AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 Dure réalité | Feat. Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuuri Kozukata


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 17/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ▌AVENTURES VÉCUES : 6734
▌ARRIVÉ(E) LE : 15/01/2015
▌CRÉDITS : avatar by (c)midnight blues / gif (c)petrova-gifs/ sign by by anaëlle.
Ton âge : 28 ans
localisation : Dans sa paisible maison, ou son bureau au journal locale qui est un peu comme sa seconde maison. Si elle ne se trouve pas dans ces lieux, elle se trouvera sûrement quelque part en ville en train de s'attirer des ennuis
emploi : Journaliste, emmerdeuse etc ....
humeur : ★ Boys are stupid.Let them fall ★

MessageSujet: Dure réalité | Feat. Liam Mer 18 Juil 2018 - 1:57

I'm back from
HELL
Si le début de journée avait était comme d'habitude, la demoiselle aurait été d'excellente humeur, elle aurait déjà pourri la vie deux voir trois personnes insignifiantes, provoquer un énorme drama grâce à son dernier article. Bref, une journée normale. Cependant, cette journée n'avait pas la même saveur que d'habitude, certes elle paraissait d'excellente humeur vu le large sourire qu'elle essayait d'afficher, le fait de déglinguer une réputation lui apportait aucun réconfort, et ce qui l'insupporter au plus haut point c'était le fait d'être une étrangère sous son propre toit. Pour la première fois de sa vie Yuuri avait décidé de s'accorder une semaine de vacances, ce qui avait étonné tout le monde, mais le motif évoqué était valable, bien qu'elle émit l'idée d'être en état de burn-out. Mais ce n'était qu'un mensonge de plus. En effet, une semaine après son "cambriolage", la jeune femme était très remontée, et elle n'avait pas vraiment la tête à rédiger des articles, elle était beaucoup plus occupé à faire jouer ses relations pour retrouver son précieux objet. Tous les motifs étaient bons : les menaces, la provocation, et parfois le chantage, elle avait un tas d'idée en rayon.

Bien qu'elle avait alerté les forces de l'ordre de cette effraction, elle ne comptait pas sur leur aide. Bien au contraire, elle préférait sans charger seule, et elle avait donné un os à ronger à l'inspecteur en charge de son dossier afin de pouvoir enquêter tranquillement. Les cambrioleurs avaient été malins, certes, l'alarme ne s'était pas déclencher, mais sans doute n'avaient-ils pas pensé au fait que la demoiselle était légèrement parano, et avait installé une micro camera qui donné vu sur son trésor. Tellement futile et stupide à la fois. Elle savait déjà qui était le responsable, mais ne connaissait pas encore le nom de son complice, cela n'était qu'une question de jours avant de savoir son identité. La vie pouvait parfois être injuste, mais la demoiselle savait encaisser les coups et ne s'avouait jamais vaincu. Tout en faisant les cent pas dans son séjour, elle réfléchissait encore et encore à tout et n'importe quoi. La vengeance était une chose inutile, mais vu la situation dans laquelle se trouvait Yuuri elle était une justice sauvage et barbare. Et tout les coups lui était permis entre ses quatre murs.

Après avoir librement déversé sa haine dans tout le séjour, la demoiselle tenta de se calmer en se posant sur son sofa, mille et une idées en tête. Sans doute, était-elle exténuée par tous les derniers événements ? Elle avait sans doute besoin de repos malgré la vie de fêtarde qu'elle pouvait mener pour avoir un semblant de vie sociale, ou peut-être préparait-elle autre chose ? Il était très difficile de connaître le fond de sa pensée, même elle peinait à se reconnaître. Par le passé, elle était l'adolescente victime de sa naïveté qui s'était reposée sur son humanité pour survivre ... Aujourd'hui, elle se sentait mieux en faisant le mal autour d'elle et en provocant des catastrophe, cependant la seule chose qu'elle n'avait pas prévu, c'était que sa bulle de sécurité soit fissurée. Perdue dans ses songes, elle en fut tirée brutalement, en se dirigeant avec un semblant de bienveillance vers la porte d'entrée, elle ouvrit rapidement et annonça avec une voix calme : "De quoi suis accusé cette fois-ci ? Chantage, corruption, menace ?? " Levant ses yeux vers le haut, la demoiselle avait l'habitude de ce genre de visite de courtoisie. Bien que cela n'était jamais bon signe..
Il vient un moment dans chacune de nos vies, où le contrôle des événements qui nous permet de rester raisonnable nous glisse entre les doigts. . .
Pando

_________________
Did I mention I’m poison?
My crimes and sins are beyond counting. I promised you an eternity of misery, so I’m just keeping my word.. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam E.Warren


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 13/08/1987
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ▌AVENTURES VÉCUES : 350
▌ARRIVÉ(E) LE : 31/08/2017
▌CRÉDITS : sweet disaster&tumblr.
Ton âge : 26ans.
localisation : Derrière ton cul.
emploi : Lieutenant de police.
humeur : Amusé.

MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam Mar 7 Aoû 2018 - 15:57


Yuuri & Liam

Dure réalité


Yuuri.Yuuri Kozukata. C'est le nom de la propriétaire de cette maison ou un incident s'est produit il y a peu. Un incident qui s'apparente d'avantage à un cambriolage qu'autre chose. A nôtre arrivée sur les lieux, la demoiselle semblait plutôt tendue, angoissée, ou plutôt énervée en fait. Ouais, la nana était complètement à cran face à ce qui venait de se passer. Je penses même qu'elle soit parvenue à effrayer deux trois gars de la patrouille de cette nuit la. Dommage, parce qu'au départ, ils semblaient tous l'apprécier, il faut dire que la charmante donzelle est loin d'être vilaine à observer. On est loin du cliché de la grand-mère qui empeste sur des kilomètres avec dix chats à ses côtés. Elle est plutôt jeune, elle, et assez conservée, en même temps, elle a même pas la trentaine. Une beauté froide, glaciale même au regard transperçant, le genre de nana qui serait capable de vous tuer juste en vous regardant. Le genre de nana que la plupart des hommes ont du mal à cerner. Le genre de nana qui me fais plus rire que pleurer en fait. Alors, quand les collègues ont vu son nom en arrivant au boulot, ils se sont aussitôt balancer la balle, qui ressemblait plus à une bombe prête à exploser qu'autre chose. Et puis BOOM. Cette même bombe m'a explosé en pleine tronche. Warren est en charge du dossier. Warren ira s'assurer que la demoiselle se porte bien, mais aussi pour lui dire les maigres éléments qu'ils ont pût récolter, soit "Rien" en fait.

