AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 ○ Time passes, people move.Like a river's flow, it never ends. (Zelink)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zelda T.Rhoam


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 13/05/1992
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 57
▌ARRIVÉ(E) LE : 31/08/2017
▌CRÉDITS : Bazzart&Google.
Ton âge : 25ans.
localisation : Devant son ordinateur, ou les vitrines des pâtisseries , et parfois à la mairie.
emploi : Secrétaire administrative de l'adjoint du maire de Game City. Historienne et écrivaine à temps partiel et pâtissière à ses heures perdues.
humeur : Perdue dans ses souvenirs lointains.

MessageSujet: ○ Time passes, people move.Like a river's flow, it never ends. (Zelink) Mer 20 Déc - 22:26

On se rend compte de la valeur de la vie qu'à partir du moment ou ont est au point de la perdre. La vie, il faut la prendre telle qu'elle vient. Une destinée déjà toute tracée, des chemins qu'il faut parfois emprunter pour avancer. Des chemins qui parfois, ouvrent des portes sur de nouveaux horizons. Le tout, est de ne pas être effrayée par ce qu'elle nous réserve. Il est pourtant si simple de dire "Sourit, la vie est belle" ou encore "Ne t'inquiète pas, la roue tourne, tôt ou tard, elle tournera en ta faveur." mais, malheureusement, ça n'a jamais été le cas pour elle. L'argent ne fait pas le bonheur, la souveraineté encore moins, et ce bien au contraire. Le pouvoir attire les âmes les plus sombres et les pervertis au point de leurs faire commettre des actes impardonnables. Jamais elle ne s'est pardonnée d'avoir fuit son royaume. Jamais elle ne s'est pardonnée de l'avoir offert à Ganondorf, bien que secrètement, la toute jeune princesse d'Hyrule préparait déjà son grand retour. Elle n'était qu'une enfant à cette époque et déjà un lourd fardeau pesait sur ses maigres épaules. Avec horreur et désarroi, elle avait été spectatrice du déclin d'Hyrule, persuadée pourtant au fond de son cœur qu'un jeune héros du temps parviendrait à lui redonner sa beauté d'antan et c'est ce qui était arrivé. Si la jeune femme aurait pût vivre une merveilleuse félicité auprès de son peuple, c'est à Game City pourtant qu'elle avait vécue ses derniers temps.

Une ville bien différente du royaume dans lequel elle avait grandit. Une ville avec une technologie avancée, technologie dont elle eut beaucoup de mal à s'habituer mais avec les jours et les mois écoulés, la jeune femme était parvenue à se fondre dans la masse sans oublier sa précieuse Hyrule qui quelque part, lui manquer, mais pas que.. Pas une seule nuit ne passait sans qu'elle ne rêve de ce jeune garçon qui lui avait prêté main forte. Elle n'oubliera jamais son regard, son accoutrement et encore moins cette petite fée qui l'accompagnait. Elle n'oubliera jamais son courage et sa détermination qui le poussait à combattre le vil seigneur du malin afin de récupérer la divine triforce et de la préserver des ténèbres. Elle n'oubliera jamais ce regret qu'elle avait ressentie en le renvoyant à son époque à l'aide de l'ocarina du temps. Tout ses souvenirs restaient gravés en elle et quoi que Game City pourrait lui apporter, son lot de bons moments, de joie, comme de malheur. C'est d'ailleurs dans ce dernier que la jeune femme songea le plus aux terres verdoyantes d'Hyrule.

Il faisait froid ce jour la. Terriblement froid même. Elle n'aurait jamais du prendre le volant et pourtant, confiante et sûre d'elle, elle l'avait fait sans penser une seule seconde que son véhicule finirait sa course hors de la route.  A vrai dire, elle n'avait pensé à rien lors de cet accident malheureux, seul la sécurité de cette pauvre biche l'importait. Elle ne voulait pas la blesser ou pire encore, parce qu'elle incarnait toujours cette sagesse que bien des habitants d'Hyrule vénérait. Zelda était sage, un peu trop sage, bienveillante également, et alors que sa voiture roulant à vive allure se dirigeait en direction de cette biche qui traversait sa route, elle n'eut que pour réflexe de tourner brusquement son volant à gauche, perdant ainsi le contrôle total de la voiture qui termina sa route contre le premier arbre près de la chaussée. Fort heureusement, la ceinture de sécurité avait maintenu avec force son corps sur le siège, seule sa tête était partie en avant pour venir heurter violemment le volant, laissant un premier filet de sang apparaître sur sa tempe alors que par le choc l'air bag s'activait finalement pour la sécurisée au maximum. La brutalité de l'accident lui fit perdre aussitôt conscience et c'est dans une chambre totalement blanche qu'elle pût reprendre connaissance.

