AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 (isoé) scared to be lonely.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoe Baker


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:


*
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 01/11/1985
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 360
▌ARRIVÉ(E) LE : 02/10/2017
▌CRÉDITS : ©blackness thorns&tumblr
Ton âge : 26ans.
localisation : Certainement à la pharmacie.
emploi : Pharmacienne et heureuse propriétaire de la Pharmacie du Mideel.
humeur : Hésitante.

MessageSujet: (isoé) scared to be lonely. Jeu 23 Aoû 2018 - 8:47


isaak & zoé

scared to be lonely


Je n'étais pas prête à affronter mes démons. Non. Je n'étais pas prête à affronter mes démons seule. Depuis quelques jours maintenant, j'avais quitté la maisonnée de John pour retrouver la mienne. Il fallait que je sois forte, c'était le seul moyen que j'avais pour combattre Eveline et tous ses gens qui me veulent du mal. Garder la tête haute, ne pas flancher, continuer de vivre comme ci la terre ne s'était pas arrêtée autour de moi, comme ci la vie continuait. La vie continue pour les habitants de Game City, pour moi, c'est différent et compliqué. Chaque petit objet que je pouvais tenir dans mes mains me rappelais qu'il suffit d'un peu d'idées et d'une bonne intelligence pour le rendre mortel. Un couteau, une fourchette, même une cuillère peut tuer quelqu'un. La vie elle même peut nous bouffer avant qu'ont ait le temps de l'en empêcher. Ce soir, je m'étais promise à moi même de ne pas appeler John en cas de peur ou de doute. Je me suis promise de rester forte et de lui prouver justement que je pouvais l'être. La vérité, c'est que je ne le suis pas et que je ne l'ais jamais été aussi faiblement que maintenant. Ma tête ne fait que penser, mes souvenirs ne font que me rapprocher un peu plus des Baker, cette famille morte que j'ai laissée à Dulvey. Pourquoi n'aurais-je pas le droit à ma seconde chance moi aussi? Tout pourrait me sourire pourtant. Un métier que j'affectionne, une belle maison et sans parler de John qui était devenu un phare dans mon existence obscure. Alors pourquoi? Pourquoi ais-je soudainement l'envie de pleurer? De crier? De tout envoyer valser autour de moi? Pourquoi j'ai l'impression d'être prisonnière de moi même, pourquoi je repenses constamment à Eveline. Eveline. Eveline. Eveline. J'en ai assez. Cette gamine m'insupporte, non. Toutes les gamines portant son nom m'insupporte. Je refuse de voir la vérité en face, je refuse que cette idiote s'empare de mon esprit pour le malmener, le descendre, le réduire à néant.

Assise sur mon canapé, je repenses à tout ce qui a pût se passer, je repense à ma vie à Game City qui en soit n'a pas été très glorieuse. Un séjour à l'hôpital psychiatrique, l'hospice des fous comme la plupart des habitants ont tendance à l'appeler, le fait que j'ai faillis tuer une pauvre innocente au volant de ma voiture, mes nombreux saut d'humeurs et mon manque de tact avec John, l'impression que quelqu'un veut ma peau. Non c'est sûr, il y a mieux comme vie. Aujourd'hui, je ne supportes plus le silence, je ne supportes plus l'obscurité, j'ai peur de l'entendre rire comme une démone, que quelqu'un surgit de l'ombre pour me sauter au cou et m'étrangler jusqu'à ce que j'en perds mon souffle, jusqu'à ce que je m'écroule au sol et que je reste inerte. La peur de mourir, je ne l'ais jamais autant ressentie que ses derniers jours. Rapidement, j'emprisonne ma tête entre mes deux mains, je bouche mes oreilles pour m'éviter de penser, pour tenter de ne plus entendre ses échos dans ma tête et des larmes me grimpe rapidement aux yeux. Non. J'ai promis à John que je ne flancherais pas, que je serais forte cette nuit ou je dormirais seule, sans lui à mes côtés. Seulement je me rends compte que sans lui, je ne suis rien et que j'ai besoin de sa présence comme un enfant aurait besoin de sa mère ou de son père pour la rassurer.Je suis faible. Très faible. mais je refuse de l'appeler, il en est hors de question.

