AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 (deuce) quand la fête devient un cours.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
P. Aloy Matthews


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/09/1995
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ▌AVENTURES VÉCUES : 41
▌ARRIVÉ(E) LE : 06/08/2017
▌CRÉDITS : (avatar + aesthetic) moi/noralchemist. (gif) tumblr (signature) astra (icone signature) BONNIE & fksweet
localisation : dans les jardins. vous savez, celle qui parle aux fleurs.
emploi : étudiante en art spécialisation paysagiste et employée à mi-temps à la fleuristerie.

MessageSujet: (deuce) quand la fête devient un cours. Mar 15 Aoû - 22:48


quand la fête devient un cours.
aloy & deuce


Le regard concentré, Aloy épongea son front du revers de la main et déblaya quelques mèches rebelles qui masquaient sa vue. La touche finale. Et voilà. La demoiselle venait de terminer un énième arrangement florale pour le compte de la petite boutique du centre de Game City. Elle avait enchaîné les bouquets toute la matiné et devait terminer dans quelques minutes. Elle devait encore en mettre un dernier au point et elle pourrait s'autoriser à quitter la boutique sans crainte d'une représailles de la part du propriétaire des lieux. Mais, surtout par esprit et besoin de perfection. Plaçant le bouquet sur la table des réservations, elle y attribua un nom et passa au suivant. Une fois encore, elle s'enferma dans sa bulle pour ne se concentrer que sur les fleurs, sur les alliances de couleur et de parfum. Le tout jusqu'à obtenir un bouquet qui la satisfait. Une fois que ce fut le cas, elle attribua un nom à ce nouveau bouquet avant de retirer son tablier et de récupérer ses affaires. Souhaitant une bonne journée à son patron, elle se glissa dans les rues de la ville pour rejoindre son appartement. Elle avait promis à Deuce d'être à l'heure pour manger avec elle en ce samedi midi.

Hélas, il n'y avait absolument rien à manger à l'appartement et c'était la jeune femme qui était de corvée de course pour la semaine. Alors, faisait un détour elle se glissa dans la petite supérette de quartier et prit tout ce qu'il y avait sur la liste qu'elle avait récupéré le matin-même. Seulement, juste pour être sûr, elle envoya également un message à son amie pour savoir si elle avait besoin d'autres choses pendant qu'elle était au magasin. Lorsqu'elle obtenue la réponse, la brunette fit en fonction du message et termina ses quelques achats avant de passer à la caisse. Le chemin du retour fut des plus fastidieux. Elle avait eu clairement dû mal à tout porter jusqu'à l'appartement et encore plus à ouvrir la porte. D'ailleurs, elle avait tout simplement fini par frapper en espérant que Deuce puisse lui ouvrir. Ce fut le cas ! Génial ! ❝ salut. ❞ souffla faiblement la jeune irlandaise en entrant dans le grand appartement pour déposer les sacs sur le comptoir. ❝ et si on se faisait quelque chose de rapide ? ❞ proposa-t-elle, en commençant à ranger les courses. Cela dit, chez elle, rapide ne voulait pas dire bâcler pour autant. Ahh, le désirs de perfection… A croire qu'elle ne l'avait plus seulement lorsque cela concernait les fleurs.

Le tout ranger, elle entreprit de faire une salade complète avec du saumon vapeur. Quelque chose de simple, de léger et pourtant délicieux. Mais, au milieu de son découpage de tomate, elle s’arrêta pour poser son regard sur son amie. ❝  oh… au fait… euhm… je… comment dire… j’aurais besoin de conseils. ❞ demanda-t-elle difficilement avant de reporter son regard sur les tomates. Ca requête serait tout ce qu’il y a de plus stupides, elle le savait ! Seulement, vu sa maladresse dans les interactions sociales, ce n’était pas plus mal pour autant… Même les soirées étudiantes elle les passait généralement seule. De temps à autre, elle se faisait un petit groupe, mais le résultat était souvent le même. Elle, dans son coin, parlant de manière trop logique.
©S a n i e

_________________


a heaven in a wild flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deuce Al-Rashia


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 08/02/1995
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ▌AVENTURES VÉCUES : 232
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/05/2016
▌CRÉDITS : (c) Rebloggy & (c) Swan & (c) Tumblr
Ton âge : 22 ans les potos !
localisation : à la fac, à l'orphelinat, ou bien dans cet appartement que je partage avec Aloy
emploi : étudiante en 4e année de pharmacie & surveillante à mi-temps à l'orphelinat
humeur : créative

MessageSujet: Re: (deuce) quand la fête devient un cours. Sam 19 Aoû - 16:26

Quand la fête devient un cours.