Suis-je morte? Les néons accrochés au plafond lui brûlait la rétine, cette couleur épurée également. C'était comme se retrouver parmi les anges, au paradis. Les yeux mi clos, elle déposa instinctivement sa main droite sur le côté droit de son crâne avant qu'une voix virile ne vient lui poser quelques questions. Une identité. Elle répondait aussitôt. Bien sûr qu'elle savait qui elle était. Zelda. Zelda Rhoam, princ-... Non. Zelda. Zelda Rhoam, secrétaire à la mairie de Game City. Sa réponse suffit pour rassurer le médecin qui s'empressa d'observer les moindres faits et gestes de sa patiente pour s'assurer qu'aucune grimace, ou nouvelle douleurs ne fassent leurs apparitions. Il lui expliqua par la suite le comment du pourquoi elle se retrouvait la et alors qu'il énonça l'appel des secours par un jeune garçon, la blondine l'interrompit aussitôt dans sa phrase. Quel garçon? Demanda t-elle aussitôt d'une voix fragile et fébrile en reprenant peu à peu conscience d'elle même. Peu importe ce qu'elle pensait, il y avait bien eu un garçon pour lui venir en aide et ce même garçon se trouvait actuellement dans la salle d'attente de l'hôpital d'après le spécialiste. Je veux le voir.. Je veux le remercier. Ce n'était pas la un souhait mais bien une obligation, comme du temps ou elle était princesse et que des domestiques étaient à son service sauf que cette fois, ce n'était pas un simple ordre capricieux, c'était une nouvelle marque de bienveillance et de gentillesse de la part d'une princesse un peu perdue dans ce monde. Elle tenait réellement à le remercier, sans lui, peut-être serait-elle restée inconsciente encore durant de longues heures, et qui sait ce qui lui serait réellement arrivé au final. Face à la volonté de la jeune femme, le docteur capitula et partit sans un bruit de la chambre pour certainement tenir au courant le héros du jour que celle qu'il avait vaillamment sauvée était de nouveau consciente et prête à le recevoir pour s'entretenir avec lui. La vérité approche..

_________________
Lorsque la journée est terminée, laisse-la derrière toi.Ne t'attardes pas sur ce que tu pourrais avoir fait ou ce que tu aurais dû faire.Demain est un autre jour et une autre chance.
Zelda T.Roham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Link Forest


avatar


https://78.media.tumblr.com/c96bcdb1d0488b96271b4b5c335a4bd8/tumblr_nie45taOZz1u6u9edo1_500.gif
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 28/04/1991
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ▌AVENTURES VÉCUES : 18
▌ARRIVÉ(E) LE : 09/12/2017
▌CRÉDITS : avatar & icons ©voodoo, gifs ©tumblr
localisation : Faut checker sa localisation snapchat.
emploi : Auxiliaire vétérinaire.
humeur : Aventurière.

MessageSujet: Re: ○ Time passes, people move.Like a river's flow, it never ends. (Zelink) Sam 23 Déc - 17:13

QUELQUES HEURES PLUS TÔT.


    Le froid se faisait davantage sentir dans la forêt, et l’humidité ambiante n’aidait pas à se réchauffer ; s’il avait su plus tôt qu’il cavalerait toute l’après-midi à la recherche d’une biche blessée, il se serait certainement habillé plus chaudement. La terre encore humide de la journée pluvieuse de la veille rendait évident le passage du pauvre animal, ce qui facilitait la recherche. Mais je ne suis pas garde-forestier, moi. Je m’occupe juste des animaux de compagnie. Pas des animaux sauvages. C’était toujours un plaisir d’aider, mais il se sentait par la même occasion coupable pour son indisponibilité à son véritable travail. Peut-être devrait-il reconsidérer ses permissions et obligations contractuelles à l’avenir ?

