblait avoir fonctionné, lui qui rêvait de s'amuser ici, peut-être à ses côtés mais voilà qu'il devenait de nouveau agaçant à oser croire qu'il lui manquerait. Monsieur tout sourire pensait certainement que sa présence lui serait indispensable. C'était faux, le monde ne s'arrêterait pas de tourner pour elle, sa vie continuerait son chemin, comme d'habitude, elle sera peut-être un peu moins, passionnelle, enfin qui sait. «Arrêtes de croire que le monde tourne autour de toi James.» lui souffla t-elle sur le visage avec un petit sourire de coin aux lèvres. «Surtout quand j'ai l'impression que c'est plutôt l'inverse et que c'est toi qui va ressentir un manque.. Un manque de quoi, je me le demande encore.» Qu'elle rajoutait. Un manque de toi. Un manque de nous. Sauf qu'il est encore trop tôt pour parler de "nous". C'est à peine si ils peuvent être qualifiés d'amants, car pour le moment, juste un baiser avait été échangé et rien d'autre. Un échange qui pourtant semblait les avoir troublés tout les deux, autant lui qu'elle. Ils ne se connaissaient à peine, il ne savait rien d'elle, elle ne savait rien de lui mis à part peut-être qu'il était un célèbre écrivain et qu'il allait devoir s'absenter pendant deux mois pour mener une expédition qui serait retranscrite en roman. Et en même temps, ce n'est pas comme ci ils avaient cherchés à se connaître. Tout était partie d'une folie, un vol de voiture lambda qui leur feraient du bien à tout les deux, qui les feraient se sentir libre. Elle s'était sentie libre, l'espace d'un instant, poussée par l'adrénaline du moment, elle prenait plaisir à filer à toute allure avec ce parfait inconnu dont elle ne savait au final que le nom. Cela rendait la chose encore plus belle. Il n'est pas nécessaire d'apprendre à connaître quelqu'un par cœur pour s'éprendre d'elle, l'inconnu peut tout autant être excitant que le reste. Les yeux dans les yeux, elle laissa un instant de silence planer entre eux, le temps de se remettre de tout, de comprendre certaines choses et peut-être d'apporter des réponses à ses questions et c'est finalement après quelques minutes de méditation qu'elle ouvrait à nouveau la bouche pour s'adresser à l'écrivain. «Dis moi juste que tu ne voleras pas de voiture la bas. Que tu n'embrasseras pas n'importe qui sur un coup de tête. Dis moi juste que tu ne ressentiras pas d'envie particulière pour une fille que tu ne connais à peine.» Elle voulait s'en convaincre parce qu'une petite part de jalousie commençait à poindre en elle. Elle voulait être la seule "folle à lier" qu'il aurait pût croiser sur sa route. La seule et l'unique qu'il qualifierait de la sortes. Elle ne voulait aucune rivale parce qu'elle était unique Blue, et qu'elle se voulait être la seule fille capable de faire flancher n'importe qui, et encore plus James, juste en un battement de cil. Elle voulait que même au bout du monde, il repense à cette nuit, même à leur enfermement en cellule, elle s'en fichait de ça, elle voulait juste qu'il repense à cette soirée ou une petite blonde complètement déconnecté de la réalité, complètement folle, à changer radicalement sa vie, lui a fait voir un autre aspect de cette dernière. Sans honte, ni gêne, elle entreprit une petite expédition personnelle dans l'une de ses poches, précisément la ou était rangé le téléphone portable qui n'avait cessé de sonner toute à l'heure, et bien que James l'avait éteint, cela ne l'empêcha pas de le lui voler pour lui faire part aussitôt d'une nouvelle requête. «Et je veux que tu me le promettes en m'embrassant..» Lentement elle enfonça le téléphone à l'intérieur de sa propre poche arrière de son jean sans quitter des yeux le romancier. «Je garde ça pour être sur que tu vas bien me le promettre.» Et une fois sa promesse scellée, elle le lui rendra, et alors il pourra partir, rejoindre ses valises qu'il devra s'empresser de boucler pour s'envoler dieu ne sait ou pendant ses deux mois. La vie aura peut-être changer d'ici la, mais la promesse qui serait faîtes ce soir serait tenue, elle l'espérait du plus profond de son être. Elle l'espérait du moins, et puis ce n'est pas comme ci il pouvait tout se permettre, après tout il était médiatisé, et une relation à l'autre bout du monde serait certainement sût même dans la petite ville de Game City, aussi minuscule soit-elle, tout se sait ici, ou presque.
@James L. Quatermain   keur  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Sam 9 Mar 2019 - 8:50