Trouver son chemin est une affaire personnelle, une affaire de lectures, de rencontres, de famille quelquefois, d'amitié le plus souvent.. ▬ Laurent Lemire

Pour une fois, ce ne fut pas dû à la douce sonnerie de son téléphone que la jeune Musicienne se réveilla, mais à cause des rayons de soleil qui filtraient par sa fenêtre. Pour une fois depuis longtemps, elle pouvait apprécier le plaisir d’avoir un week-end de libre. Avec ses vacances universitaires, la jeune femme rallongeait toujours son temps de travail à l’orphelinat et une petite pause de temps en temps ne pouvait que lui faire le plus grand bien afin de recharger ses batteries. Surtout depuis les quelques semaines hyperactives qu’elle venait de passer. Depuis le départ de son ancienne colocataire, la Brunette avait été en quête d’une autre personne pour la remplacer. En effet, elle se retrouvait dans cet appartement conçu pour avoir assez de place pour deux, seule. La solitude était une chose dont la jeune femme avait peur depuis sa plus tendre enfance. Elle en avait peur car elle lui rappelait ces heures sombres où elle avait perdu ses parents, où la fillette qu’elle était, fut perdue. Elle qui ne se souvenait même plus d’eux : les Cristaux lui avaient tout pris. Ses parents mais également toutes traces que ses parents auraient pu laisser dans ses propres souvenirs. Cette solitude qui pouvait menacer de revenir à la charge aussi rapidement que ses camarades de la Classe Zéro avaient réussi à la chasser. C’était grâce à eux qu’elle avait pu devenir qui elle était. Et pour honorer leur aide, elle se devait de toujours chasser ses propres démons : de chasser cette solitude qui la menaçait parfois. De menacer ce courage qu’elle avait eu de continuer à avancer. Heureusement, une nouvelle Brunette l’avait rejoint très rapidement pour meubler le vide de cet appartement : Aloy. Sa colocataire d’un an sa cadette qui avait posé ses valises ici et qui avait surtout ramené un véritable petit jardin fleuri à l’intérieur même de leur appartement. Et qui avait ramené un sourire sincère sur le visage de son aînée. Elles deux qui partageaient plusieurs choses en commun dont un certain côté réservé mais Deuce lui avait laissé le temps de s’adapter à tout cela.

Prenant le temps de se lever, de prendre son petit-déjeuner et de se doucher, la Flûtiste s’installa sur leur petite terrasse ensoleillée, prête à mettre de l’ordre dans toutes ses partitions. Jusqu’au moment où elle reçut un message de sa nouvelle colocataire, lui demandant si elle avait encore besoin de quelque chose vu qu’elle était en train de faire les courses. Instinctivement, la Brunette tourna la tête pour essayer d’avoir le frigo dans son champ de vision : Aloy avait bel et bien pensé à prendre la liste avant de partir travailler, mais l’attention la fit sourire. Elle n’avait besoin de rien d’autre, ce qu’elle lui fit savoir rapidement, après tout cette semaine, ce n’était pas elle la cuistot cette semaine mais bien sa camarade. Rangeant son désordre de partitions, elle termina à peine que quelques coups se firent entendre à la porte. Se dépêchant d’aller ouvrir, la jeune femme tombée nez-à-nez avec sa colocataire qui tenait à bout de bras des sachets pleins de courses. salut. Deuce saisit un des sacs afin de l’aider à tout transporter. Tu aurais dû m’appeler en sortant de la supérette, je serais venue t’aider à ramener tout ça. Lui dit-elle avec un sourire en la suivant jusqu’au comptoir de la cuisine afin d’y déposer les courses. et si on se faisait quelque chose de rapide ? Acquiesçant de la tête, la Brunette s’en remettait aux talents de cuisinière de sa colocataire avec un sourire : C’est toi la chef cuistot cette semaine, je te suis !