Son regard se porta sur un buisson à moitié jauni par le temps, dont le feuillage était tacheté de sang par endroit. Il n’y avait plus de doutes, la biche s’était bien enfuie par là. La direction qu’elle semblait prendre l’inquiéta alors, se demandant jusqu’où et quand elle allait courir. Ce n’était assurément pas comme cela qu’il avait pensé passer son vendredi après-midi...

Le talkie-walkie grésilla dans le silence sauvage de la forêt :
« Je viens de mettre la mienne en sécurité, annonça Max, le garde-forestier en poste cet après-midi-là. Tu en es où, toi ?
- Je suis toujours à sa recherche,
répondit Link. Elle semblait bien blessée donc je ne pense pas qu’elle ira trop loin. Je me dirige vers la quatorzième, avant le grand virage du lac.
- Je te rejoins dès que je peux. »


Link rangea le talkie-walkie dans la grande poche de sa parka et continua sa route, en prenant bien soin de scruter les alentours. Sur une large bande de terre, les traces de pas s’accumulèrent ; la biche avait tourné en rond, sans doute effrayée et fatiguée par son état. Mais tandis qu’il examinait les lieux pour savoir quelle direction suivre, un bruit lourd, comme un choc rude, s’éleva non loin de là. Le jeune homme retint sa respiration le temps de quelques longues secondes. Au loin, se trouvait la route. La biche l’avait-elle traversée, et provoqué un accident ? Le doute et l’inquiétude le submergèrent et il se mit à courir en direction du bruit suspect, traversant dans sa hâte buissons et feuillages dégarnis.

Une voiture s’était encastrée contre un des arbres qui longeaient la route. La biche, quant à elle, se trouvait assise dans le fossé opposé, sa patte toute ensanglantée, la tête droite et digne, avec toute la grâce qui caractérisait ces animaux. Elle était, sans nul doute, totalement effrayée et n’irait probablement pas plus loin. Mais il ne pouvait guère s’occuper d’elle maintenant... Le plus important était de s’assurer de l’état du conducteur de la voiture. Link longea alors rapidement la voiture, vit rapidement le corps immobile d’une jeune femme à l’intérieur, et entreprit d’ouvrir la porte de la voiture pour mettre la victime en sécurité.
  Ce qu’il vit, néanmoins, lui coupa le souffle.

C’était elle.
  De toutes les jeunes femmes qui peuplaient Game City, il avait fallu que ce soit elle.

Une nouvelle bouffée d’inquiétude le prit à la gorge, qui se noua et se contracta aussitôt. Pourquoi ? Mais il ne fallait pas céder à la panique. Link n’aimait guère les voitures - trop chères, trop dangereuses, il leur préférait les deux-roues. Mais depuis son arrivée à Game City il avait été assez prévoyant pour apprendre comment ce monde gérait de tels accidents et il savait donc que la première chose à faire en cas d’accident de la route était d’appeler les secours. Parce qu’ici, il n’y avait plus de magie, plus de décoctions magiques pour penser les blessures. Chaque seconde comptait, peu importait l’état et la gravité de la situation. Il glissa rapidement sa main dans sa poche avant et en sortit son téléphone, qu’il déverrouilla maladroitement. Ses doigts tapèrent le 911 et jamais, jamais les secondes qui s’écoulèrent entre ce moment et celui où l’on décrocha, lui avaient paru aussi longues.

HÔPITAL.


« Elle s’est réveillée. »

La voix grave du docteur le sort de ses songes tortueux. Link se remémore sans discontinuer les heures les plus bouleversantes de sa vie depuis son arrivée à Game City. Malgré les mots calmes et rassurants des urgentistes et des infirmiers qui l’avait pris en charge, il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour Zelda. La radio n’avait décelé aucune conséquence particulière au niveau du crâne et la jeune femme s’en sortait donc plutôt bien. Mais il ressasse et culpabilise, se morfond dans son inutilité, imagine ce que sa vie aurait été si la princesse avait péri lors d’un banal accident de voiture. L’idée ne manque pas de lui tordre le cœur.
Il se lève de sa chaise , au beau milieu d’un couloir animé par les vas-et-viens incessants du personnel, et se dirige vers le docteur.