Il n'est pas rare que des gens se fassent cambrioler à Game City car même si la ville est petite, des gens malfaisants il y en a malheureusement partout. Yuuri n'était qu'une victime de plus parmi tant d'autres. Le terme ne plairait certainement pas à la donzelle mais c'était malheureusement le cas. Aujourd'hui, c'est à son domicile que je me rendrais, dossier sous le bras. J'avais appris en une soirée à cerner le caractère tumultueux de la belle, et je me doutais bien que ma visite ne lui ferait certainement pas plaisir, mais elle était nécessaire pour faire avancer les choses. Quelque chose me disais qu'elle ne nous avait pas tout dit et qu'elle nous cachait plus de choses que ce qu'elle voulait bien nous dire et j'étais bien prêt à lui arracher les vers du nez. Après plusieurs minutes de trajet, mon véhicule de fonction s'arrêta au domicile de la fameuse Yuuri. Je ne pouvais pas m'empêcher de voir cette demeure avec fascination. Comment une demoiselle solitaire pouvait vivre dans un tel endroit? Quand je penses que je suis censé avoir une fille et que je vis dans un modeste appartement.. Enfin.

Pas à pas je m'avançais jusqu'au seuil de la porte et vint frapper à trois reprises. Rapidement, j'eus le droit à son accueil, toujours aussi, particulier. Elle se tenait la, devant moi, dépitée, presque saoulée, et cette réaction suffit pour m'arracher un petit rire, suivi d'un sourire amusé.«Attention, je pourrais croire que vous êtes impatiente de voir vos deux jolis poignets liés par des menottes. Un fantasme peut-être?» Elle a pas franchement la tête d'une nymphomane, mais sait-on jamais. Je l'observe, et je m'abstiens de lui sortir mon badge, elle me reconnait, elle sait que je suis la pour parler de ce cambriolage et pour qui sait, fouiller un peu plus dans ses petites affaires. Madame aurait peut-être peur que je m'amuse à fouiller dans ses petites culottes et j'aurais pus d'ailleurs profiter de l'occasion pour cela, mais contrairement à ce que certains peuvent penser, je sais être sérieux à certaines occasions. «Vous devriez être un peu plus souriante, je pari que ça vous donnerait un peu plus de charme.» Rapidement pourtant, je faisais taire mon sourire pour adopter un air un peu plus sérieux et plus professionnel. «Puis-je entrer? J'ai quelques questions à vous poser.» J'attendais finalement que la belle daigne se reculer pour pouvoir entrer à l'intérieur de sa charmante demeure regorgeant de milles et un mystères que j'étais bien prêt à élucider avec ou sans le consentement de la sulfureuse brune à mes côtés.  

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Tant pis, un jour ou l'autre, faudra bien sortir du lot.Tant pis, j'ai sur le dos le poids du regard des autres.Tant pis, j'assume mon rôle, certains disent que j'en fais trop.Tant pis, je ferai des fautes, ça prouvera qu'je n'suis qu'un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuri Kozukata


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 17/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ▌AVENTURES VÉCUES : 6734
▌ARRIVÉ(E) LE : 15/01/2015
▌CRÉDITS : avatar by (c)midnight blues / gif (c)petrova-gifs/ sign by by anaëlle.
Ton âge : 28 ans
localisation : Dans sa paisible maison, ou son bureau au journal locale qui est un peu comme sa seconde maison. Si elle ne se trouve pas dans ces lieux, elle se trouvera sûrement quelque part en ville en train de s'attirer des ennuis
emploi : Journaliste, emmerdeuse etc ....
humeur : ★ Boys are stupid.Let them fall ★

MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam Lun 13 Aoû 2018 - 1:31

I'm back from
HELL
On ne peut pas nier que son accueil soit des plus chaleureux. D'un côté, son attitude pouvait être compréhensible, elle avait été cambriolée, et un objet qui lui était très précieux lui avait été dérobé. En plus de cela, elle n'était pas très coopérative vis-à-vis des forces de l'ordre. Quitte à les harceler depuis qu'elle avait découvert que son domicile avait été forcé. À ce moment-là, tout en ajoutant les événements qui avaient fait en sorte que sa journée était sans doute placé sous le signe de l'ennui, elle était littéralement blasé. Et le fait qu'un officier de police se présente devant sa porte n'était pas bon pour elle. Sans doute, devrait-elle jouer de ses relations pour faire avancer le dossier, ou utiliser un moyen moins légal pour en finir rapidement ? Tels étaient les questions qu'elle se posait en voyant le dossier sous le bras de l'officier. Bien qu'elle ne réagissait pas à sa remarque, elle lui rétorqua aussi poliment : " Hélas, pour vous, ce n'est pas aujourd'hui que vous pourrez sortir vos menottes pour me lier les poignets. Par contre, si vous me faites à nouveau ce genre de remarque, c'est à vos poignets que vos menottes se trouveront ". Ce n'était qu'une mise en garde parmi tant d'autre qu'elle n'hésiterait pas à mettre à exécution si l'envie lui prenait, elle n'avait pas apprécié le fait que des individus dans son genre lui fassent ce genre de remarque. Elle avait instaurait un climat un peu froid et distant, le fait que cet officier venait lui rendre visite ne lui disait rien de bon, elle pensait avoir fourni assez d'informations pour les maintenir à distance pendant qu'elle en faisait son affaire.

Néanmoins, elle était loin d'être accueillante, la demoiselle semblait réticente à l'idée qu'un officier lambda vienne l'interroger. Elle réfléchissait rapidement. Perdue dans ses songes, la demoiselle en fit tirer par une nouvelle remarque, une fois de plus déplacer à son goût. Elle arbora un léger sourire pour lui répondre sur le même air : " Et vous, vous devriez être un peu plus silencieux, je parie que cela vous donnerait peut-être l'air d'être crédible. " Yuuri avait sans doute réponse à tout, et plus le ton montait, plus elle avait envie de l'enterrer vivant ou de demander la destination de son dossier prétextant qu'il n'était pas assez compétent ce motif aurait un le but de le toucher dans son ego légèrement surdimensionné.

Étant une personne civilisée et étant apte à parler, la jeune femme ouvrit sa porte et l'invita à rentrer tout en claquant la porte derrière lui. Le bruit de la porte pouvait résonnait dans la pièce principale qui était bien rangée, qui aurait cru qu'un cambriolage avait eu lieu dans cette propriété privée. . . Tout en s'adossant contre le mur de la pièce la demoiselle demanda d'un air évasif : " J'ai déjà tout dit aux officiers lors de leur intervention. Si vous avez lu le dossier, vous devrez pouvoir faire votre boulot. " Bien sûr, elle pouvait garder le silence, de toute manière l'entretient serait vite clôturé. La jeune femme continua sur sa lancée en continuant à faire les cent pas dans la pièce tout en énumérant les faits avec une légère pointe d'impatience : " J'ai travaillé toute la nuit au bureau, puis j'ai passé la nuit à travaillé sur un article avec des collègues, puis je suis rentré chez moi et c'est là que j'ai constaté l'effraction puis j'ai appelé le central... Que vous faut-il de plus ? Que je fasse votre job ? " Yuuri ne comptait pas perdre son temps à l'idée de devoir se justifier, elle avait fourni assez d'information pour monter un dossier.