L’aidant à ranger les différentes courses à l’intérieur des différents placards, Deuce entreprit par la suite de préparer la table, voyant que la confection de la salade de sa cadette avançait à un bon rythme. Il lui semblait la voir préparer une belle salade au saumon qui leur apporteraient la fraîcheur dans cette journée d’été. L’aînée se hissa alors sur la pointe des pieds afin d’attraper leurs assiettes dans l’un des placards. oh… au fait… euhm… je… comment dire… j’aurais besoin de conseils. Deuce avait l’habitude de ce genre de demandes parfois un peu surprendre pour un regard extérieur et elle se faisait toujours un plaisir de pouvoir aider Aloy comme elle le pouvait. Deuce était peut-être réservée et parfois timide, mais cela ne l’empêchait pas de vivre. Mais il fallait bien dire que dans certaines situations cela ne lui facilitait pas la vie. Elle ne savait pas dire non par exemple, elle pouvait être prête à aider n’importe qui sans attendre rien en retour, ou encore elle pouvait ne pas aborder les gens de peur de les importuner alors que la situation était tout son contraire. Elle avait du mal à faire le premier pas, c’était aux autres de le faire pour essayer de la découvrir, de la comprendre et de dépasser le bouclier de la réserve de la jeune femme. Aloy n’avait plus ce problème, la Brunette s’était déjà plus ouverte à elle qu’à certains de ses camarades de promotion. Bien sûr je t’écoute, dis-moi comment je peux t’aider. Avec un dernier sourire, elle se retourna vers elle, prête à écouter ce qui la tourmentait. Même si elle était loin de s’imaginer la suite des événements.
made by LUMOS MAXIMA

_________________
It’s time to shine, it’s waiting for you !
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P. Aloy Matthews


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/09/1995
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ▌AVENTURES VÉCUES : 41
▌ARRIVÉ(E) LE : 06/08/2017
▌CRÉDITS : (avatar + aesthetic) moi/noralchemist. (gif) tumblr (signature) astra (icone signature) BONNIE & fksweet
localisation : dans les jardins. vous savez, celle qui parle aux fleurs.
emploi : étudiante en art spécialisation paysagiste et employée à mi-temps à la fleuristerie.

MessageSujet: Re: (deuce) quand la fête devient un cours. Mar 5 Sep - 14:09


quand la fête devient un cours.
aloy & deuce



Samedi matin. Aloy s’activait lentement, réalisant avec soin les bouquets pour les dernières commandes qu’elle prendrait en charge en ce début de week-end avant d'entrer chez elle. Couleurs, parfums. Elle ne laissait rien au hasard pour une harmonie aussi parfaite que possible. Elle était incapable de faire les choses autrement. Les fleurs ayant une place toute particulière dans sa vie, la demoiselle était incapable de bâcler son travail. De plus, perfectionniste et consciencieuse dans l’âme, la demoiselle était capable de se rendre presque malade pour avoir le résultat qu’elle avait en tête. D’ailleurs, elle réalisait parfois plusieurs essaie après avoir réalisé un croquis qu’il la satisfaisait suffisamment. Ce ne fut qu’une fois satisfaisante du résultat que la demoiselle déposa ces créations dans le coin des commandes et y plaça un nom. Passant ensuite dans la salle des employés, elle troqua son tablier contre une petite veste et récupéra ses affaires. Elle souhaita une excellente journée à son patron avant de sortir de la petite boutique, direction la supérette du coin. C’était sa semaine de corvée courses/repas et elle ne pouvait pas la délaisser une journée de plus. Frigo et placards étaient désespérément vides !