Anywhere but here
L a rose bleu retourna ma question contre moi. Et loin de me sentir blesser ou gêner, j’en fus même amuser. Je n’étais pas un expert en psychologie comme Freud, même si j’ai des doutes sur cette pseudo science, mais je savais que les mots et les expressions trahissaient une pensée que nous désirions cacher. Pourtant, je ne m’amusais pas à déchiffrer cette femme énigmatique. Trop compliqué, je préférais largement jouer le jeu. Attrapant son menton, je plongeais à nouveau mon regard dans le sien. Mon Dieu, qu’elle avait des yeux magnifiques. Deux lacs de turquoise qui donnaient envie de s’y baigner. Cette femme n’était pas humaine, sans doute une nymphe ou un ange descendu du ciel, ou une muse ayant perdu son artiste-amant.

"Peut-être bien que oui, c’est plus moi, qui vais éprouver un manque."

Comment une femme arrivait tant à me faire tourner la tête ? Sans doute parce que cette dernière, n’avait rien à voir avec les femmes que je côtoyais jusqu’à présent, j’en étais sûr. Elle n’était pas superficielle, elle était naturelle. Blue était sauvage, imprévisible, et ne semblait pas rechercher une quelconque reconnaissance à travers moi. Et cela m’attirait. Je devais être fou. Fou d’amour ? Un peu trop tôt pour le dire. C’était du magnétisme, deux êtres attirés l’un envers l’autre, sans savoir pourquoi. Contrairement à Goodwin, Blue ne m’avait pas exaspéré au débit parlant administration, loi, règles, devoirs, etc. Notre relation s’était faite presque de suite dans le passionnel.

Pour la suite, les choses devenaient plus intéressantes. La serveuse piqua mon téléphone. J’essayais de le rattraper, mais la jeune femme esquiva mes tentatives, et je finissais rapidement par la laisser gagner, attendant de voir ce qu’elle mijotait. Le rangeant dans sa poche arrière, elle voulut me faire prêter serment. Et ceci était vraiment plaisant. Je lui demandais si elle m’attendrait, elle voulait une promesse que je ne fasse pas trop de bêtise en retour. Tout souriant, je m’approchais d’elle, ne la quittant pas des yeux.

Nos visages se touchaient presque, notre haleine pouvait se mélanger tellement la zone personnelle fut effacée. Mes mains se posèrent sur ses épaules avec douceurs, et lentement, descendirent. Ils caressaient les bras, les poignets, ses mains délicates… Puis glissèrent dans son dos. Le contact me fit frissonner et me procura une grande chaleur. Puis, arrivant là où elle avait caché mon appareil, je déposais mes lèvres sur les siennes. Ça n’avait rien à voir avec celui du soir du vol. Le baisé était plus doux, plus calme. Je prenais mon temps, profitant de son parfum, du gout de ses lèvres, de la chaleur de son corps, même si ce n’était que quelques secondes.

Puis, la libérant de cette étreinte, je dévoilais le portable que j’avais récupéré, toujours souriant. Ainsi, je venais de lui répondre. Oui, je venais de faire la promesse de la manière la plus agréable qui soit, car nos lèvres avaient scellé ce serment. Voler des voitures, il y avait quarante pour cent de chance que cela arrive de nouveau. Pour l’histoire d’amour… On voulait que j’aie une aventure presque à chacune de mes explorations. Il suffisait juste de lire un de mes livres pour s’en rendre compte. Mais je pensais pouvoir arranger ça.