Lui faire avouer quoi que ce soit serait une chose délicate, et ce n'était pas un policier qui pourrait la faire parler. Avec du recul, cette affaire était son terrain de jeu et il était un personnage indésirable qui fallait vite faire sortir avant qu'il ne vienne assombrir le tableau. Yuuri était une personne connue par sa réputation diabolique, elle n'avait pas vraiment d'humanité ou alors très peu, et n'éprouvait aucun sentiment, cependant elle posa une simple question tout en gardant une certaine distance : " Admettons qu'on vous pris quelque de très précieux . . . Jusqu’où iriez vous pour récupérer ce qu'on vous aurez dérobé ? " Cela n'était pas une menace, venant de la jeune femme, c'était quelque chose de plus malsain, puis elle compléta avec un léger sourire machiavélique : " Parlons plus sérieusement. Pourquoi êtes vous là ? " À vrai dire, la demoiselle ne comptait pas l'aider. À ses yeux, cet homme lui serait aucunement bénéfique, ni même utile, alors pourquoi serait-elle bienveillante à son égard. Néanmoins sa présence l’intéressait, peut-être voulait-il son quart d'heure de gloire en mettant le doigt sur un des mystère de cette affaire . . .
Il vient un moment dans chacune de nos vies, où le contrôle des événements qui nous permet de rester raisonnable nous glisse entre les doigts. . .
Pando

_________________
Did I mention I’m poison?
My crimes and sins are beyond counting. I promised you an eternity of misery, so I’m just keeping my word.. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam E.Warren


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 13/08/1987
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ▌AVENTURES VÉCUES : 350
▌ARRIVÉ(E) LE : 31/08/2017
▌CRÉDITS : sweet disaster&tumblr.
Ton âge : 26ans.
localisation : Derrière ton cul.
emploi : Lieutenant de police.
humeur : Amusé.

MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam Ven 17 Aoû 2018 - 9:55


Yuuri & Liam

Dure réalité


Il doit planer au dessus de la tête du lieutenant une bien curieuse malédiction car la plupart des filles qu'il côtoie sont souvent des sales mégères aigries renfermée dans une espèce de carapace qu'elles pensent indestructible. La première référence avait été cette "Gloria" qu'il avait rencontré au bar. Une nana qui ne s'était pas gênée pour lui renverser complètement son verre sur le t-shirt avant de le faire complètement tourner en bourrique. Bon, il avait trouvé ce petit jeu plutôt intéressant et fort heureusement que la donzelle était plaisante à regarder car il aurait certainement rebrousser le chemin aussi vite qu'il n'était arrivé à elle. Voilà que maintenant, c'était la propriétaire de la demeure Kozukata qu'il devait affronter et encore une fois, une assez plaisante demoiselle, du moins, d'apparence. Pourquoi faut-il que toutes les jolies filles sont des connasses? Non sérieusement, à chaque fois qu'il en trouve une à son goût, elle se révéle en réalité être la pire des garces, le genre petite teigne qui cache un vrai démon en elle. Alors soit, elles se sont passées le mot, soit elles savent que lui aussi dans sa vie a été un gros con qui a abandonné son ex petite amie enceinte jusqu'aux oreilles en reniant totalement le fait d'être le père de ce mioche qu'elle avait fini par porter jusqu'à son terme. Ce Liam la n'est plus. Il assume sa paternité désormais bien qu'il n'y a aucune gamine dans ses pattes pour l'aider à le prouver. Et puis, tout le monde fait des erreurs dans la vie, c'est comme ça qu'ont avancent non? Les deux mains relevés et parallèles à son torse il refusait de se faire passer pour ce qu'il n'était pas, mais en même temps, elle n'a pas à lui tendre la perche, si elle le fait, il ne faut pas s'étonner qu'il l'a saisisse. «Excusez moi Mademoiselle, je refuse d'avoir des soucis avec la justice j'en ai déjà pour mon compte.» Et heureusement d'ailleurs qu'il n'avait pas été marié avec la dîtes donzelle qui lui a pondu sa fille car les choses auraient sûrement étaient encore plus complexes.

Enfin, la n'était pas la question. Le cas présent était cette fille, cette brune sulfureuse qu'il aurait un peu plus apprécié avec un sourire sur les lèvres, chose qu'elle fit, même si son répondant était mordant, tranchant. Une nouvelle petite pique "affective?" pour le lieutenant Warren. Cela ne l'empêcha pas de pouffer de rire en passant une main libre maladroite dans ses cheveux. Cette nana venait de vraiment de sourire, même discrètement et cela était pour lui une grande victoire quoi qu'elle puisse en dire.«Si il faut me descendre plus bas que terre pour vous voir sourire alors ne vous gênez pas, il me semble même d'ailleurs en apercevoir un de sourire, juste la.» Il aurait bien levé le doigt sur sa bouche mais il s'était abstenu histoire de ne pas attiser d'avantage sa colère. Il s'était contenté de faire un signe de tête en direction de son visage et c'était bien suffisant d'ailleurs. Puis finalement, la furie s'écarta de la porte pour lui permettre d'entrer à l'intérieur du domaine, prenant soin de refermer la porte sur son passage. A l'entrée, le lieutenant vint aussitôt contempler le décors qu'il avait déjà pût apercevoir le jour du "drame". L'endroit était joliment décoré et propre, qui aurait pût penser que quelqu'un s'était introduit ici pour cambrioler la brunette? Personne. Comme ci rien n'était arrivé. Certaines personnes, pour moins que ça, ne sont jamais revenus chez eux, mais elle, cette fille la, continuait à y vivre simplement. La vie continue paraît-il, elle doit être de ce genre la qui se soucie rarement des ennuis et qui préfère qui sait, les apporter.