« Plus de peur que de mal, continue celui-ci. Des ecchymoses et hématomes au niveau de la poitrine et du thorax, dus à la pression de la ceinture. Même si les radios n'ont décelé aucune lésion interne, elle risque de subir des douleurs au niveau de la tête, de la nuque et du dos... Dans un premier temps nous lui prescrirons des antidouleurs pour la soulager. Mais si ces douleurs persistent ou s'aggravent avec le temps, il faudra suivre cela avec attention et voir un spécialiste.. Il n'est pas rare que le corps souffre de séquelles après un tel choc. »

  Le visage et le corps de Link se décrispent d’un coup, comme soulagés par les mots du docteur qui sonnent comme le verdict final. Zelda est donc définitivement hors de danger. Merci, merci.

« Elle a demandé à vous voir. »

Link a un comme un léger mouvement de recul, étonné par la démarche. Zelda souhaitait le voir ? Son cœur se met à battre plus rapidement sous l’émotion que la demande suscite.

« Vous n’êtes pas un proche, n’est-ce pas ? »

Son regard croise celui du docteur, loin d’être dupe. Les voilà démasqués, lui et son stupide mensonge. Bien évidemment qu’il n’était pas un proche de Zelda, mais Link savait que s’il l’avait avoué aux urgentistes, on l’aurait laissé dans le hall en lui donnant le strict minimum de nouvelles. Seuls les proches étaient autorisés là où il se trouvait... et mentir lui avait permis de rester proche de la patiente et d’obtenir des informations sur le suivi de son état.
  Le docteur esquisse un sourire, comprenant vraisemblablement la nature des sentiments le liant à la jeune femme. Il fait signe à Link de le suivre dans le dédale des urgences, et finit par le mener vers la chambre de réveil de Zelda. Celle-ci a eu le privilège d’avoir une chambre pour elle seule... Naturellement, elle ne garderait pas ce privilège très longtemps.

« Je dois malheureusement vous laisser pour le moment, dit le docteur tout en lisant son dossier. L’infirmière devrait passer dans peu de temps pour les tests d’usage et l’accompagner dans son réveil. Elle est encore fatiguée, un peu sonnée par le choc, donc je vous conseillerais naturellement de ne pas la brusquer. »

Link acquiesce et remercie l’homme en hochant vivement la tête. La gêne qui le gagne se met soudain à se battre en duel avec l’inquiétude le rongeant déjà ; pourquoi, pourquoi devrait-il engager une conversation avec elle dans de telles circonstances ? Alors que cela faisait des mois qu’il avait croisé sa route sans jamais avoir trouvé le courage ne serait-ce que de la saluer ?

Sa main attrape lentement mais fermement la poignée de la porte. Celle-ci s’ouvre sur une petite chambre au confort spartiate ; la jeune femme est allongée sur le lit avec les draps remontés au niveau de la clavicule et elle le regarde - ses yeux sont toujours aussi bleus, comme dans son souvenir. Ce regard, il ne l’a pas oublié, et le recroiser à nouveau fait battre son cœur comme jamais. Est-ce que tu me reconnais ? Probablement pas. Les années semblent avoir été plus clémentes avec Zelda, dont le visage paraît toujours aussi jeune et radieux que dans le temps, même s’il est déformé par son malheureux état. Lui par contre, n’est plus le même, et même après deux années il peine à reconnaître le jeune Link dans le miroir. Ses cheveux sont plus courts et les traits de son visage plus durs, plus masculins. Il n’est pas non plus habillé à son avantage, avec son Levi’s du travail, ses Timberland aux pieds, et ce pull crème près du corps d’un banal affligeant. Il restera toujours le simple bonhomme qu'il a toujours été.
Il n’a pas le courage de mettre en évidence le tatouage de la Triforce, qui trône sur le dos de sa main droite.