"J’ai peur de mettre mal exprimé, veux-tu que je répète ?"

Blue n’eut besoin de voler mes affaires pour obtenir un baiser de ma part. Elle n’aurait eu besoin que de me le demander, et croyez-moi, je m’y serais exécuté. Rien que pour sentir encore son parfum, sa peau, son parfum… Sa sauvagerie. Par pitié, que quelqu’un me dise que je m’emballais trop vite, ou bien que je n’agisse pas stupidement, refoulant quelque chose en moi que j’ignorais. Car là, j’étais tenté de tout annulé pour pouvoir rester encore un moment avec elle.

"Mais plus sérieusement, j’aimerais vraiment qu’on se retrouve, et qu’on boive quelque chose ensemble, même sortir au ciné ou voir un spectacle. Je veux apprendre à te connaître."

La plupart de mes relations se déroulaient ainsi, une rencontre d’un ou deux soirs, puis c’était fini. Je ne connaissais le nom de presque aucune. Mais pour Blue, je voulais que ce soit différend, je ne voulais pas qu’elle fasse partie d’un tableau de chasse, je désirais qu’elle soit différente. Elle méritait un bien meilleur traitement.


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Lun 11 Mar 2019 - 7:14


James & Blue

anywhere but here.


Le chantage, ça elle connait. C'est tellement plus simple pour elle, tellement plus pratique pour obtenir ce qu'elle souhaite d'une personne. Cette fois c'était bien plus qu'une requête ou une simple promesse, il était question d'un baiser, un baiser qui ferait toute la différence. Un baiser interrompu par une foutue sonnerie de téléphone, par une personne peu scrupuleuse qui ferait son maximum pour empêcher l'idylle entre les deux jeunes gens. Ce baiser elle le voulait et elle l'aurait et personne ne l'empêchera de l'avoir pas même les remords ou regrets de James. Elle n'avait pas oublié non, que le soir ou ils s'étaient rencontrés il avait refusé d'aller plus loin à cause d'une histoire d'amour passé dans laquelle il avait certainement dû souffrir. On ne peut pas dire que la blondine l'avait très bien pris, elle qui était prise par l'alcool ne rêvait que d'une chose: Passer sa nuit à ses côtés et plus encore. Aujourd'hui, les choses étaient différentes. Ils pouvaient se parler à cœur ouvert, sans cette barrière de l'alcool, sans cet esprit dissout et fermé. Malgré tout, elle continuait de jouer, encore et toujours. Ce téléphone portable, elle était venue l'enfoncer dans la poche arrière de son jean et tant qu'elle n'obtiendrait pas gain de cause, il y resterait. James avait plutôt intérêt à s'exécuter si il ne voulait pas être privé de ce petit jouet qui lui semblait si important.