Alors qu'il avança de deux pas, la brune derrière lui vint lui rappeler ce qui s'était passé ce jour la sans forcément rentrer dans les détails, et elle aurait très pût être en train de s'envoyer en l'air que pour lui ça n'avait aucune importance, ce qu'il voulait savoir c'est si quelqu'un, un individu quelconque chercherait à lui nuire. Connaître son entourage permettrait notamment aux forces de l'ordre de pouvoir les interroger et de trouver qui sait, le coupable de tout ça. La furie vint une nouvelle fois s'adresser à lui, sauf que cette fois, c'était elle qui tenait les rennes, c'était elle qui posait les questions. Le sourire malin et joueur du lieutenant s'était effacé sous ses paroles. Il s'était laissé embobiner par son questionnement et se demandait sérieusement désormais ce qu'il serait capable LUI de faire pour retrouver quelque chose de précieux que quelqu'un lui aurait subtilisé. Il pensait instinctivement à sa fille, même si elle n'avait pas été kidnappé, il était prêt à tout pour lui remettre la main dessus et la préserver justement de tous ses fous à lier qui rôdaient dans les parages. A vrai dire, Liam pouvait être un chic type comme le pire des enfoirés et il serait prêt à tuer si il le fallait pour retrouver "ce bien précieux". «La n'est pas la question Mademoiselle Kozukata. Ce n'est pas de mes affaires qu'il s'agit mais des vôtres.» Lui répondit-il fermement avant de se retourner pour lui faire face, voir ce petit regard brillant, pétillant de malice et de fourberie souligné par un petit sourire. Cette fille fouterait les pétoches à n'importe qui en fait et Liam se doutait bien qu'elle ne partirait pas en cuisine pour lui préparer une tasse de thé avec les petits gâteaux en accompagnement. Non, cette fille la, elle voulait qu'il se casse, elle ne voulait pas qu'il se mêle de ses affaires sauf que manque de pot quand tu fais appel aux forces de l'ordre, faut pas s'étonner qu'elle se mêle de tes affaires. «Ne prenez pas cet air, je ne suis pas venu pour vous juger personnellement, je veux juste apprendre à vous connaître, vous et, pourquoi pas vôtre entourage, non pas que je soupçonne quoi que ce soit, mais je serais curieux de savoir qui dans cette ville a l'immense privilège d'être inscrit dans le petit cercle amical de la charmante Yuuri Kozukata.» Certainement pas des gens de cœurs vu le personnage mais sait-on jamais, peut-être que la demoiselle est plus surprenante qu'elle n'en a l'air aux premiers abords.

 

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Tant pis, un jour ou l'autre, faudra bien sortir du lot.Tant pis, j'ai sur le dos le poids du regard des autres.Tant pis, j'assume mon rôle, certains disent que j'en fais trop.Tant pis, je ferai des fautes, ça prouvera qu'je n'suis qu'un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuri Kozukata


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 17/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ▌AVENTURES VÉCUES : 6734
▌ARRIVÉ(E) LE : 15/01/2015
▌CRÉDITS : avatar by (c)midnight blues / gif (c)petrova-gifs/ sign by by anaëlle.
Ton âge : 28 ans
localisation : Dans sa paisible maison, ou son bureau au journal locale qui est un peu comme sa seconde maison. Si elle ne se trouve pas dans ces lieux, elle se trouvera sûrement quelque part en ville en train de s'attirer des ennuis
emploi : Journaliste, emmerdeuse etc ....
humeur : ★ Boys are stupid.Let them fall ★

MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam Jeu 23 Aoû 2018 - 16:44

I'm back from
HELL
Que pouvait-elle faire face à ce genre de personne. Elle se contenta uniquement de refouler sa colère et son agacement afin de ne pas faire, ou dire quelque chose qui pourrait lui causer du tort. Elle devait se montrer prudente, car même si lui donner l'impression d'être un abruti, il semblait assez perspicace, à croire que le niveau de recrutement chez les forces de l'ordre était à la porté de tous. Yuuri ne releva pas ses remarques bien qu'elle eut envie de le gifler, elle se retint afin de ne pas devoir aller commissariat, et aussi pour user de ses relations pour en ressortir rapidement. La demoiselle portait de nombreuses étiquette tel que celle d'être une petite chipie pour les personnes polies et une véritable vipère pour les habitués et elle avait aussi hérité un tas de noms d'oiseaux pour les personnes ne l'appréciant que très peu. Pourtant, elle avait quelques amis, ils étaient rares, mais elle savait porter un masque afin d'avoir un semblant de vie sociable, bien que ses "amis" ne savaient rien de ses combines. Comme la demoiselle le disait souvent : secret confié ; secret divulgué. En tant que journaliste elle savait de quoi elle parlait, les gens lui confié des secrets et le lendemain cela faisait la Une du journal et même de nombreux sites.

Son attention se porta de nouveau sur le lieutenant de police, il était comme la plupart des hommes de cette ville, il se voulait sûr de lui et il pensait sans doute pouvoir faire parler la demoiselle facilement. Même si elle est bavarde, elle n'allait pas lui faciliter la tâche, certes elle cachait des preuves afin de régler personnellement cette affaire, mais elle n'avait pas envie de l'aider. Il se trouvait sur son territoire donc il devrait se plier à ses règles afin de pouvoir lui arracher la moindre information. Bien que cela était difficile de vivre à nouveau chez elle, Yuuri ne laissait rien paraître, elle avait peur, mais elle ne pouvait pas se permettre de le dire, après tout les gens lui riraient sans doute au nez, et selon la logique de la journaliste, la peur était un sentiment humain, mais face à cela, elle faisait preuve de bravoure. Rien de plus simple que de sourire pour effacer ce sentiment d'insécurité. La demoiselle savait jouer sur tous les tableaux, mais était-elle vraiment sincère ? Elle-même ignorait la réponse.

Vu son attitude dite "professionnelle", la demoiselle remarqua le fait qu'il s'investissait réellement dans cette affaire, d'autre part elle savait pertinemment que l'affaire serait classée sans suite pour son plus grand bonheur. Néanmoins, sa question semblait le perturber pour le plus grand bonheur de Yuuri, elle n'était jamais prise au sérieux, sans parce qu'elle était bien trop naïve à première vue, mais il ne fallait jamais jouer avec elle sous peine de le regretter amèrement. Bien qu'il refusa de lui répondre, elle n'hésita pas à reprendre sur le même air : " Ce n'est pas une réponse." Mais comme il avait pointé le fait que cela étaient ses affaires elle ajouta avec son sourire pleins de malice : " Ce sont mes affaires. . . C'est pour cela que je vais vous laisser mener votre enquête tandis que je retournerais la ville quitte à faire de nombreux dommages collatéraux, après tout le plus important est le résultat." Elle continua de faire les cent pas dans la pièce quelques minutes, puis elle se posa sur un des fauteuil qui se trouvait dans la pièce. Son regard fixait dans un premier temps le dossier, puis elle regarda l'officier pendant qu'il tentait en savoir plus sur la demoiselle, elle leva son regard vers le plafond avant de se lever pour venir se tenir à quelques centimètres de lui pour lui affirmer : " Je ne suis pas une balance. Mon "entourage" n'a rien à voir avec cela, je peux vous le garantir, cependant, je peux vous affirmer une chose, je ne tiens pas à avoir d'ami. C'est une chose inutile, cependant des connaissances j'en ai pas mal. Mais vous semblez être plus informé que moi, je crois même que vous êtes déjà au courant. " Elle marqua un léger temps de pause avant de répliquer avec une pointe d'ironie : " La curiosité est un vilain défaut et la flatterie ne vous mènera nulle part. Mais, si vous comptez me faire parler et bien laissez moi vous dire que vous êtes mal informé."