Pourtant je sais que je ne pourrais pas rester comme ça éternellement que cette situation va finir par me pourrir, voir me tuer. J'ai besoin d'aide, même si je refuse de le dire clairement. J'ai besoin que quelqu'un m'aide. Quelqu'un qui me connait, sur le bout des ongles. Quelqu'un d'autre que John. Maladroitement, j'attrapes mon téléphone portable et tape ce numéro que depuis le temps, j'ai appris à connaître par cœur. Le téléphone me met en attente le temps qu'il ne me répondes.«Docteur Korneiev, Zoé Baker à l'appareil. J'ai-j'ai besoin de vôtre aide.J'vous en supplie..» Ma voix flanche, tremble, sanglote. Je suis à bout. Je n'en peux plus et je n'attends pas qu'il me réponds pour raccrocher, laissant chuter le téléphone de quelques centimètre au sol. Je m'effondre, chose que je n'avais pas fais depuis mon agression. Je n'ais pas eu le temps d'évacuer suffisamment mon chagrin et j'en ai terriblement besoin aujourd'hui sauf que je refuses que John me voit dans cet état, il ne le supporterait pas et je risquais en plus de ça de le faire fuir avec mes conneries, comme Léon avait pût fuir. Honnêtement, je ne m'attends pas à ce que le docteur Korneiev arrive comme une fleur jusqu'à mon domicile surtout en plein milieu de la nuit, mais qui sait, je pourrais être agréablement surprise, après tout, il connait mon adresse, l'adresse nécessaire à l'élaboration de mon dossier médical, il sait que j'habite la, et au vu de mon expression totalement flippée, n'importe quel spécialiste en médecine serait venu s'assurer que son patient soit dans un lieu sûr et qu'il n'est pas sur le point de commettre une connerie. Je n'étais pas à un stade pareil, juste mon esprit qui lui semblait totalement anéanti ce soir. Rien de tel que le spécialiste de l'âme pour m'aider dans ma détresse.



AVENGEDINCHAINS

_________________
† And every night she would change herself, stay up late and grow deeper in love.She wanted to love it all,everything and everyone. And how ironic was it, She wanted to save the world, the same world who couldn't even remember her name. before the thunder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak P. Korneïev


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 31/10/1984
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ▌AVENTURES VÉCUES : 213
▌ARRIVÉ(E) LE : 01/04/2015
▌CRÉDITS : Nono
Ton âge : 26 ans
emploi : Psy & profiler

MessageSujet: Re: (isoé) scared to be lonely. Lun 27 Aoû 2018 - 20:57


La nuit était tombée depuis de nombreuse heures sur Game City. Isaak était rentré chez lui, dans son appartement lugubre, un lieu à son image où il se sent comme un petit poisson dans l'eau. C'est tellement étrange de voir un homme comme lui avoir une vie qui serait presque normale est banale. Car, il n'a rien du monsieur tout le monde qui suivrait un rythme digne du "métro, boulot, dodo". Il est bien plus grand, bien plus important que ça. Autrefois, il était membre de l'unité Fox Hound, l'un des meilleurs soldats de ce groupe, celui capable de plonger dans l'esprit des gens et de les manipuler. Certes, ceci ne l'a pas empêché de mourir, d'être tué par son ennemi, mais c'est la vie d'un soldat. On se bat, on lutte jusqu'à la mort et dans un combat sans merci l'un ou l'autre finit par passer l'arme à gauche. Ce fut son cas, ce jour là... Bien que pas totalement, car son esprit lui n'était pas mort contrairement à son corps. Des années plus tard, il s'est "réincarné" ou plutôt à possédé l'esprit d'une faible victime. Une femme qui a vu les horreurs de la guerre, totalement détruite psychiquement, une proie facile qu'il a pu posséder pour vivre une seconde vie. Hélas, son ennemi de toujours, Snake, est parvenu à l'éliminer pour de bon. Les choses sont ainsi, on ne peut pas toujours gagner. Il faut dire que Snake en plus d'être un bon soldat à toujours eu de la chance.

Dans cette nouvelle vie à Game City, il n'est plus le soldat d’antan. Il n'a même plus ses pouvoirs, ce qui l'agace. Certes, entendre les pensées des gens tous les temps étaient fort agaçant, mais il s'y était accoutumé. Ceci ne l'empêche pas de lire facilement les esprits des gens. A force d'avoir été dans leurs têtes si longtemps, il a juste à les observer pour savoir comment ils vont, ce qu'ils pensent et ce qu'il pourrait faire pour les faire aller mieux ou faire empirer leur état. C'est machiavélique ? Tout à fait ! En même temps, ce n'est pas parce que Psycho Mantis est une fois revenu d'entre les morts qu'il a l'intention de devenir un bon samaritain. Sa folie ne l'a pas quitté et ne la quittera tout simplement jamais. Son job de psy, on pourrait le croire honnête, mais il n'en est rien. Isaak se contente de détruire ses patients de l'intérieur, de les rendre encore plus mal pas d'habile manipulation et c'est un jeu jouissif vous n'imaginez même pas.