Les mots peinent à sortir de sa bouche - après tout, il vient de sauver sa princesse d’un accident de voiture. Il n’y avait pas vraiment de mots dans ce genre de situation, si ? Tandis qu’il referme la porte derrière lui et dépose sa parka sur la petite table non loin de lui, il rassemble dans sa tête tous les conseils que ses amis lui ont donné pour se donner courage et, après avoir croisé une nouvelle fois le regard de Zelda, parvient à décocher quelques mots :

« Comment vous sentez-vous... princesse ? »

Les Déesses en soient témoins, cette expérience lui avait provoqué plus de stress que son combat avec le monstrueux Bongo Bongo dans les abysses infâmes du Temple de l’Ombre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelda T.Rhoam


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 13/05/1992
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 25 ▌AVENTURES VÉCUES : 57
▌ARRIVÉ(E) LE : 31/08/2017
▌CRÉDITS : Bazzart&Google.
Ton âge : 25ans.
localisation : Devant son ordinateur, ou les vitrines des pâtisseries , et parfois à la mairie.
emploi : Secrétaire administrative de l'adjoint du maire de Game City. Historienne et écrivaine à temps partiel et pâtissière à ses heures perdues.
humeur : Perdue dans ses souvenirs lointains.

MessageSujet: Re: ○ Time passes, people move.Like a river's flow, it never ends. (Zelink) Mar 26 Déc - 22:15

Ce n'était donc pas qu'un simple miracle ou cadeau divin. Sa survie, elle l'a devait à nouveau à quelqu'un, à un jeune garçon qui puis est. Ce n'est pas la première fois que la jeune femme doit sa vie à quelqu'un. Cela lui rappelle tant de souvenirs, de bons comme de mauvais. Elle se rappelle avoir craint la présence de Ganondorf rôdant tel le vil chacal qu'il était auprès de son valeureux père et roi du royaume. Elle se souvient avoir conspiré avec un enfant à la tunique verte, enfant de la divine providence qui rapporterait la paix et la félicité en Hyrule. Elle se souvient avoir fuit le royaume à dos e cheval aux côtés de sa chère Impa, nourrice protectrice et dernier membre du peuple Sheikah. Elle se souvient avoir joué le rôle de "Sheik" pour se tapir dans l'ombre et se faire oublier, avant de finalement se révéler comme l'un des sages de lumières et princesse d'Hyrule. Un sage qui n'a pas hésité à se donner corps et âme pour aider son protégé en restaurant la lumière sur ses terres. Un protégé qu'elle n'avait jamais eut la chance de revoir depuis..

En réalité, elle n'a jamais perdu l'espoir de le revoir un jour, persuadée que tôt ou tard, leur chemin se croiserait à nouveau. Après tout, ils sont tout deux porteurs d'un des fragments de la divine triforce, l'un ne va pas sans l'autre, un peu comme les trois déesses nourricières d'Hyrule. Enfin, ici, elle avait de nouveau cherché à se fondre dans la masse, bien que ce ne fut pas évident les premiers jours, la jeune femme s'était faîtes de nouveaux amis, des alliés de taille pour ne pas se faire repérer comme "L'ancienne souveraine de tout un peuple", sait-on jamais, parait-il que les murs ont des oreilles. Ici, elle n'était que Zelda Rhoam, secrétaire administrative et pâtissière à ses heures perdues. Une jeune femme respectée et respectueuse qui, comme dans son monde, aimait par dessus tout aider les autres que cela soit par de simples petits gestes du quotidien ou par des sourires chaleureux et une bonne humeur, souvent contagieuse. Malheureusement pour elle, en ce jour difficile, elle n'avait sût trouver le courage pour ne pas grimacer, les douleurs de ses membres lui arrachant parfois quelques gémissements douloureux à chaque mouvement. Pourtant, cela aurait pût être tellement pire.. Elle aurait pût y laisser la vie dans ce froid hivernal, si "ce" garçon ne l'aurait pas aidé. Ce garçon a qui elle avait demandé audience.