Détenant des informations précieuses elle était prête à jouer un peu, bien que cela n'allait pas vraiment plaire à l'officier. Yuuri s'éclipsa quelques minutes et revint avec une thermos et de quoi prendre le café. Son air si joyeux pouvait paraître suspect, mais comme il lui faisait pitié, la demoiselle lui proposa un petit jeu assez amusant, tout en prenant place face à lui, elle lui avoua : " Vous semblez avoir des informations, et j'en ai également. Peut-être pouvons-nous envisager un échange équitable. Cependant, si vous venez à me mentir, je n'hésiterai pas à faire de votre vie un véritable enfer. Et croyez-moi, vos collègues pourront confirmer mes dires. Donc par ou devons-nous commencer ? " La demoiselle afficha un large sourire, comme si cela n'était qu'un jeu pour elle. Yuuri était de nature bavarde et son air innocent aider beaucoup dans ses affaires, l'avantage qu'elle en tirait était que personne ne pouvait la soupçonnait de quoi que ce soit, bien au contraire. La jeune femme avait l'impression qu'il savait comment elle agissait et sans doute allait-il la frapper avec un point sensible, mais pour cela il faudrait qu'il ait trouvé... La jeune femme se posait beaucoup de questions, et le fait qu'il s trouvait là avec un dossier ne faisait clairement pas parti de son plan. Elle ne pouvait pas l'influencer, ni même l'utiliser, il était juste un "imprévu" dans toute cette histoire ou même un potentiel dommage collateral.
Il vient un moment dans chacune de nos vies, où le contrôle des événements qui nous permet de rester raisonnable nous glisse entre les doigts. . .
Pando

_________________
Did I mention I’m poison?
My crimes and sins are beyond counting. I promised you an eternity of misery, so I’m just keeping my word.. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam E.Warren


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 13/08/1987
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ▌AVENTURES VÉCUES : 350
▌ARRIVÉ(E) LE : 31/08/2017
▌CRÉDITS : sweet disaster&tumblr.
Ton âge : 26ans.
localisation : Derrière ton cul.
emploi : Lieutenant de police.
humeur : Amusé.

MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam Ven 7 Sep 2018 - 6:52


Yuuri & Liam

Dure réalité


Ce n'est pas une réponse. Si, ça en est une que madame soit contente ou non. Ici, c'est lui qui pose les questions parce que c'est son job, parce qu'il a pas trouvé de mieux à faire que de passer ici pour venir en aide à cette petite vipère fourbe et malicieuse qui ne lui faciliterait pas la tâche. En général, les officiers de police ont tendance à éviter les journalistes, parce que bien souvent, ils ont tendance à déformer la réalité pour faire vendre leurs articles de journaux et attirer la curiosité des gens cupides et naïfs de ce monde. Plus les titres sont gros, et plus l'humanité achète, prête à croire ses mensonges décrits ligne par ligne. Bien sûr, c'est un peu comme dans tout les métiers, certains sont honnêtes, professionnels et Liam n'a personnellement aucun soucis avec eux, mais il fallait pourtant être prudent et resté sur ses gardes, sait-on jamais après tout, des informations peuvent rapidement fuitées dont, pourquoi pas, le fait que lui, lieutenant de police, avait perdu la trace de sa gamine du jour au lendemain et qu'à défaut de la chercher et de remuer ciel et terre, il passait son temps libre dans les boites de nuits pour boire de l'alcool et profiter simplement de la vie. Il savait que ça pourrait faire les gros titres à Game City et ainsi nuire à sa réputation d'ou le fait qu'il se méfier de cette Yuuri au minois plaisant mais à la personnalité d'une diablesse.

Cette même diablesse qui refusait de coopérer, comme il l'aurait présagé. Elle campait sur ses positions et ne semblait pas prête à lui offrir ce qu'il était venu chercher jusqu'ici. Si ce qui le regarde lui appartient à lui, il en est de même pour elle, après tout c'était un bon deal, sauf que sa profession à lui, le poussait à connaître la jeune femme pour tenter enfin de faire la lumière sur cette sordide affaire de cambriolage. «Très bien. Très bien je mènerais l'enquête si vous n'êtes pas en mesure de m'apporter des réponses, j'irais de moi même fouiner dans vôtre petite vie pour trouver mes sources.. mais si je peux vous donner un conseil, éviter les dommages collatéraux au risque qu'ils se retournent contre vous. Vous savez ce qu'on dit, ce n'est que le retour de bâton. » Et il était dans ses droits. Qu'elle le veuille ou non, il trouverait ce qu'il est venu chercher, d'une façon ou d'une autre, en espérant que ça ne soit pas elle qu'il viendrait chercher pour emprisonner ses deux poignets à l'aide de menottes. Cette femme, il avait du mal à la cerner, elle pouvait paraître froide sous ses paroles et sous ses attitudes, comme en un claquement de doigt, pouvait devenir l'être le plus innocent de cette terre, comme un nouveau né venant de voir le jour et Liam, d'ailleurs, eut le droit à ses deux facettes.

Auparavant installée sur son canapé, à le toiser, elle s'était levée, puis approchée pour lui parler, refusant clairement de parler de son entourage, ou de qui que ce soit. Elle avait vu clair dans son petit jeu et lui commençait à en faire de même avec elle. A cette allure, cette discussion finirait par un sans queue ni tête, retour à la case départ pour le lieutenant Warren qui repartirait bredouille sans informations à inscrire sur le dossier. Un petit sourire se nicha au coin de ses lèvres alors qu'il lui faisait face. Non, il ne la craignait pas, elle aurait presque pût le menacer de le tuer qu'elle ne lui aurait pas fait peur, bien au contraire. Des tarées dans son genre, il en côtoyait tout les jours par le biais de sa profession et ce n'est pas ce genre de personnage la qui l'effrayerait au point de partir la queue entre les jambes comme un pauvre animal battu et sans défense. «Je peux en conclure que cela vous a quand même flattée.» Elle avait parlé de flatterie, même si elle ne le mènera à rien elle n'avait pas trouvé le mot "Charmant" comme une insulte ou une atteinte à sa petite personne, la demoiselle finirait dans tout les cas par succomber, il en était presque certain, peut-être pas aujourd'hui, mais qui sait, à l'avenir.«Vous êtes peut-être dure en affaire Mademoiselle Kozukata mais vous avez oublié à qui vous avait affaire. Si être secrète fait parti de vos qualités, être borné et têtu fait parti des miennes et je ne compte pas lâcher l'affaire si rapidement vous voyez?» Finit-il par lui souffler au visage presque avec amusement.