Mantis venait de s'asseoir sur son canapé, repensant aux quelques patients qu'il avait vu aujourd'hui et aux récit de certains qui n'allaient pas bien du tout. C'était un délice, vraiment, un grand sourire s'était même dessiné sur ses lèvres rien qu'en pensant à ça. La sonnerie de son téléphone portable vint ensuite le déranger. Sa main vint machinalement le sortir de sa poche pour en observer le nom sur l'écran. Zoé Baker. Voilà qui n'est pas habituel. Intrigué et à la fois excité, il décrocha et tout de suite, la voix de la brunette affolé se fit entendre. Sans avoir eu le temps de dire quoi que ce soit, la communication se coupa. On dirait bien que les démons de la demoiselle sont en train de la tourmenter. Ceci le fit sourire davantage, on dirait bien qu'il va pouvoir s'amuser ce soir.

Un docteur normal, aurait fait au plus vite pour rejoindre la demoiselle en détresse. Sauf que Mantis n'a rien d'un bon docteur volant au secours des gens comme un super héros. C'est bien plus marrant de la faire mariner dans son stress et sa panique. Vous savez quoi, avant de partir, il prit même le temps de prendre une petite douche et de se changer. Ceci doit bien lui avoir fait perdre dix à quinze minutes. Il n'imagine même pas dans quel état elle doit être ! Pour plus de facilité, il prit sa moto, blouson de cuir sur les épaules et fila dans les rues de Game City, sans jamais dépasser les limitations de vitesse, il faut être prudent... Avec une grande facilité, il trouva où habite la demoiselle.

Une fois son casque rangé, il sonna à la porte. Il aurait pu la défoncer, mais il doute que ce soit de rigueur ce soir. Il verra bien, si la demoiselle vient ouvrir tant mieux, si elle ne le fait pas... il avisera pas la suite. "Zoé, c'est le Docteur Korneïev !"

_________________

♠️ Psycho Mantis ♠️
Les gens oublient ce que vous dites, ils oublient ce que vous faites... Mais ils n'oublient jamais comment vous les avez fait se sentir.
Codage Nono | Gif Kiiwichan & Candace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoe Baker


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:


*
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 01/11/1985
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 360
▌ARRIVÉ(E) LE : 02/10/2017
▌CRÉDITS : ©blackness thorns&tumblr
Ton âge : 26ans.
localisation : Certainement à la pharmacie.
emploi : Pharmacienne et heureuse propriétaire de la Pharmacie du Mideel.
humeur : Hésitante.

MessageSujet: Re: (isoé) scared to be lonely. Ven 31 Aoû 2018 - 11:08


isaak & zoé

scared to be lonely


Qu'est-ce que tu pensais Zoé? Que tu arriverais à t'en sortir, comme ça, en un claquement de doigt,en un coup de baguette magique? Que tu arriverais à vivre une vie "normale", auprès de gens "normaux". A trouver l'amour et à le garder près de toi sans qu'il ne se doute un seul instant de la famille de taré dont tu étais issue? Non Zoé. Tu as grandis quasiment seule et c'est seule que tu vas devoir te débrouiller désormais. Même mon subconscient refuse de voir les choses positivement. Ce soir, il n'y a que l'obscurité, le silence morbide, les rires d'Eveline dans ma tête, les actes horribles de ma famille, l'odeur nauséabonde des corps pourris par le temps. J'ai envie de vomir rien que d'y repenser. Je n'ais pas la force de supporter tout ça, mon esprit n'en peux plus, je suis à deux doigts de craquer, de flancher, d'hurler et pourtant, je m'entêtes à retenir mes sanglots, mes larmes et mes cris pour moi, car j'ai promis à John que je faillirais pas. J'ai envie de tenir mes promesses, j'ai envie qu'il soit fier de moi et qu'il se dit que peu à peu je commençais à guérir. J'ai envie que les médecins se rendent compte par eux même que j'ai toute ma tête, que je suis un être lucide, plein de bonnes volontés et de bons sens, mais pas ce soir. Ce soir, je suis démente, ce soir je serais prête à tout pour empêcher Eveline de crier, de hurler dans ma tête, de rire comme la diablesse qu'elle était quitte même à brandir ce petit pistolet sur ma tempe pour la chasser de ma tête.