Et qui sait, peut-être qu'à ce petit jeu, c'était elle qui se brûlerait en premier les ailes. Elle ne se rendait même pas compte qu'elle en était presque déjà accro' à ses lèvres et à sa présence au plus près d'elle. Qu'elle en désirait toujours plus de lui, parce qu'au fond, il lui plaisait terriblement, lui et sa personnalité si différente des autres mâles de sa même espèce. Il se rapprochait, son cœur ratait un battant, son souffle lui chatouillait agréablement le visage, s'amusait à lui brûler les lèvres et elle ne rêvait plus que de l'instant ou il les poseraient sur les siennes mais tout comme elle, précédemment, James s'était mis à jouer. Il commençait par quelques caresses subtiles sur ses bras, ses poignets avant de plaquer sa bouche à la sienne pour un nouveau baiser d'une intensité différente des autres baisers qu'ils avaient échangés jusque la. De ça non plus elle n'avait pas l'habitude, de la douceur, de la tendresse, qui, intérieurement, fit trembler tout son être. C'était toute une ribambelle de papillons qui s'étaient lovés contre son abdomen, et si en temps normal, elle aurait craint cette sensation, cette fois, elle s'était laissé bercée par cette dernière, presque déçue de sentir ses lèvres quittaient les siennes à la fin de l'échange. Elle demeura silencieuse, suivant du regard le portable qu'il avait récupéré par la même occasion fièrement. Doué le petit. Elle n'avait même pas remarqué que l'objet avait disparu de sa poche tant elle avait été prise par ce baiser d'une intensité inouïe. Il avait aussitôt reprit la parole d'une voix presque trop suave et incitante à un nouveau baiser. Elle soufflait, ouvrait à nouveau ses beaux yeux bleus sur les siens pour croiser ce sourire, ce regard qu'il lui lançait depuis l'heure à laquelle il avait posé pieds ici. «Ça ne me dérangerais pas que tu te répètes, j'ai comme l'impression de ne pas t'avoir entendu.» qu'elle soufflait avec l'irrésistible envie de l'embrasser à nouveau. C'était presque trop naturelle et dérangeant en même temps. Depuis quand elle réclame des baisers? Non. Généralement ce sont les hommes qui la courtise, qui ont des envies vis à vis d'elle et non pas l'inverse. A croire que James fait toute la différence, sauf qu'elle n'aime pas ça Blue. Elle n'aime pas s'attacher à quiconque, parce qu'elle sait que tôt ou tard elle en souffrirait si ça ne venait pas à se passer dans son sens à elle.

Son regard braqué sur le sien, elle s'amusait à l'écouter, à boire ses paroles, à acquiescer à ce qu'il pouvait lui dire comme une belle biche attendrie par ce chasseur de femmes, un sourire un peu con aux lèvres. «On verra ça.. J'attends de voir si tu comptes bien respecter ta promesse pour ça et ne crois pas que je ne saurais pas si tu fais un pas de travers, je sais toujours tout.» Merci la presse. A tout les coups, ils seront la au moindre faux pas du romancier. Il faut dire que Monsieur à une certaine célébrité et réputation à tenir, et ses petites souris, toujours à l'affût des derniers potins n'hésiterons pas une seule seconde à immortaliser ses déboires et ses fautes à l'aide de leurs appareils photo dernier cri. Enfin, elle lui offrit un clin d’œil en reculant par elle même pour réduire leur récente proximité. C'est qu'il commençait à faire tard et il était temps pour elle de quitter le café dans lequel elle avait passé toute sa sainte journée. Il ne lui restait plus qu'à se défaire de son tablier et s'en aller jusqu'à son appartement pour passer la plus douce et agréable nuit possible, rêvant qui sait du séduisant James et du baiser qu'il venait d'échanger ensemble. «Je vais devoir rentrer. J'penses pas que mon patron me paierait autant d'heures supplémentaires, et ce même si je lui dis que je les aient passées à nettoyer son café, chose en soit qui est totalement fausse.» Cela voulait forcément dire qu'il était temps pour eux de se dire au revoir, à moins que le gentleman ne la raccompagne jusqu'à son immeuble, il en serait capable en apprenant que la belle le regagnerait à pieds et non pas en voiture.

@James L. Quatermain   keur  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mer 13 Mar 2019 - 8:54

Anywhere but here
Cet instant présent était un véritable délice. Pourquoi devrait-il prendre ? Ne pourrais-je vraiment pas tout arrêter, annuler le fameux grand projet pour rester au côté de la jeune femme ? Ce serait la première fois que je ferais ça pour quelqu’un, et même le penser. Ok, il m’était déjà arrivé de vouloir tout stopper pour rester dans les bras d’une sirène, mais c’était sur le moment. La boisson, la fille superbe, l’adrénaline, etc. Une envie furtive. Alors qu’avec Blue, je ressentais réellement le désir de le faire. Quel sort cette enchanteresse m’avait envoyé ? C’était si agréable. Sans doute son parfum et le goût sucré de ses lèvres qui me rendaient complétement gaga.