Alors, peu de temps après, Aloy se glissait dans les rayonnages de la supérette, poussant son cadi qu’elle remplissait lentement tout en jetant des coups d’oeil régulier à sa liste de courses. Lorsqu’elle arriva à la fin de cette dernière, elle envoya un message à Deuce, sa colocataire, afin de savoir s’il avait besoin d’autres choses. Il suffisait qu’elle s’en soit souvenu dans la matinée pour que ladite chose ne soit pas notée sur la liste, alors la demoiselle préférait se montrer prudente. Et puis, c’était devenu une habitude, ces petits SMS alors qu’elle arrivait à la fin de la liste. La réponse étant négative, Aloy ne s’attarda pas davantage et passa à la caisse. Difficilement, elle porta les différents sacs de courses jusque chez elle. Mais, là, petit problème. Les mains pleines, non désireuse de poser les sacs par terre, elle frappa doucement à la porte de l’appartement. Heureusement, Deuce n’avait pas tardé à lui ouvrir la porte. Piètre sourire aux lèvres, la demoiselle salua son amie qui la libéra d’un peu de son poids et l’aida à tout mettre sur le comptoir de la cuisine. ❝  euh… oui… je n’y avais pas pensé... ❞ murmura-t-elle faiblement à la réplique de la demoiselle. Il était vrai qu’elle aurait pu lui demander de venir l’aider. Elle n’y avait pas du tout penser… Peut-être finirait-elle par le faire avec le temps, une fois plus qu’habituer à cette petite routine qui prenait place.

Finalement, rangeant les courses avec Deuce, Aloy lui proposa de faire quelque chose de relativement léger pour le repas. Un détail qui ne semblait pas gêner sa colocataire qui lui faisait entièrement confiance quant à la conception du repas. Ce fut donc une fois le tout rangé que la demoiselle entreprit de confectionner une salade complète avec du saumon vapeur. Un plat simple, léger et qui tiendrait au ventre comme il se doit. Ainsi, alors qu’elle cuisinait, Deuce s’occupait de mettre la table. À ce moment, d’une voix hésitante, Aloy demanda à son amie si elle pouvait lui donner quelques conseils. Une requête à laquelle Deuce devait bien être habitué depuis le temps. En effet, il n’était pas rare que cette dernière donne des conseils de sociabilisation à Aloy. Elle n’était pas vraiment timide, mais avait un mal fou avec les règles sociales, ce qui pouvait faire d’elle une personne ô combien maladroite avec les autres.

Elle fut rassurée par les paroles de son amie, qui une fois encore n’attendait qu’à l’aider. Après avoir cherché un minimum de courage et avoir fini de couper les tomates en petits des, Aloy prit la parole. ❝  il y a une fête étudiante ce soir… j’aurais aimé y aller… tu peux me donner des conseils ? … pour ne pas rester dans mon coin... ❞ demanda-t-elle faiblement, réalisant la vinaigrette alors que le poisson chauffait.
©S a n i e

_________________


a heaven in a wild flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deuce Al-Rashia


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 08/02/1995
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ▌AVENTURES VÉCUES : 232
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/05/2016
▌CRÉDITS : (c) Rebloggy & (c) Swan & (c) Tumblr
Ton âge : 22 ans les potos !
localisation : à la fac, à l'orphelinat, ou bien dans cet appartement que je partage avec Aloy
emploi : étudiante en 4e année de pharmacie & surveillante à mi-temps à l'orphelinat
humeur : créative

MessageSujet: Re: (deuce) quand la fête devient un cours. Ven 15 Sep - 21:55

Quand la fête devient un cours.

Trouver son chemin est une affaire personnelle, une affaire de lectures, de rencontres, de famille quelquefois, d'amitié le plus souvent.. ▬ Laurent Lemire