Alors, dans un dernier élan d'espoir, je l'appelais Lui, ce spécialiste de l'esprit, de l'âme. Celui qui est censée redonner une seconde chance aux gens en écoutant leur mal être et peut-être en les conseillant au mieux pour avoir une vie meilleure, pour guérir, pour que leurs blessures du passés soient pansées. Je ne me doute pas un seul instant qu'il serait capable de venir jusqu'à chez moi. Je ne dois être que l'une de ses centaines de patients, un chiffre bêtement inscrit sur un dossier, un nom qu'il lui dit "vaguement" quelque chose, mais jamais je ne serais Zoé Baker, celle qui souffre et qui a vraiment besoin d'assistance. Dîtes moi le nom d'un spécialiste qui se précipite chez vous quand vous l'appelez au beau milieu de la nuit parce que vous allez mal? Personne. En général, les gens vous laisses dans vôtre souffrance, font mine de vous écouter avant de vous demander une somme d'argent pour avoir été la pour écouter vos malheurs. Le docteur Korneiev était l'une de ses personnes, ou peut-être pas en fait.. La sonnette de la porte d'entrée retentit, je suis prise par la peur et l'inquiétude. Et si c'était John? Que dirait-il en me voyant dans un état pareil? Zoe, calme toi. Il faut que tu te calmes maintenant, il faut que tu prennes sur toi et que tu ne flanches surtout pas, reste droite dans tes baskets, tiens le coup, tout finira par s'arranger. C'est drôle, mais même ses paroles censées me donner du courage ne m'aide même pas. Lentement je me redresse du canapé et m'avance jusqu'à la fameuse porte. Et si c'était un énième fou qui cherchait à s'en prendre à moi? Non ça n'était pas le cas. D'ailleurs, avant même que je n'ais le temps d'ouvrir, mon mystérieux visiteur se présenta. Le docteur Korneiev. Le docteur était venu jusqu'à moi suite à mon appel. Voilà une agréable surprise. J'avance un peu plus vite, et ma main, tremblante, finit par presser la clenche de la porte pour l'ouvrir. Les larmes ayant souillées mon visage me trahissent, et je ferme les yeux quelques secondes face au médecin pour récupérer un bol d'air frais qui me souffle au visage quand j'ouvre la porte.«Docteur Korneïev. Je-Je ne m'attendais pas à vôtre visite.» Menteuse. En attendant je me rappelle bien l'avoir appelé, et j'ai honte de l'avoir dérangé pour venir voir une pauvre fille comme moi. J'ouvre les yeux, fuis son regard et me décale maladroitement de l'ouverture de la porte pour le laisser entrer chez moi, dans cette maison ou Eveline se trouvait à chaque zone obscure. Ce n'est pas d'un psychologue au final dont j'aurais besoin mais de chasseurs de fantômes. Appeler moi les Ghostbusters s'il vous plait.

J'attends sagement que l'homme entre avant de refermer la porte sur son passage. Mon silence est d'or et je prie intérieurement que l'homme soit la pour une simple visite de courtoisie. Enfin, il ne faut pas trop rêver non plus, je l'ais appelé complètement en larmes et totalement paniquée, je doutes qu'il ne va me sortir un "Hey, j'ai vu de la lumière et je me suis dis que j'irais bien prendre un petit café chez l'une de mes patientes complètement tarée."« Je sais pourquoi vous êtes la.» Ah bah quand même, un peu de franchise bon sang de bonsoir. «Je n'aurais pas du vous appeler.. Je me suis juste égarée quelques minutes, mais tout va bien désormais.» Et je souriais, faussement bien sûr en tournant mon corps et mon visage jusqu'à croiser son regard. Cet homme n'était pas né de la dernière pluie et il savait bien au vu du mascara sur mes joues et de mon trait d'eyeliner complètement foutu que je souffrais. On aurait plus dit une prostituée qui venait de se faire tringler qu'une honnête pharmacienne qui attendait sagement sa tisane. Je savais bien qu'il ne me croirait pas, mais ont pouvaient toujours tenter, ça ne coûte rien n'est-ce pas?

AVENGEDINCHAINS

_________________
† And every night she would change herself, stay up late and grow deeper in love.She wanted to love it all,everything and everyone. And how ironic was it, She wanted to save the world, the same world who couldn't even remember her name. before the thunder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak P. Korneïev


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 31/10/1984
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ▌AVENTURES VÉCUES : 213
▌ARRIVÉ(E) LE : 01/04/2015
▌CRÉDITS : Nono
Ton âge : 26 ans
emploi : Psy & profiler

MessageSujet: Re: (isoé) scared to be lonely. Mer 5 Sep 2018 - 19:58


Le psy avait finalement fait tout le chemin pour arriver chez la jeune femme en détresse. Oh non, il n'a rien d'un héros. Ça c'est le rôle de Snake, pas le sien. Lui, ne vient pas pour voler à son secours tel un prince sur son magnifique cheval blanc. Isaak à plus l'allure du chevalier noir, celui qui détruit tout sur son passage et qui a des intentions malsaines et cachées. C'est justement son cas, en venant, il va faire bonne figure, elle va le croire sincère, penser qu'il est vraiment gentil de se déplacer aussi tard dans la nuit après un simple appel ou elle lui demandait de venir sans même donner de détail précis. Là ou elle voit un homme généreux ayant un rôle de sauveur, lui n'est en faite que la peste qui va doucement s'insinuer dans sa vie pour la détruire de l'intérieur petit à petit, morceau par morceau. Pauvre fille... si seulement elle savait à quoi s'attendre. Si sa vie est déjà un Enfer, elle peut s'attendre au pire dans le futur.