Elle voulait jouer, et bien ils joueront à deux, au risque de s'y brûler les ailes, l'âme, le corps, et tout ce qui peut prendre feu rapidement. La demoiselle s'éclipsa le temps de quelques secondes, à son retour, elle avait une toute autre odeur sur elle, celle du café chaud, le café noir bien corsé qui pourrait presque le faire grimacer. Enfin un signe d'hospitalité, et accompagné d'un sourire en plus de ça. Cette fille se révélait être de plus en plus intéressante au fil du temps. On aurait pût parler de schizophrénie ou de bipolarité car alors qu'elle venait de lui dire qu'il aurait rien d'elle, voilà que cette fois, mademoiselle voulait troquer quelques informations en échange des siennes. Un deal, voilà ce qu'elle voulait. Il lui offrirait ses précieuses informations en échange des siennes, sauf que les maigres informations composant le dossier étaient déjà en sa possession. Il faut dire que l'affaire Kozukata n'avançait pas des masses, et qu'ils étaient à deux doigts de clôturer le dossier et de ne pas donner suite à cette affaire. Enfin, il n'avait pas même le temps de répondre que la voilà de nouveau avec ses menaces. C'était ça d'ailleurs qui avait effrayés la plupart des officiers, ses menaces. Yuuri représentait à elle seule le genre de poupée maudite dont pas mal d'hommes ont peur, elle ferait un personnage principal de film d'horreur parfait. «Rangez vos menaces au placard Yuuri, vous ne me faîtes pas peur.» Il l'appelait par son prénom oui et semblait presque agacé par son comportement de petite gamine bornée et insupportable. On aurait presque l'impression de faire face à une enfant qui fait du chantage affectif pour avoir une sucette ou un jouet hors de prix dans un magasin de grande surface. Madame se la joue femme fatale mystérieuse et n'attend qu'une chose: Qu'il s'en ailles, sauf qu'il finirait peut-être par le faire au bout d'un moment, avant de revenir, le lendemain, et le surlendemain, jusqu'à ce qu'elle cède, qu'elle craque, complètement. «Mes collègues vous ont déjà fait part des informations en nôtre possessions, il n'est donc pas nécessaire de les "troquer" contre les vôtres et je ne demande aucun deal, juste une petite coopération. Entre vous, et moi. Voyez ça comme, de simples confidences, entre amis.» Même si il se doutait bien qu'il n'était pas l'un de ses amis, mais peut-être la seule oreille attentive qu'elle peut avoir en ce moment. Ce serait regrettable de ne pas pouvoir parler ouvertement avec la seule personne qui soit en mesure d'écouter vos malheurs et de tenter même d'y apporter une solution. C'est ce qu'il était venu faire Liam, au fond, il pouvait la taquiner, l'embêter, que sa présence en es lieux était pour son bien à elle, pour pouvoir l'aider à trouver les coupables de cet affreux cambriolage.
 

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Tant pis, un jour ou l'autre, faudra bien sortir du lot.Tant pis, j'ai sur le dos le poids du regard des autres.Tant pis, j'assume mon rôle, certains disent que j'en fais trop.Tant pis, je ferai des fautes, ça prouvera qu'je n'suis qu'un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuri Kozukata


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 17/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 30 ▌AVENTURES VÉCUES : 6734
▌ARRIVÉ(E) LE : 15/01/2015
▌CRÉDITS : avatar by (c)midnight blues / gif (c)petrova-gifs/ sign by by anaëlle.
Ton âge : 28 ans
localisation : Dans sa paisible maison, ou son bureau au journal locale qui est un peu comme sa seconde maison. Si elle ne se trouve pas dans ces lieux, elle se trouvera sûrement quelque part en ville en train de s'attirer des ennuis
emploi : Journaliste, emmerdeuse etc ....
humeur : ★ Boys are stupid.Let them fall ★

MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam Mer 19 Sep 2018 - 1:36

I'm back from
HELL
Si la demoiselle devait se contenter de rester silencieuse, elle pourrait imaginer un tas de stratagèmes pour lui faire fermer son clapé avec son air supérieur. Il pouvait poser les questions, la demoiselle parlerait qu'en la présence de son avocat. Elle détestait les forces de l'ordre, ils étaient corrompus par l'argent et ils se trimbalaient souvent pas mal de casserole que la journaliste aimait mettre en première page. Il était clair qu'elle ne les porter pas son cœur, après tout ce n'était pas compliquer, car la demoiselle n'aimait que sa petite personne. La journaliste n'avait pas entendu parler de ce lieutenant, elle devrait prendre des précautions et pourquoi ne pas lui montrer qui à le plus de pouvoir dans cette ville corrompu.  La coopération n'était pas son fort, car participer à une œuvre commune était souvent signe de problème. Depuis son arrivée en ville, elle n'avait accordé sa confiance à personne et n'avait généralement pas besoin de coopérer avec qui que ce soit pour mettre fin à une affaire. En y repensant, la demoiselle avait sans doute alerté les forces de l'ordre un peu tôt dans cette histoire, elle ignorait le fait que la personne qui s'occuperait de son affaire serait de nature tenace et dérangeante. Elle se demandait alors depuis quand la police pouvait recruter des personnes avec un QI aussi développé. Toutefois, elle n'était guère ravie lorsqu'il mentionna le fait de devoir fouiner dans sa petite vie, elle répliqua avec un air de je-m’en-foutiste " Faites donc, j'ai hâte de voir ce vous trouverez. Cependant, je pourrais faire de même. Fouiner dans votre vie ne va pas être très passionnant, mais je suis sûre que vous cachez des secrets... Je me demande quel genre de cadavre vous pouvez cacher dans votre placard. Et ne vous inquiétez pas pour le retour de bâton, j'ai un excellent karma. " La demoiselle afficha un large sourire qui pouvait cacher un plan diabolique dont elle seule avait le secret. Il était difficile de savoir ce qu'elle pensait à la minute près, d'un côté elle avait envie de retourner la ville afin de mettre fin à cette mascarade et d'un autre côté elle avait envie de jouer. Mais le fait de devoir régler cette histoire dans la légalité était sans doute la chose qui irritait le plus la journaliste.