C’était dingue comment mes sentiments pouvaient être si contradictoire. Ceux m’ayant suivi jusque-là, l’auront sans doute compris. J’étais partagé entre l’envi de rester avec elle, profiter de chaque moment de sa présence, et en même temps, je culpabilisais, me disant que je devais trop vite m’emballer et que je faisais n’importe quoi, comme d’habitude. Cette femme, n’avait rien à voir avec les autres que j’eus connus. Je le répétais sans cesse pour souligner à quel point s’était vrai, à l’overdose. Ni superficielle, ni ambitieuse dans le mauvais sens, j’étais curieux de savoir ce qu’elle valait sur le terrain, dans un temple en ruine entourer de trafiquant. Et d’ailleurs, quand elle sous-entendait qu’elle désirait un autre baiser, je lui souriais, amusé par cette demande audacieuse.

Par contre, j’ignorais si elle était sérieuse dans sa menace ou non. Toutefois, et comme presque ç chaque fois, je prenais la chose à la légère, préférant en rire et tourner à la dérision. Cela avait l’habitude de dérouté la plupart de mes ennemis et plaire aux dames. Une forme de stratégie psychologique, qui finissait par devenir un trait de ma personnalité tellement ancré, qu’il en était devenu naturel et me servait pour presque toutes les occasions.

"Ne me dis pas que tu vas m’épiés ? En même temps, je serais flatter qu’une si jolie rose bleu me reluque pour se rincer l’œil."

En même temps, elle n’aura pas grand mal à parcourir mes faits et gestes. Quand ce n’étaient pas les Paparazzis, c’était mon roman final, même s’il était plus que romancer, qui relevait tout mon séjour dans presque chaque détail. Et puis, il y avait toujours des fuites, quelqu’un lâchant un morceau dans une banale conversation et finissait par faire le tour du globe. Et une information pouvait très vite ce retrouvée déformer et bonjour les scandales. Mais je n’avais pas peur de ce que pouvait découvrir Blue. On m’avait déjà expliqué le parcours à faire, et je comptais bien m’y tenir un minimum. Et il n’était pas question de romance, sauf qu’avec Sebastian, on pouvait s’attendre à tout.

Mon visage si réjouit, qui portait ce célèbre sourire qui fit un peu ma marque de fabrique, devenait subitement sombre. Les traits me tiraient vers le bas à l’écoute de cette annonce. Déjà la fin de cette rencontre ? Blue avait une manière bien violente je trouvais, de nous ramener à la dure réalité.

"Quoi déjà ?"

En même temps, la rose bleue n’avait pas tort. Nous pouvions roucouler aussi longtemps que nous le voulions, le monde n’arrêterait pas de tourner et l’heure aussi. Ceci me paraissait tout de même injuste, mais que pouvais-je y faire ? La seule chose qui me venait à l’esprit, fut d’accéder à la requête de la jeune femme, faite il y a quelques minutes. Un nouveau baisé. Il était moins passionnel, car il traduisait une plus grande sincérité, mêlé à de la tristesse. Était-ce le baiser d’un adieu ? Est-ce que la chaleur de son corps, et le doux goût de ces fines lèvres délicates, allaient me manquer ? N’allais-je plus jamais y goûter ? C’était une idée bien déprimante, car ce contact me donnait bien plus envie de rester avec elle et dire « Zut » au voyage pour rester poli. Mais là aussi, il fallait que j’arrête, ne pouvant rester coller à Blue indéfiniment.

"Et bien… Cela aurait été un moment fort agréable… Peut-être désires-tu que je te raccompagne chez toi." Lui demandais-je en lui tendant mon bras pour qu’elle puisse s’y accrocher.