Le jeune homme n'attendit pas bien longtemps qu'elle vienne lui ouvrir. Juste quelques secondes, surement le temps qu'elle fasse le chemin de là ou elle était. A la vue de son visage, il pouvait constater qu'elle avait dû pleurer, qu'elle avait dû se mettre dans un état pas possible. Serait-ce à cause de Evelyne ? Surement, c'est elle son Némésis, la chose qui lui fait peur et la terrorise plus que tout au monde. Lui, va amplifier cela, il va faire en sorte que cette peur devienne encore plus intrusive, mais ça, elle ne elle sait pas. Malgré son coup de fil, elle avait l'air surprise de voir que le jeune homme était venu jusqu'à chez elle. Peut-être qu'elle s'imaginait qu'il ne viendrait pas en pleine nuit et ne prendrait pas au sérieux ce coup de téléphone. La demoiselle tenta de nier, de dire qu'elle allait bien et que ce n'était une fausse alerte. Bien sûr... il va vachement la croire, surtout avec ce maquillage qui montre clairement qu'elle n'était pas dans un état des plus rassurant plus tôt. On ne peut pas cacher la vérité à un homme comme lui. Et puis, juste à sa manière d'agir, à se regard fuyant qu'elle aborde, il voit clairement qu'elle tente de cacher la vérité. Sans vraiment en demander la permission, il se permit d'entrer. "Ce n'est pas en me mentant et en vous mentant à vous même que vous allez aller mieux," dit-il alors qu'il avait franchi le seuil de la porte. C'est un peu violent comme entrée, mais il faut dire la vérité parfois. "Si vous m'avez appelé, ce n'est pas pour rien, j'ai fait le déplacement, alors profitez donc de ma présence." En gros, il n'y avait clairement plus de retour arrière pour la demoiselle. Il était là et elle allait devoir faire avec.

Sans même qu'elle ne lui indique le chemin, il trouva ou se trouvait le salon pour s'installer sur le canapé. Isaak n'a pas l'intention de faire de chichi, il n'est pas venu pour être un invité normal, mais pour l'aider. Alors, il se met à son aise. "Venez donc m'expliquer ce qu'il se passe ?" demande t-il en lui montrant de prendre place, histoire d'être un peu plus posé. Même ici, il semble être totalement maître de la situation.

_________________

♠️ Psycho Mantis ♠️
Les gens oublient ce que vous dites, ils oublient ce que vous faites... Mais ils n'oublient jamais comment vous les avez fait se sentir.
Codage Nono | Gif Kiiwichan & Candace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoe Baker


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:


*
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 01/11/1985
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 360
▌ARRIVÉ(E) LE : 02/10/2017
▌CRÉDITS : ©blackness thorns&tumblr
Ton âge : 26ans.
localisation : Certainement à la pharmacie.
emploi : Pharmacienne et heureuse propriétaire de la Pharmacie du Mideel.
humeur : Hésitante.

MessageSujet: Re: (isoé) scared to be lonely. Jeu 6 Sep 2018 - 7:24


isaak & zoé

scared to be lonely


Il sort de l'ombre comme un beau diable. Le juge de mon âme. Il se tient droit devant la porte, ne demande même pas l'autorisation d'entrée, de toute façon, je n'avais ni l'envie, ni la force de le repousser. Je savais au fond de moi que cela ne ferait qu'empirer, aggraver ma situation et il m'était devenu inimaginable de retourner dans cette prison qu'est l'hôpital psychiatrique. Je refusais de revoir ses murs blancs immaculés, d'entendre les voix un poil trop mielleuses des infirmières, du personnel soignant qui gagatisent leurs patients.Et une cuillère pour maman. Je te la mettrais autre part moi la cuillère si tu continues à m'emmerder. Je n'étais pas une enfant de cœur, ça je le savais bien, mais je lui avais promis à lui de faire l'effort d'y arriver, d'arriver à m'en sortir. A John. John me faisait confiance et je n'ose imaginer la déception pouvant être lue dans son regard si il me verrait faiblir, flancher de la sortes. Alors je sèches mes larmes et fais mine que tout va bien. Les mots du psychologue me fige sur le palier, ils sont presque tranchants, glaciaux. Il sait que je mens, je n'ais pas besoin de le lui dire, il le sent, dans ma façon de me tenir, dans ma façon d'être, ou peut-être simplement avait-il remarqué ce mascara dégoulinant sur mes joues, les traces de fond de teint salissant ma peau de porcelaine. Ça doit être cela oui car je doute un seul instant que le psychologue est médium ou alors, certainement qu'à force de côtoyer des fous à lier il a prit l'habitude de savoir que ça ne va pas. Tôt ou tard, cet homme lui même finirait par être fou à cette allure.