Bizarrement, il ne craignait pas ses mises en gardes, Yuuri était bien connut pour son franc-parler et ses méthodes pu orthodoxes, elle était déterminée à faire avancer les choses, sauf que son potentiel partenaire de jeu ne lui inspirait pas grand chose, il était un peu trop sage pour elle. Yuuri comptait tôt ou tard lui arracher son petit sourire et son air supérieur. Tout en haussant les épaules elle répliqua de manière simple et naturelle : " Pas vraiment, à vrai dire, je place votre flatterie au même niveau qu'une insulte. Donc inutile de vous un tableau. " Elle ne pouvait pas dire qu'elle s'était sentie insulté, cela ne l'aurait pas aider, car froissé l'ego de son invité ne l'aiderait pas à en savoir davantage. Elle devait mesurer ses paroles jusqu'à ce qu'elle obtienne ce qu'elle convoitait depuis son arrivée. La jeune femme faisait preuve d'un sacré self-contrôle, en tant normal ce genre d'individus ne vit jamais très longtemps à son contact : " Cela est sans doute dû à ma profession, mais sachez une chose, j'obtiens toujours ce que je veux, c'est comme ça. Donc, vous pouvez continuer à être têtu et borné, cela ne vous aidera pas. À vrai dire, vous n'utilisez pas les bonnes méthodes pour me soutirer la moindre information." Il va de soit que les remarques et les menaces n'avez que très peu d'effets sur elle. C'était une personne endurcie qui flirtait sans cesse l'illégalité depuis des années. Il y avait bien une raison sur le "pourquoi" du "comment" .

Bien qu'elle s'était montrée un tant soit peu aimable, elle pouvait rapidement agir de manière assez détestable. Si les menaces n'avaient aucun effet sur lui, elle agirait d'une autre manière qui serait sans doute peu appréciée pour son invité. En agissant ainsi Yuuri voulait sans doute tentait une autre approche afin d'avoir de nouvelles informations, mais au vu de la réaction du lieutenant le dossier qu'il tenait dans ses mains devait être aussi vide que son niveau de créativité. Ce qui était une déception pour la demoiselle qui espérait une toute petite information. Bien qu'elle avait mis en garde ce dernier avait répliquer de manière familière en l’appelant par son prénom, ce qu'ironiquement la demoiselle repliqua : " Seuls mes amis ont le droit de m'appeler par mon prénom. Ou sont donc passé vos bonnes manières ? " Son petit air innocent commençait enfin à l'agacer, elle venait sans doute de marquer un point. La demoiselle était naturellement insupportable, le genre de personne égoïste et détestable au plus haut niveau, mais il n'avait pas encore fait les frais de son côté narcissique avec une touche de d'impulsivité. Yuuri prendrait sans doute un malin plaisir à le détruire lentement, mais sûrement juste sa satisfaction personnelle. Bien que pendant il prenait la parole, la demoiselle se contenta de lever les yeux vers le ciel, cela était ennuyeux et si prévisible, pourtant elle ne lui manqua pas de rire au nez : " J'espère que c'est une blague ? Hum " de simples confidences entre amis". . . Vous savez ce que je fais des mes "amis" ? Je les utilise et une fois qu'ils deviennent inutiles, je les jette à la poubelle tout en prenant soin de les détruire avant sinon ça ne serait pas drôle. " Yuuri s'était retenue de lui dire ce qu'elle pensait de la coopération. Avec le temps, elle avait appris à encaisser la moindre déception, le moindre problème, et cela, sans l'aide de personne. Sans doute pensait-il qu'en lui berçant avec de belles paroles la jeune femme se laisserait aller à une confession, il se trompait sur toute la ligne. Ce n'était pas le genre de la journaliste. La demoiselle était sans doute trop fière pour l'admettre ses erreurs, mais il était facile de voir qu'elle en faisait une histoire personnelle.

Yuuri lui faisait face, tout en s'amusant à remuer la cuillère dans sa tasse à moitié vide. Bizarrement, elle n'ajouta rien, pas de mots blessant ou de parole cinglante. Elle resta silencieuse à table, sans doute, était-elle en train de réfléchir ou de se remettre en question. Cette histoire l'avait profondément affecté que même son jugement était faussé. Yuuri avait toujours appris à prendre son temps pour se venger, mais à l'heure actuelle, il n'y avait rien qui pouvait remplacer ce qui lui avait été dérobé. Plus les heures passé et plus cela l'affectée. Elle se leva de sa chaise pour aller planter son regard du côté de la baie vitré, son regard était perdu vers l'extérieur. Elle connaissait la vérité, mais la vérité, c'est que ça fait mal donc elle se devait de mentir. Malgré qu'elle était envahie par ses sentiments négatifs la demoiselle lui avoua une chose : " Vous ne pouvez pas forcer les gens à vous apprécier, mais vous pouvez les forcer à vous craindre. Et c'est clairement ce qui va se passer avec les responsables une fois que je les aurais trouvés. " Elle avait retrouvée son petit sourire diabolique qui signifiait que tout aller bien, elle se retourna pour faire face au lieutenant puis lui avoua avec son air naturel : " La vie peut être une vraie garce surtout quand elle se comporte de cette façon. . . Je serais vous, je sortirais mon carnet et je prendrais des notes, car je n'aime pas trop me répéter et après tout , tout n'est que supposition. " Cela ne faisait aucun doute, la journaliste avait un tas d'idée, il voulait des confidences, elle allait de lui en faire une qui résonnerait surtout comme une menace ou un avertissement. D'autre côté cela ne faisait aucun doute que ses confidences privées auraient un prix, et son prix ne se comptait pas en zéro.
Il vient un moment dans chacune de nos vies, où le contrôle des événements qui nous permet de rester raisonnable nous glisse entre les doigts. . .
Pando

_________________
Did I mention I’m poison?
My crimes and sins are beyond counting. I promised you an eternity of misery, so I’m just keeping my word.. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam E.Warren


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 13/08/1987
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ▌AVENTURES VÉCUES : 350
▌ARRIVÉ(E) LE : 31/08/2017
▌CRÉDITS : sweet disaster&tumblr.
Ton âge : 26ans.
localisation : Derrière ton cul.
emploi : Lieutenant de police.
humeur : Amusé.

MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam Mer 17 Oct 2018 - 8:13


Yuuri & Liam

Dure réalité


Cette fille est coriace et tellement complexe. Une énigme à elle seule. Cela n'étonnait pas le lieutenant Warren qu'elle était seule dans cette gigantesque maison, surtout si elle avait pour habitude de se comporter avec ses "amis" comme elle le faisait actuellement avec lui. Il espérait dans cette histoire que la demoiselle collabore avec lui, après tout, il faisait cela pour son bien à elle et non pas l'inverse mais malgré cela, elle ne pouvait s'empêcher de se montrer froide et détestable avec lui, il ne faut pas s'étonner si certains officiers de police ont des méthodes douteuses après ça. Venir en aide à la civilisation n'était pas de tout repos, certains les voient comme de vrais héros, tandis que d'autres se contentent de les mépriser et de les insulter par tout les noms. Yuuri devait être ce genre de femme, méfiante, qui devait certainement avoir derrière un lourd passé bien sombre, noir. Il n'était pas la pour déterrer ses vieux démons, ce qui l'intéressait c'était ce qui s'était passé ce soir la dans la demeure de la demoiselle, et en apprendre un peu plus sur la propriétaire des lieux l'aiderait certainement à obtenir de nouvelles pistes et d'en détruire certaines qui n'auraient, de ce fait, plus aucun sens. Mais encore une fois, la jeune femme se montra bornée, têtue. Elle lui parlait de bonnes manières, cela le fit rire, car oui, aussi tête à claque pouvait être l'aîné Warren il avait été fils de bonne famille, avec des parents respectueux et respectables qui ont toujours pris soin des autres avant de prendre soin d'eux même. Liam s'était longtemps battu et démené pour en faire de même et ce malgré son tempérament et son sang chaud. En temps normal, il y était arrivé et c'était bien la première fois qu'un habitant de la ville lui donne autant de fil à retordre. Il soupirait à nouveau. Elle était agaçante sous ses airs de petite poupée démoniaque, et il ne releva même pas sa remarque. Si il voulait l'appeler Yuuri, il l’appellerait Yuuri que ça lui plaise ou non, en quoi cela est un manque de respect que de la tutoyer au lieu de la vouvoyer. Madame se permet bien des menaces envers un officier des forces de l'ordre, alors en quoi l'usage du "Tu" de son côté pouvait être un affront aux bonnes manières?

Il commençait sérieusement à en avoir marre de ses petites remarques, de la façon dont elle s'adressait à lui, Trish au moins avait eu beaucoup plus de tact malgré qu'elle lui avait quand même envoyé un verre d'alcool sur le torse. Pourquoi les femmes ne peuvent être pas que des femmes? Attention, aucun propos macho n'est prononcé, juste qu'en temps normal, et même fortes, les femmes ont toujours quelques faiblesses, c'est un peu le cas des hommes. Alors oui, il n'attendait pas un accueil royal dans cette demeure mais un minimum quand même, surtout qu'il n'était pas venu pour l'agresser ou se montrer odieux envers elle, bien au contraire, encore une fois, il cherchait à l'aider. «Nous ne sommes pas la pour parler de mes démons ni de quel temps il fera demain, et encore moins du sens de la vie. Ce que je veux, c'est des informations.» Commença t-il en effaçant sourire et taquinerie. Cette fois il était sérieux, et il ne tournerait pas autour du pot, il fallait qu'elle parle, sinon il s'en irait, elle aura gagné et bon courage pour retrouver les ravisseurs seule.

Yuuri lui avoua ne pas avoir beaucoup d'amis car en général elle s'amuse avec ses derniers avant de les jeter vulgairement comme des mouchoirs en papier. Encore une fois, il n'était pas venu ici pour "copiner" avec elle, il voulait juste lui parler, s'entretenir avec et obtenir des informations et honnêtement? il commençait à perdre patience. Je veux des putains d'informations je m'en fou de savoir ce que tu comptes faire à tes ravisseurs si tu les retrouves avant moi. Pensa l'homme en soupirant à nouveau. Son regard la suivit, elle qui s'éloignait pour observer l'extérieur à travers la baie vitrée. Il demeura silencieux jusqu'à ce qu'elle revienne à lui et lui demande de prendre note de ce qu'elle comptait lui dire les prochaines minutes.  A vrai dire, il est pas spécialement doué pour prendre des notes, des enregistrements en revanche..«Bien. On va faire quelque chose vous et moi, Yuuri.» De la poche de sa veste il extirpa un petit enregistreur qu'il pourrait utiliser à l'avenir dans son bureau ou chez lui pour mieux retranscrire son témoignage. Il aurait pût lui cacher l'objet mais c'était une façon de lui montrer sa bonne foi et qui sait, qu'elle ait un peu plus confiance en lui.«Ceci est un enregistreur et si vous me le permettez, j'aimerais que vos propos soient enregistrés dans cette petite boite. Avant de vous entendre râler, grimacer ou je ne sais quoi, je tiens à signaler que cet enregistrement m'est propre, ce qui veut dire que je serais le seul à pouvoir l'écouter et donc que je ne permettrez à personne de l'utiliser sans mon consentement et sans.. le vôtre.» Il ne pouvait pas être de meilleure foi que maintenant, à voir si la belle apprécierait, ce n'était pas gagné d'avance mais sait-on jamais.«Nous ne sommes pas à une séance chez le psychologue, je veux juste que vous me parlez de vôtre quotidien, de vôtre vie en général, si vous voulez entrer dans les détails, j'accepterais, si c'est non, j'accepterais également. Je veux juste que vous me parlez de vous, des gens que vous fréquentez en général, vous avez le droit de ne pas me donner de noms, vous pouvez simplement me dire ce qu'ils font dans la vie, c'est suffisant.» Il était serein, alors qu'il croisait le regard de la belle sulfureuse, son regard s'ancrer même dans le sien, et pas un sourire malin ne se profilait à l'horizon. Il était on de plus sérieux et il espérait au plus profond de lui même que la belle soit un minimum coopérative cette fois.

 

AVENGEDINCHAINS

_________________
 
Tant pis, un jour ou l'autre, faudra bien sortir du lot.Tant pis, j'ai sur le dos le poids du regard des autres.Tant pis, j'assume mon rôle, certains disent que j'en fais trop.Tant pis, je ferai des fautes, ça prouvera qu'je n'suis qu'un homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Dure réalité | Feat. Liam

Revenir en haut Aller en bas
 

Dure réalité | Feat. Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Got my eyes on you ~ Feat. Liam
» La vérité est parfois dure à accepter. Feat Nuage de l'Escargot.
» Intrigue | Quand le cauchemar deviens réalité | feat. Sophitia & Amethyst
» Un peu de fantaisie après une dure journée - Feat Gethin
» dure réalité ▬ regina ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game City :: Game City :: Quartier résidentiel-