Une petite routine s’installait tout doucement entre les deux jeunes colocataires qui avaient emménagées ensemble depuis peu. Aloy avait emménagé ses quelques affaires dans la chambre qui était restée vacante, la chambre de son ancienne colocataire et elle était surtout arrivée avec ses plantes en tous genres qui habillaient maintenant l’appartement de leur chlorophylle naturelle. Une beauté naturelle qui emplissait leur appartement. Un nouveau paysage que la Brunette avait adopté à son tour, admirative de la passion que sa colocataire vouait aux fleurs. Cela lui faisait penser à une de ses sœurs, à Sice qui parlait lors de leurs derniers instants, de vouloir étudier les plantes et les fleurs dans une autre vie, dans une autre boucle, s’ils en avaient l’occasion. Aujourd’hui, tel était le cas. Certes, Deuce ne faisait pas ses études dans ce domaine, mais elle avait entrepris de faire des études : ce qui dans un sens lui permettait d’honorer sa mémoire. D’honorer ses souvenirs et de ne jamais oublier ses camarades. Ses frères et sœurs de la Classe Zero. Alors la Flûtiste semblait toujours captivée lorsque sa colocataire lui parlait fleurs, même si elle ne saurait peut-être pas reconnaître et retenir le nom de chacune des espèces, malgré toute sa bonne volonté. La musique restait son domaine de prédilection. C’était d’ailleurs ce à quoi, la jeune femme s’était adonnée en attendant qu’Aloy revienne des courses après sa matinée de travail à la fleuristerie. Une autre des habitudes que les deux jeunes femmes avaient mis en place, était celle-ci : celle de se distribuer les tâches par semaine. A chacune son tour, elles s’occupaient du ménage et des courses de la semaine et cette semaine, était la semaine de la Fleuriste en devenir. Elle s’était enquis des dernières courses de dernière minute auprès de la jeune femme avant de venir toquer chez eux, les bras chargés de provisions. Deuce lui rappelant qu’elle aurait pu lui téléphoner pour venir l’aider, la demoiselle répondit dans un murmure : euh… oui… je n’y avais pas pensé... Ce qui fit doucement sourire Deuce. Dès son arrivée dans l’appartement, elle avait pu voir et comprendre que la jeune femme était tout aussi réservée et qu’elle avait besoin de temps afin de faire confiance à Deuce et de la comprendre. Cette réaction était typiquement d’Aloy.

Après avoir rangé les courses, elle la suivit dans son inspiration culinaire du déjeuner avec une salade de saumon cuisiné façon vapeur, la Musicienne entreprit de préparer la table, ne voulant pas rester là sans rien fait. Voulant lui donner un petit coup de main, elle aussi. Les assiettes en main, sa colocataire lui demanda si elle pouvait lui donner quelques conseils. Cette situation aussi devait quelque chose à laquelle elle s’habituait. Sa colocataire ne semblait pas toujours très à l’aise avec les interactions sociales, avec les autres. Deuce n’avait pas le même problème : elle était assez réservée, assez timide, mais si quelqu’un faisait le premier pas vers elle, la jeune femme était capable de se libérer et de lâcher quelque peu cette timidité. La Flûtiste lui fit part de son écoute et après quelques instants, après qu’elle ait finit de se concentrer sur son découpage de légumes comme si elle cherchait ses mots, les meilleurs mots afin d’expliquer, d’être la plus claire possible. Afin d’avoir la meilleure réponse de la part de cette colocataire. De cette amie. Plus la préparation du repas avançait, plus cela sentait bon dans leur cuisine et la cuisine libère les cœurs et la parole. il y a une fête étudiante ce soir… j’aurais aimé y aller… tu peux me donner des conseils ? … pour ne pas rester dans mon coin... Posant les assiettes sur la table où toutes les deux mangeraient plus tard, elle se retourna vers elle, avec un léger sourire sur les lèvres. Bien sûr que je peux. Si toi tu veux bien m’expliquer aussi, pourquoi ces soirées étudiantes sont si populaires. Elle avait parfois du mal à comprendre, mais cela devait être très certainement à cause de sa propre timidité.