Monsieur Korneiev a fait le déplacement et il n'hésite d'ailleurs pas à me le faire rappeler. En gros "Je me suis déplacé et tu as intérêt à ce que ça soit pour une bonne raison" et en même temps c'est totalement compréhensible vu l'heure affichée sur le cadran. N'importe qui pesterait d'être dérangé au beau milieu de la nuit, inquiet pour quelqu'un avant de se rendre compte que cette dîtes personne s'est complètement foutu de lui. J'aurais été la première à la tuer cette personne pour avoir osé tourmenté mon sommeil réparateur. Je me tournais vers lui, il s'avançait déjà jusqu'au salon. Les psychologues doivent vraiment être fétichistes des canapés pour vouloir constamment prendre place dessus pour parler problèmes et emmerdes, à défaut de parler chiffons et couture. On y est, dans le cliché de l'homme qui tient un carnet et crayon dans ses mains pour écouter poliment ce qu'une âme damnée a à lui dire. Il se pose, je tremble à l'idée de lui parler. Je ne sais pas quoi lui dire en réalité, et sa présence dans mon canapé me fais froid dans le dos. J'ai pas spécialement l'habitude qu'un homme que je ne connais pas plus que ça s'installe chez moi et prend limite ses aises pour me parler de ma vie personnelle et des soucis qui dérangent ma tête. J'espère juste au plus profond de moi même que cette consultation improvisée ne me sera pas facturée. «Il ne se passe rien.» J'essaye de la jouer fille froide et courageuse, mais même ça, ce n'est pas crédible et je me retrouve de nouveau avec ses papillons désagréables dans le ventre qui m'en ferais presque chier des chenilles multicolores. Isaak est la, dans la pièce, et sa présence est presque pesante, encore plus que la présence d'Eveline dans les coins sombres de ma maison. Il me vient alors l'idée de lui préparer une tasse de café, je lui dois bien ça, et peut-être que ça permettra,certainement, d’alléger ma note.«Laissez moi au moins vous préparer un café pour m'excuser du dérangement.» Et en même temps que ça devient un subterfuge parfait pour ne pas parler d'Eveline, des Baker, de Dulvey, de la Louisianne toute entière. Je file à vive allure dans la cuisine pour ne pas croiser son regard, j'appréhendes l'idée que sa silhouette se faufile dans l'ombre et ne vient me rejoindre jusqu'ici pour continuer à me questionner. Faîtes attention monsieur Korneiev, j'ai des couteaux chez moi. Je m'active à préparer un café machine à l'aide d'un filtre, du café soluble et d'un peu d'eau, au passage je fais tomber sur le sol ma carafe d'eau en plastique et me retrouve contrainte à devoir éponger le sol à l'aide de multiples morceaux de papier essuie-tout. Je peste contre moi même, répète sans arrêt un seul et même mot.«Merde.Merde.Merde.» Je suis débordée, j'ai l'impression que même un simple café m'est devenu impossible à réaliser. Non, en fait j'ai juste les boules d'avoir eu la folle idée de composer le numéro du médecin et de l'avoir fait venir ici, non mais la tête que John ferait si il viendrait chez moi avec cet homme sur mon canapé. Vu l'heure, il ne pensera pas un seul instant que ça soit un psychologue, et je l'imagine déjà repartir déçu de penser que je pourrais me foutre complètement de lui et que je m'amuse entre deux de mes cauchemars à papillonner avec un autre homme qui ma foi était plutôt plaisant voir charmant, enfin, d'apparence.

AVENGEDINCHAINS

_________________
† And every night she would change herself, stay up late and grow deeper in love.She wanted to love it all,everything and everyone. And how ironic was it, She wanted to save the world, the same world who couldn't even remember her name. before the thunder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaak P. Korneïev


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 31/10/1984
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 33 ▌AVENTURES VÉCUES : 213
▌ARRIVÉ(E) LE : 01/04/2015
▌CRÉDITS : Nono
Ton âge : 26 ans
emploi : Psy & profiler

MessageSujet: Re: (isoé) scared to be lonely. Mer 12 Sep 2018 - 20:13


S'il y a bien une personne en ce monde qui ne sentira jamais une gêne à aller quelque part, c'est bien lui. Isaak se sent libre de faire et d'aller où il veut, quand il le veut. Et puis, la jeune femme lui avait téléphoné, il n'y avait aucune raison de ne pas être à l'aise, même si cette appartement n'est en rien son univers. C'est beaucoup trop clean, non pas que chez lui ce soit sale. C'est juste, que tout est lumineux, blanc, beau, joyeux, ce genre d'ambiance cocooning que les gens. C'est l'inverse de son univers à lui. Son appartement est bien plus sombre. Quelques murs sont couverts d'une peinture noire, ou des poutres métallique ont cette apparences anciennes et rouillées. En fait, s'il n'y aurait pas ce petit côté noirceur qu'il aime, son appartement pourrait avoir clairement un style industriel. Ajoutez les peintures morbides, un crâne humain et divers os en décoration, des livres sur la psychologie et l'anatomie... ça rend l'endroit bien moins attrayant pour les gens de l'extérieur. L'important c'est qu'il se sent bien chez lui, non ? Les autres, il s'en fout royalement.