Dès qu'elle sentit ce petit bruit de porte, son regard se leva aussitôt sur cette dernière qui finit par s'ouvrir pour laisser une silhouette masculine se présenter à elle. Une silhouette qu'elle ne quitta pas des yeux une seule seconde. Do you remember? Dans son mutisme, l'ancienne souveraine penche la tête, cherche son regard, tente de se rappeler son visage, son nom mais rien ne lui vient en tête. Ce garçon, il ne porte pas de tunique verte, il n'a pas de fée volant à ses côtés. Ce garçon semble presque "banal", un peu comme tout ceux qu'elle avait pût croiser sur sa route à Game City, seulement voilà, lorsque enfin ses lèvres s'entre ouvraient pour laisser quelques paroles s'en échapper, la blondine sentit alors aussitôt son cœur se soulever. Tant bien que mal, elle chercha à cacher sa surprise, mais cela pouvait se lire sur son visage. Surprise, elle l'était, agréablement même. Cela faisait tellement de temps qu'elle n'avait pas été appeler "Princesse", d'ailleurs, elle ne s'était jamais vanté à quiconque d'avoir un jour porté ce titre honorifique. Ce garçon face à elle la connaissait, il savait qui elle était. Il ne connaissait pas simplement Zelda Rhoam, mais bien la Princesse Zelda d'Hyrule. Le coin de ses lèvres dessina un léger sourire, presque un peu nostalgique d'ailleurs, avant qu'elle ne prenne à son tour la parole d'une voix mélodieuse, douce. Princesse? Cela fait tellement longtemps que l'ont ne m'as pas appelé ainsi. Commença t-elle en invitant le jeune homme à prendre place sur la chaise auprès de son lit d'hôpital. C'était bien la la seule chose qu'elle pouvait lui proposer pour lui avoir sauvé la vie, s'asseoir et ne pas rester bêtement debout face à elle. Je..Je tenais à vous remercier de m'avoir sauvée la vie. Sans vous, je serais certainement encore à l'intérieur de cet engin de mort, frigorifiée ou pire encore. Son regard d'un merveilleux saphir se baissa, fuyant celui de son sauveur et c'est à peine si ses joues ne prirent par une teinte un peu plus rosâtre, rouge même tant la honte la submergeait. A croire que même à Game City, elle n'avait pas tant changé que ça et nécessitait toujours une aide bienveillante pour s'en sortir, elle qui pensait pouvoir gagner en autonomie s'était totalement trompée.

Au bout de quelques secondes, ses yeux, intrigués par cette présence à ses côtés se levèrent de nouveau sur l'individu à ses côtés. Une question lui titillait l'esprit et ce depuis qu'il avait prit la parole. Qui es-tu? Un homme, un jeune homme lambda, simple inconnu ou envoyé par la divine Farore, déesse de la nature et du courage? A moins qu'il ne s'agisse la que d'un simple hylien ayant vécu sur les terres d'Hyrule. Non. Ce regard, elle était presque persuadé de l'avoir déjà vu quelque part. De nouveau, elle plissait les yeux pour tenter de se remettre, cherchant au fin fond de sa mémoire son nom. Son nom. C'est quoi? Excusez-moi mais, est-ce que l'ont s'est déjà vu quelque part? Vous me rappelez quelqu'un.. Peut-être se trompait-elle, après tout, son colocataire lui même avait pour tendance de l'appeler "Princesse" sans qu'elle ne lui ait parlé de son passé, il connaissait pour ainsi dire rien d'elle, mis à part le fait qu'elle soit devenue sa secrétaire attitrée et sa passion récente pour la cuisine. Mais quelque chose lui disait que cette fois, la surprise serait de taille, peut-être même d'ailleurs qu'elle serait la plus belle surprise qu'elle ait pût avoir depuis son arrivée à Game City.

_________________
Lorsque la journée est terminée, laisse-la derrière toi.Ne t'attardes pas sur ce que tu pourrais avoir fait ou ce que tu aurais dû faire.Demain est un autre jour et une autre chance.
Zelda T.Roham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Link Forest


avatar


https://78.media.tumblr.com/c96bcdb1d0488b96271b4b5c335a4bd8/tumblr_nie45taOZz1u6u9edo1_500.gif
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 28/04/1991
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ▌AVENTURES VÉCUES : 18
▌ARRIVÉ(E) LE : 09/12/2017
▌CRÉDITS : avatar & icons ©voodoo, gifs ©tumblr
localisation : Faut checker sa localisation snapchat.
emploi : Auxiliaire vétérinaire.
humeur : Aventurière.