Hésitante un instant, sur les meilleurs conseils qu’elle pourrait lui fournir, elle s’arrêta finalement sur quelques-uns. Le meilleur conseil que je pourrais te donner, mais qui ne te semblera pas le plus facile est celui de montrer ta personnalité à chacun. Tu as un côté sociable que beaucoup adorerait connaître. Le maître-mot étant de rester toi-même. La Aloy sympathique, souriante, parfois un peu maladroite et totalement passionnée par les fleurs. Avec un sourire qui se voulait rassurant, elle continua sur sa lancée : En observant un peu les autres, tu seras capable de voir vers qui tu peux te tourner pour discuter et n’hésites pas à essayer de faire le premier pas ! On ne sait jamais, tu pourrais tomber sur quelqu’un de très timide, comme moi, qui n’attend que quelqu’un engage la conversation pour s’ouvrir. En n’osant pas, tu pourrais passer à côté de belles rencontres : alors ose. Ose parler aux autres de tout ce que tu veux. De tout ce dont tu as envie de parler avec eux. Je pense que le premier contact est le plus dur. Si celui est passé, le reste ira tout aussi bien. Deuce n’aurait très certainement pas réussie à appliquer ses propres conseils, mais heureusement pour elle, Aloy n’était pas comme elle, elle avait ce côté un peu plus libérée, plus sociale que la première nommée n’avait pas. Ah oui et une dernière chose : ne te fermes pas parce que tu t’es trompée, cela arrive. Tu as le droit à l’erreur. Le droit de t’être trompée sur l’attitude de quelqu’un. Alors si tu vois que tu n'accroches pas avec certaines personnes pour n’importe quelle raison que ce soit, n’hésites pas à essayer d’aller vers d’autres personnes. Après tout, c’est une soirée faite pour faire des rencontres, pour discuter à droite et à gauche mais surtout pour s’amuser. Alors vraiment la meilleure chose à faire pour toi est de t’amuser et de te laisser porter par tes envies et ton cœur. Le test ultime de cette soirée serait tout simplement le sourire de la jeune femme : si cette dernière revenait avec, le pari serait réussi, dans le cas contraire un ajustement serait à envisager. D’autres conseils seraient à revenir chercher…
made by LUMOS MAXIMA

_________________
It’s time to shine, it’s waiting for you !
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P. Aloy Matthews


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 20/09/1995
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ▌AVENTURES VÉCUES : 41
▌ARRIVÉ(E) LE : 06/08/2017
▌CRÉDITS : (avatar + aesthetic) moi/noralchemist. (gif) tumblr (signature) astra (icone signature) BONNIE & fksweet
localisation : dans les jardins. vous savez, celle qui parle aux fleurs.
emploi : étudiante en art spécialisation paysagiste et employée à mi-temps à la fleuristerie.

MessageSujet: Re: (deuce) quand la fête devient un cours. Mer 20 Sep - 14:12


quand la fête devient un cours.
aloy & deuce



Les quelques heures à la boutique du samedi matin avaient rapidement laissé place à un instant courses pour la jeune Aloy. C’était à son tour d’errer dans les rayons de la supérette de quartier à la recherche des éléments de la liste de courses récupérés sur le frigo avant son départ le matin même. Elle avait presque tout lorsque, par habitude, elle envoya un SMS à Deuce, sa colocataire, afin de lui demander si elle avait besoin d’autre chose. Sait-on jamais si elle s’était souvenue d’un truc qui lui manquait au réveil.À la réponse négative qu’elle reçu peu de temps après, la demoiselle se glissa vers la caisse. Elle paya, remplit ses quelques sacs et bien difficilement elle rentra chez elle. À la porte, elle aurait pu déposer ses sacs de courses pour ouvrir la porte, mais qui sait ce qui avait bien pu traîner sur leur paillasson. Elle opta ainsi pour frapper et sa colocataire vint aussitôt l’aider. L’appeler à la supérette ? Aloy aurait peut-être dû. Mais il fallait dire qu’elle s’habituait encore à ce tout nouveau mode de vie, loin de la solitude à laquelle elle était habituée.

Les courses rangées, Aloy proposa à Deuce un plat des plus léger pour le midi. Elle lui Donna le feu vert. Parfait. La demoiselle commençait ainsi à cuisiner une salade au saumon vapeur. Quelques choses de simples et qui pourtant devrait bien les callées jusqu’au soir ou à l’en-cas de quatre heures tout du moins. Là, alors que les brunettes s’activaient chacune de leur côté, Aloy bafouilla une requête à son amie. Ou plutôt demanda quelques conseils à Deuce. Ce n’était pas nouveau à vrai dire. Bien que moins timide que sa colocataire, Aloy pouvait se montrer ô combien maladroite pour les interactions humaines et elle avait pris l’habitude de demander conseil à Deuce qui semblait plus callée sur le sujet. Son amie accepta bien entendu de l’aider. Elle ne se souvenait pas une seule fois où elle avait pu refuser à vrai dire.