Après, elle pouvait très bien avoir son moyen de locomotion, je m’en fichais. Cette proposition ne visait pas que à défendre mon image de gentleman, mais plutôt à trouver une nouvelle occasion de profiter d’un peu de temps avec elle. Chaque seconde que je pouvais prendre, je le déroberais tel un voleur avare. Et ceux, jusqu’à ce que je sois obliger de partir de mon côté.


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue Levins


Blue Levins



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 10/05/1993
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 324
▌ARRIVÉ(E) LE : 04/06/2018
▌CRÉDITS : scyzophrenic(ava)&tumblr.
Ton âge : 26yo.
localisation : quelque part par la.
emploi : serveuse.
humeur : à fleur de peau.

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Mer 13 Mar 2019 - 11:42


James & Blue

anywhere but here.


James, il ressemble un peu à ses mecs de comédie musicale. Le genre beau garçon, belle gueule d'amour, sourire enjôleur qui fait, obligatoirement, chavirer le cœur de la pauvre demoiselle qui s'imagine déjà vivre une histoire d'amour passionnel. Est-ce qu'il était parvenu à subtiliser son cœur tout en subtilité? Qui sait. Peut-être. Peut-être pas. En attendant c'était ses beaux yeux brillants qu'elle lui offrait sur un plateau d'argent et ses lèvres en cadeau d'adieu. Que dirait ses amies en la voyant aussi "docile", aussi conquise par un homme? Elles seraient surprises certainement. Ca ne te ressemble pas Blue Levins. Non, Blue Levins se fiche complètement des hommes, ils ne sont qu'une perte de temps pour elle et l'amour et l'un des pires sentiments existant sur cette planète. Elle n'a jamais été amoureuse, et jamais un homme ne l'a intéressé plus d'une semaine, à croire que James était l'exception à la règle. Ses bonnes manières la faisait rire, sa façon d'être aussi, à la fois réservé mais tellement séducteur, irrésistible même.

Que croyait-il, qu'elle était le genre de folle à arracher toutes les pages d'un journal à la recherche d'une nouvelle le concernant? Certainement pas. Elle n'avait pas besoin forcément de fouiller ou de surveiller pour savoir les choses. Tout ce sait, et d'avantage dans ce bar ou la plupart des clients ont le journal entre leurs dix doigts. Il lui arrive aussi parfois, entre deux services d'avoir l'oreille tendue sur les dires de sa clientèle et croyez-moi, on trouve de tout. De l'homme infidèle qui discute discrètement avec son amante au téléphone, au père de famille qui apprend avec stupéfaction que le troisième est en route, de la pimbêche qui pense que le monde lui appartient, à celle qui ne vit et ne jure que par les célébrités. A celle la, elle vient beaucoup et elle n'est jamais seule. Toujours entourée de quelques amies à elle, elles n'hésitent pas à commérer sur la vie privée de leurs célébrités favorites. Elles ont toutes le même bouquin et font la chasse aux autographes et aux photos prises avec des célébrités. Elles s'extasient sur les silhouettes des mannequins masculins, rêvent de sortir du lot et de pouvoir, qui sait, un jour, se pavaner au bras de l'un d'eux. Ce monde de strass et paillettes, elles ne jurent que par ça et fou serait celui qui oserait leur dire que ce monde est dangereux et malsain pour des personnes comme elles. Elles ne sont pas saines d'esprit, mais font vraiment rire l'aînée Levins. «Tout ce sait James Quatermain.» Ce n'était pas une menace, juste une constatation. Les serveuses de café en savent bien plus que certains, elles n'ont pas besoin d'être détectives pour obtenir les informations qu'elles désirent le plus sur cette terre. Un mot, une phrase, une oreille tendue, juste ça.