MessageSujet: Re: ○ Time passes, people move.Like a river's flow, it never ends. (Zelink) Hier à 17:58

   Link scrute avec attention la réaction de la princesse ; il s’interroge sur ses envies, sur sa vie à Game City, ses fréquentations. Il se demande quelle pourrait être sa place dans sa vie, si jamais une place il pourrait avoir. Il espère que Zelda soit satisfaite, peut-être contente, qu’elle le remercie avec un sourire et lui dise de ses propres mots qu’elle se sent bien malgré ses blessures. Alors il la regarde avec attention mais il est gêné, comme s’il n’avait pas sa place à son chevet. Il se sent, plus que jamais en cet instant, un simple garçon de la forêt qui n’a rien à faire avec la princesse d’Hyrule. Elle n’est plus princesse, comme toi elle est devenue une autre personne, peut-être cette fois-ci auras-tu une autre place dans son cœur. Il se sent stupide d’être tombé sous le charme de Zelda, il se sent demande s’il n’est pas plutôt tombé sous le charme de la royauté et de la richesse flamboyante.

    Quand une expression de surprise passe sur les traits de Zelda, Link ne peut s’empêcher de s’interroger sur son sens - l’a-t-elle reconnu ? le trouve-t-il laid ? Pourquoi se sent-il soudain si faible, lui qui jusqu’ici a toujours été un chevalier plein d’aisance ? Mais l’expression disparaît pour laisser place à un sourire nostalgique, et sa douce voix vient lui rappeler de vieux souvenirs. Le jeune homme ne sait que lui répondre, ne sachant comme expliquer qu’il se sent à ses côtés comme un pauvre paysan. Elle lui offre alors la possibilité de s’asseoir sur la chaise d’un simple geste, et il s’exécute, contente qu’elle lui ait offert ce privilège. Contre toute attente, Zelda ne semble pas dérangée par sa présence et il sent alors la confiance le réchauffer à nouveau.
    La princesse le remercie de lui avoir sauvé la vie, et tandis qu’elle parle de mort, Link surprend ses joues rosir et son regard le fuir. Son intérêt pour la princesse lui joue des tours, voilà qu’il s’imagine Zelda tomber sous son charme ! Mais il tâcher de garder un air impassible et de ne rien laisser transparaître pour ne pas la mettre trop mal à l'aise. Il sourit à son tour, trouvant la situation finalement cocasse et même plutôt gênante pour la promiscuité qu’elle avait crée entre les deux hyliens. La promiscuité qu’il avait tant attendu...

    « C’est tout naturel ma Dame, répondit-il, j’ai fait ce que j’avais à faire. Par chance je travaillais dans les environs et j’ai entendu la voiture heurter l’arbre. J’ai fait ce que j’ai pu pour arriver sur le lieu de l’accident. Vous avez été secourue rapidement par l’ambulance et j’en suis heureux et soulagé. »

    La princesse relève à nouveau le regard. Il voit ses yeux se plisser et comprend qu’elle est en pleine réflexion. Il ne sait comment réagir, et décide alors de se taire pour mieux la laisser parler à sa guise. Il se souvient que le docteur l’a mis en garde de ne pas trop la remuer, Zelda est probablement fatiguée et il ne compte pas trop l’embêter par sa présence. Son repos est sa priorité. Mais les questions qu’elle lui posent lui font froncer les sourcils : Zelda confirme qu’elle ne le reconnaît pas. Oui, manque-t-il de répondre, je ne suis plus le jeune adolescent fringuant d’avant. Il est probablement moins beau, moins charmant, peut-être moins charismatique... il ne sait guère plus. Alors comment lui dire ? Et que lui dire ? Link n’est pas vantard et il ne souhaite en aucun cas se vanter de ses exploits d’antan. Alors il cherche les mots justes, pour se présenter le plus simplement du monde.

    « Nous nous sommes déjà vus, oui. » Il a le sourire timide et l’air embarrassé de l’adolescent naïf d’avant qui semble gêné par le poids du destin. « La dernière fois, je vous ai redonné l’ocarina pour que vous me rameniez chez moi. Princesse, je suis Link de la forêt Kokiri. Je vous ai servi et vous servirez encore, dans un monde ou dans l’autre. »

    Le Temps, il le savait, lui avait joué beaucoup de tours dans sa vie. Se pourrait-il qu’il lui laisse enfin le temps de vivre la vie qu’il avait toujours rêvé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ○ Time passes, people move.Like a river's flow, it never ends. (Zelink)

Revenir en haut Aller en bas
 

○ Time passes, people move.Like a river's flow, it never ends. (Zelink)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» aiden •• the hands of time could never move again
» This is River Song, back in her cell. Oh, and I'll take breakfast at the usual time. Thank you!
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game City :: Game City :: Azuria Avenue :: Hôpital-