Continuant de cuisiner, Aloy expliqua donc la situation à la jeune femme qui mettait la table. Il y avait une fête étudiante le soir même et pour une fois, Aloy avait envie de se mélanger à la foule, de ne pas rester dans son coin à regarder les autres s’amuser en bande. Car, c’était généralement ainsi que la soirée finissait. Elle, seule, avec son verre d’alcool a regarder les autres s’amuser. Bref, une scène qui devenait un peu plus déprimante à chaque fois à mesure que la demoiselle apprenait à vivre avec les autres. Aloy souria, amusé par la requête de son amie. ❝  cela me paraît juste. ❞ Un échange de conseils. C’était souvent ainsi que cela fonctionnait entre elles. Elles s’aidaient à leur manière.

Préparant les plats, Aloy écoutait avec attention les conseils de la brunette. Observer. C’était généralement ce qu’elle faisait, voir tout ce qu’elle parvenait à réellement faire. Elle finissait toujours par se sentir de trop lorsqu’elle commençait à se mêler à un groupe. Malgré tout, il y avait certains point qu’elle n’avait jamais essayés. Elle déposa la salade sur la table et s’occupa du saumon presque prêt. ❝  mm. Mais si tout cela ne les intéresse pas ou bien s’ils se retrouvent à parler d’un sujet qui me dépasse ? ❞ demanda-t-elle faiblement en déposant le poisson sur la table. Après tout, sa passion tournant autour des fleurs et du paysage prenait beaucoup de place dans sa vie. Ainsi, elle n’avait pas beaucoup de connaissances dans les autres domaines. Certes, elle apprenait un peu plus chaque jour, mais c’était loin d’être parfait.
©S a n i e

_________________


a heaven in a wild flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deuce Al-Rashia


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 08/02/1995
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 22 ▌AVENTURES VÉCUES : 232
▌ARRIVÉ(E) LE : 27/05/2016
▌CRÉDITS : (c) Rebloggy & (c) Swan & (c) Tumblr
Ton âge : 22 ans les potos !
localisation : à la fac, à l'orphelinat, ou bien dans cet appartement que je partage avec Aloy
emploi : étudiante en 4e année de pharmacie & surveillante à mi-temps à l'orphelinat
humeur : créative

MessageSujet: Re: (deuce) quand la fête devient un cours. Lun 30 Oct - 22:29

Quand la fête devient un cours.

Trouver son chemin est une affaire personnelle, une affaire de lectures, de rencontres, de famille quelquefois, d'amitié le plus souvent.. ▬ Laurent Lemire

Quelques habitudes s’étaient déjà installées entre les deux jeunes femmes, d’autres avaient besoin d’un peu plus de temps. La cohabitation était encore nouvelle pour chacune, peut-être un peu moins pour la jeune Flûtiste qui avait déjà eu une colocataire auparavant et qui avait vécu lors de son enfance avec ses onze frères et sœurs. Elle avait une force d’adaptation à toutes épreuves : ce qui lui avait permis de comprendre qu’Aloy était d’ordinaire assez solitaire et qu’elle aurait donc besoin de temps avant de s’ouvrir à sa colocataire. Chose qu’elle ne pouvait que comprendre : en plus de sa capacité d’adaptation, elle était également une grande timide et elle-même se retrouvait très souvent dans cette situation. Celle d’avoir du mal à se dévoiler, du mal parfois à aller vers les autres de peur de les déranger, de peur de ne pas arriver au bon moment. Toutes autant de raisons voire même d’excuses qu’elle utilisait en façade afin de se conforter dans sa propre timidité. Mais comprenant le sentiment que la Brunette pouvait éprouver, elle lui laissa l’espace et le temps pour s’habituer à cette nouvelle colocation. La stratégie de la Flûtiste s’était avérée vraie et payante, sa colocataire semblait se libérer petit à petit, de jour en jour. Elles prenaient toutes les deux leurs habitudes tout doucement et celle des petites questions sociales de la part de sa nouvelle colocataire commençaient à devenir une habitude. C’est pourquoi Deuce, lui offrit immédiatement son aide lorsqu’Aloy lui demanda quelques conseils pendant que la préparation de la salade au saumon se poursuivait ainsi que la mise de la table. Les conseils étaient cette fois pour une soirée étudiante organisée le soir-même, ce qui fit la sourire. La pharmacienne en devenir avait parfois du mal à comprendre pourquoi ces mêmes soirées étaient si populaires et pourquoi elles étaient tant prisées de ses autres camarades. C’était d’ailleurs un point sur lequel elle espérait que sa camarade pourrait l’éclairer un peu plus. Après tout, elle n’avait personne d’autre vers qui se tourner. Un sourire naquit sur les lèvres de son amie, son absence de compréhension l’amusait : cela me paraît juste. Peut-être pourrait-elle enfin comprendre l’engouement pour ces soirées par sa parole, ou voir même d’une toute autre manière peut-être…