Isaak s'était installé dans le canapé, s'il était là, c'est qu'elle avait besoin d'aide, alors autant commencer, non ? Mais, elle prit la fuite vers la cuisine pour préparer un café. Son regard noir la suivi jusqu'à ce qu'elle disparaisse. On dirait bien que son appel à l'aide n'est plus vraiment d'actualité. Ce n'est pas comme ça qu'elle va se débarrasser de lui. Le bruit d'un objet qu'on vient de faire tomber dans la cuisine l'interpella, ce fut suffisant pour qu'il se lève et aille voir ce qu'il se passe. De l'eau avait été renversé sur le sol, provoquant une petite inondation inopiné. Après, elle va dire que tout va bien. Zoé était en train d'éponger ses bêtises tout en jurant, ce qui démontrait clairement par ce comportement que quelque chose n'allait pas. Le psy s'approcha et s’accroupit pour être à sa hauteur et attrapa sa main pour qu'elle cesse son activité. "Je crois qu'on doit parler. De toute évidence vous n'allez pas bien, Zoé. Vous m'avez appelé et je suis venu, alors profitez en pour me dire ce qui ne va pas." On ne peut pas dire que Isaak soit le genre d'homme de nature très courtoise, mais il sait manipuler les gens et jouer le jeu. Il n'était pas non plus du genre hyper sympathique, il avait gardé assez d'autorité et de professionnalisme pour montrer qu'il pouvait l'aider, uniquement si elle y mettait du sien. "Laissez ça, je vais m'en occuper !" ajoute t-il en prenant l'éponge qu'elle avait dans ses mains. Jouer les bons samaritain... c'est pas vraiment son style, mais parfois il faut savoir donner de sa personne pour obtenir ce qu'on veut. Zoé est une cible fragile, à première il pourra la manipuler comme il le souhaite du moment où il obtiendra sa confiance. "Allez vous asseoir et détendez vous, j'arrive !" ajoute t-il avec un sourire compatissant. Pauvre petite brebis égaré, si seulement elle savait qu'elle venait de se jeter dans la gueule du loup...

_________________

♠️ Psycho Mantis ♠️
Les gens oublient ce que vous dites, ils oublient ce que vous faites... Mais ils n'oublient jamais comment vous les avez fait se sentir.
Codage Nono | Gif Kiiwichan & Candace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoe Baker


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:


*
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 01/11/1985
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 32 ▌AVENTURES VÉCUES : 360
▌ARRIVÉ(E) LE : 02/10/2017
▌CRÉDITS : ©blackness thorns&tumblr
Ton âge : 26ans.
localisation : Certainement à la pharmacie.
emploi : Pharmacienne et heureuse propriétaire de la Pharmacie du Mideel.
humeur : Hésitante.

MessageSujet: Re: (isoé) scared to be lonely. Mer 19 Sep 2018 - 7:28


isaak & zoé

scared to be lonely


Je tremble comme une feuille morte réagissant au vent. Je peste contre moi même intérieurement. Jamais je n'aurais du appeler cet homme qui avait fait le déplacement pour venir s'assurer que je vais bien. Non je ne vais pas bien et je n'ais pas besoin qu'il me le rappelle. Aujourd'hui, je suis fatiguée, lassée de parler d'Eveline. Cette gamine maudite est en train de me pourrir l'existence alors que cette dernière fait tout pour être belle. N'importe qu'elle femme serait heureuse d'avoir ce que j'ai dans ma vie, mais pas moi. Je serais capable d'échanger ma vie pour avoir si ce n'est qu'un seul instant de bonheur. Un instant qui n'est pas triste, ou Eveline ne serait pas la, ou les Baker ne seraient pas la, eux non plus. Juste un moment pour moi, ou je pourrais rire jusqu'à en avoir mal aux zygomatiques, ou j'aurais le cœur en joie, mais je sais que ça n'arrivera pas. Ça n'arrivera jamais. J'éponge le sol, maladroitement, en me remettant toute mon existence en tête, toutes mes péripéties, et je le vois débouler dans la cuisine, sa présence alourdit la pièce, mon état d'esprit aussi. Sous son allure de bon samaritain, cet homme a quelque chose d'effrayant, on ne sait pas si il joue un rôle ou si tout est réel chez lui, mais il nous pousse à croire que ça l'est, comme un magicien. Il nous hypnotise par le regard, par les mots. Je lève la tête, croise son regard quand il pose sa main chaude sur la mienne, glaciale, humide. Je reste ainsi dix bonnes secondes, à le scruter, figée dans l'espace temps, à boire ses mots, à apprécier le semblant de sympathie qu'il m'offre. Il se veut gentil, attentionné, et je sens que je ne reverrais plus jamais du même œil cet homme que j'ai pour habitude de fréquenter uniquement dans son cabinet.