Puis vint finalement ses au revoir. Il était temps pour elle de partir, il le fallait. Elle n'allait pas passer sa nuit dans ce café, à compter les verres et les bouteilles derrière elle. Il fallait qu'elle s'en ailles, pour pouvoir se reposer, pour son avenir, pour la journée du lendemain qui serait, elle aussi, toute aussi riche que celle d'aujourd'hui. Elle ne s'attendait certainement pas à recevoir un nouveau baiser de sa part, comme ci il cherchait à tout prix à la préserver à ses côtés, une heure de plus, quelques minutes, quelques micro secondes même. Comme ci ce n'était pas suffisant pour elle, comme ci elle n'avait pas encore comprit que cet homme lui plaisait réellement au final. Ses lèvres avaient un goût de paradis, bien plus douces, plus envieuses et plus désirables que celles des autres hommes qu'elle avait pût embrasser dans sa vie. C'est à ça que l'ont reconnait le fameux coup de foudre. Mais ne nous emballons pas ou Blue risque de s'en retrouver affecter par la suite. Le baiser s'acheva finalement pour laisser place à de nouvelles paroles, de nouveaux mots, une nouvelle proposition. Cette fois, il lui proposait de la raccompagner, en lui tendant son bras comme un parfait gentleman. «Pourquoi pas...mais je te préviens par avance, je rentre avec mes deux pieds, pas de voiture ni de bus, donc, si ça ne te déranges pas de marcher un peu, alors oui j'accepte ta compagnie. » puis sans attendre sa réponse, elle vint se défaire de son tablier et d'un signe de tête, l'invita à la suivre jusqu'à l'arrière boutique présente au café. L'arrière boutique ou se trouvait une minuscule petite pièce ou deux casiers s'y trouver dont le sien ou elle pût ranger son tablier et jeter discrètement un dernier coup d’œil à cette photo de famille, d'elle,son frère et sa sœur alors qu'ils n'étaient que trois pauvres enfants,encore ensemble, juste avant d'être séparés brusquement par la vie. «On va pouvoir y aller, on va sortir par l'arrière.» Elle déposa sur ses deux épaules son manteau pour combattre le froid extérieur, ferma la plupart des pièces et les lumières, et s'avança enfin jusqu'à la porte menant dehors mais avant cela, il lui restait une dernière étape, celle de l'alarme des lieux qu'elle enclencha comme à ses habitudes pour ensuite plonger l'endroit dans la pénombre et le silence total.

Dehors il faisait froid, rien à voir avec la température présente au café mais cela ne la dérangeait pas, elle n'était pas seule ce soir à prendre la route, il y avait James à ses côtés dont elle attrapa dernièrement le bras avec beaucoup d'envie, un sourire aux lèvres. «Tu vas devoir me laisser te guider cette fois.» Pas comme à leur danse, il allait devoir la laisser mener la danse cette fois car seule elle connait l'endroit ou elle réside, alors elle fit un premier pas, levant de temps à autre les yeux vers le ciel ou de jolies étoiles pourraient témoigner de la complicité naissante des deux protagonistes principaux de l'histoire.

@James L. Quatermain   keur  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Shiny, happy, see my world in new colors. Higher fire, fly my rocket through the universe. I'm up with the kites and I dream so blue, I live in the sky, you come live here too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James L. Quatermain


James L. Quatermain



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/10/1986
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 156
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/07/2018
▌CRÉDITS : Zoé - Google - Thrumlbe - Bazzart (Antiope, Moonic, viceroy)

MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes) Dim 17 Mar 2019 - 13:51

Anywhere but here
A ma plus grande joie, Blue acquiesça favorablement à ma proposition. Sans vouloir me flatter, ce qui n’était pas mon genre, quelle dame refuserait le bras viril d’un bel âtre pour la raccompagner et éviter moult danger sur la route ? Je n’en connaissais aucune. Ainsi, je laissais le temps à la jeune serveuse de finir de se préparer, faire ce qu’elle avait à faire, avant de la retrouver à la sortie. Je priais intérieurement, qui je ne savais pas, pour que son domicile se trouvait à l’autre bout de la ville, et ainsi profiter encore d’un peu de sa présence.