Lui demandant donc des conseils sur comment se comporter lors de cette soirée, la Brunette prit le temps d’y réfléchir quelques instants afin de lui prodiguer les paroles et les conseils qui lui semblaient les plus pertinents. C’est-à-dire celui de rester telle qu’elle était car là était bien sa plus grande qualité, sa plus grande sociabilité. Connaissant également le caractère de son amie, elle ne pouvait que lui conseillait par la même occasion de ne pas s’arrêter à ses premières impressions et qu’elle avait le droit de se tromper sur la sociabilité des autres. Aloy semblait l’écouter d’une oreille très attentive sa colocataire lorsqu’elle lui expliquait qu’elle devait faire confiance à son instinct, se laisser porter par ce dernier pour aller au grès des courants et des rencontres. Elle pouvait comprendre au travers de ses paroles toute l’amitié qu’elle portait à son égard. Elle était persuadée qu’elle pourrait être bien entourée et se faire de nouveaux amis lors de ces soirées, si elle faisait le premier pas pour aller vers les autres. Chose plus facile à dire qu’à faire et Deuce savait de quoi elle parlait dans ce domaine… L’instant d’après la salade arriva sur la table, alors que le saumon ne mit pas beaucoup de temps à arriver lui aussi, ainsi que la nouvelle question de la Brunette : mm. Mais si tout cela ne les intéresse pas ou bien s’ils se retrouvent à parler d’un sujet qui me dépasse ? Suite aux talents culinaires de sa colocataires la future pharmacienne servit la salade dans leurs deux assiettes. Eh bien sois curieuse et ouverte d’esprit, tu pourrais apprendre pleins de choses en retour. Elle passa au monde l’instant d’après : Pour ce qui est de ta passion des fleurs, crois-moi tu as un vrai talent d’orateur : n’importe qui serait captivé. Moi en tout cas, je le suis. Ses compositions florales étaient une sorte d’art et Deuce ne pouvait qu’y être sensible : de près ou de loin, elle pouvait être sensible à n’importe quel art tant que son interlocuteur savait le faire vivre. J’insiste vraiment sur le fait que tu dois t’amuser, profites-en. Certes cela peut te sembler un peu bateau comme conseil mais s’il y en a un seul que tu dois retenir, c’est celui-là ! Un franc sourire se dessina sur ses lèvres pour la rassurer : Aloy était très sociable, elle le savait. Excellente salade ! Un vrai cordon bleu Aloy ! Affirma-t-elle en prenant une bouchée de leur déjeuner. Les fleurs n’étaient finalement pas la seule chose pour laquelle elle pouvait être douée, la cuisine semblait être un rayon qui en faisait partie également.
made by LUMOS MAXIMA

_________________
It’s time to shine, it’s waiting for you !
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(deuce) quand la fête devient un cours.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1err cours: Les points cardinaux
» [*] [Bet & Pet] PCM Village, quand la légende devient réalité !
» Ginny ☆ Quand l'élève devient à son tour un maître...
» Que faire quand on s'emmerde sur LC FRA?
» Quand le plan du métro devient superflu ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game City :: Game City :: Quartier résidentiel-