Il a violé mon intimité rien que par sa présence chez moi, cet homme connaît tout de moi et ça me fait peur. Je sens qu'il me tient entre ses deux mains, qu'il peut me façonner à sa façon, qu'il peut me faire dire, me faire faire n'importe quoi et c'est ça qui est vraiment effrayant, quand toute vôtre humanité, vôtre être entier est entre les mains de quelqu'un que vous même vous ne connaissait pas. Cet homme, mis à part son nom et prénom, je ne connais rien de sa vie, je ne sais même pas si il est marié, si il a des enfants ou autre. Cet homme se contente d'écouter les plaintes des autres, il se nourrit des malheurs des habitants de cette ville en préservant son humanité à lui, ou du moins, ce qu'il en reste. Je ne comprend pas comment lui même n'est pas devenu fou avec tout ce qu'il doit entendre jour après jour, faut croire que son esprit est bien plus puissant que le nôtre.

Je n'ais pas le temps de lâcher mon éponge qu'il me la subtilise des mains et m'invite à regagner le salon ou une discussion profonde et sérieuse nous attendait tout les deux. J'aurais pût lui dire que ce n'était pas à lui d'éponger mon sol, de ramasser mes conneries, mais je n'en avais vraiment pas la force, parce qu'il était parvenu à me charmer comme un serpent le ferait avec sa proie pour mieux l'étouffer par la suite. Sans le quitter des yeux, je le quittais, lui et ma propre cuisine pour retrouver le salon, une main lourde sur le front. Je suis une idiote, une belle imbécile et je le sais, pas la peine de me le rappeler. Je me retrouve près du canapé alors que mon psychologue, lui, est dans ma cuisine à nettoyer mon sol. Qui aurait pensé qu'un jour cela arriverait? Certainement pas moi. Je profitais de ses quelques secondes de répit pour réfléchir à ce que je pourrais lui dire. Lui parler de John servirait-il à quelque chose? Je n'en sais rien, je n'ais pas envie de révéler quoi que ce soit sur John et moi parce que tout cela est encore trop frais, trop récent pour que je le fasses. John et moi, c'est une histoire compliquée, celle d'un super héros qui ne cesse de voler au secours de sa protégée, un super héros que j'ai embrassé, qui m'a câliné, embrassé. Il est clair qu'il y a bien autre chose entre lui et moi, autre qu'une relation fraternelle ou d'amitié. A ses côtés, je me sens curieusement bien, alors pourquoi je déchante sans arrêt quand il n'est pas la? Je n'ais pas envie de dépendre de lui, j'ai envie de pouvoir vivre seule sans avoir à me demander si Eveline est dans un coin à me surveiller, je veux qu'il soit fier de moi et que les choses avancent au fur et à mesure que le temps passe, sauf que la, j'ai l'impression que tout va à reculons et que tant que le problème "Eveline" ne sera pas définitivement réglé, rien ne pourra aller. Je fais les cent pas entre le canapé, la table basse et un petit buffet près de la salle à manger, et puis, finalement, au bout de cinq secondes, je m'apprêtes à retourner en cuisine pour empêcher le docteur de continuer à nettoyer mes saloperies, sauf que je peux sentir déjà sa présence revenir, elle me décroche de nouveaux frissons au passage, et mon corps se fige alors à nouveau à proximité du canapé. Je reste silencieuse et j'attends, j'attends que mon regard croise à nouveau le sien, qu'il ouvre la bouche. J'appréhendes ce qu'il va me demander, mais je sais qu'il va encore une fois falloir que je me confie, c'est ça le pire.

AVENGEDINCHAINS

_________________
† And every night she would change herself, stay up late and grow deeper in love.She wanted to love it all,everything and everyone. And how ironic was it, She wanted to save the world, the same world who couldn't even remember her name. before the thunder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (isoé) scared to be lonely.

Revenir en haut Aller en bas
 

(isoé) scared to be lonely.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» Such a lonely day ...
» such a lonely day • ROKSANNA
» Where you a lonely boy? (libre)
» Every Lonely Monsters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game City :: Game City :: Quartier résidentiel-