"Are you ready Lady ?" Oui elle m’avait déjà exprimer si j’ai bonne mémoire, son dégoût que je la surnomme ainsi. Pourtant, je ne pouvais m’empêcher de la voir comme une vraie dame, une femme que j’avais envie de voir et que je respectais, bien mieux que les duchesses et comtesse sur la grande île que j’eus déjà rencontrer.

Que c’était agréable de remonter ce chemin de béton, voyant les passants… Et bien passés, sans faire attention à nous. Il fallait croire que ma célébrité fut pour le moment cachée à tous, ce qui m’accordait un bon moment de répit et à consacrée à la belle fleur bleue. En réalité, ces petites choses simples de la vie, pouvaient me manquer. Pouviez-vous imaginer seulement, ce que cela faisait de voir chaque pas, chaque mot, chaque geste ou flatulence révélé au monde entier ? Que, quoi que fous faisiez, des milliards de caméras étaient braquées sur vous. Et encore, on vous interdisait parfois d’aller juste faire vos courses juste à côté de chez vous, car soit c’était jugé dangereux, ou bien pouvait nuire à votre image. Tel un protagoniste de film ou de jeu, je n’étais bon qu’à faire certaines choses appréciez de tous, et ne surtout pas me montrer humain. C’était vite lourd.

Après tout, n’avez pas fais le choix de cette vie ? Au lieu de redevenir un simple vulgaire chasseur de trésor ou un mercenaire comme sous l’invasion Nazis, j’eus opté pour cette existence, celle d’écrivain célèbre. Avais-je donc seulement le droit de me plaindre ? Au moins, comme je le disais, je pouvais souffler un peu de tout cela, aux côtés de Blue. Comme une magicienne, elle transformait mon quotidien. Ma vie n’était qu’artifices, spectacles et paillettes pour raquer du fric. Mais la jeune femme, me faisait me sentir tout bizarre. Avec elle, je ne me sentais plus jouer un rôle, j’étais vraiment moi-même. Une sensation que j’avais perdus depuis fort longtemps.

"Je te fais confiance pour me guider. Dans la jungle, il n’y a pas de problème, en ville, ce n’est pas ma tasse de thé haha ! En tout cas, je serais là pour te protégé des alligators urbains."

Fait étonnant non ? Pas les alligators, mais que je puisse facilement me perdre en ville. Mon expérience me servait surtout à reconnaître certains types d’arbres, de roches, etc. Ainsi que des étoiles pour me guider. En ville, il y avait des animaux partout. Du bruit, des arbres en plâtre et béton tout autour de nous. Sans oublier des panneaux qui indiquaient mal la destination. C’était une jungle aussi oui, mais pas la même. Heureusement, je me servais parfois d’un chauffeur. Ou alors, je cherchais un chemin assez simple pour être sûr d’arrivées à faire demi-tour.

Toutefois, je demeurais toujours sur mes aguets. Que ce soit ma vie passée à éviter les tirs ennemis, ou les bêtes sauvages, les explosions ou maintenant avec ma célébrité, je restais en alerte au moindre son suspect. Je ne l’avais dit à personne, mais après des années à manquer de peu de se faire tuer, on devenait un rien parano. Mon ancien monde était derrière moi, mais si Jen et moi sommes venus ici, alors nos ennemis également. L’armée rouge et nazis pouvaient êtres sur mes talons, sans oublier quelques copains que je me suis fais en arrivant dans cet univers.

Pour le moment, tout le monde semblait être calme et ne me cherchaient misère. Certains d’entre eux étaient derrière les barreaux grâce à moi. Mais cela ne voulait pas dire que j’étais totalement hors de danger. Chaque jour offrait la chance de voir un vieux camarade débarquait, et tenter de me descendre.


Codage par Libella sur Graphiorum


_________________
James Lee Quatermain

 

 

©️ HANSKA.

Music:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: anywhere but here. (blumes)

Revenir en haut Aller en bas
 

anywhere but here. (blumes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game City :: Game City :: Hyrule Place :: Cafés-