AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 Un appel peut changer des vie (Wakka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lulu Fury


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 09/10/1989
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ▌AVENTURES VÉCUES : 107
▌ARRIVÉ(E) LE : 03/12/2014
▌CRÉDITS : unbreakable. ♣ tumblr
Ton âge : 28 ans
localisation : Game City
emploi : Vendeuse dans une boutique de peluche qu'elle créée elle-même
humeur : Comblée ♥

MessageSujet: Un appel peut changer des vie (Wakka) Mer 8 Juin - 13:42


Un appel peut changer des vies
Walu
Nous étions à la maison quand ça s'est passé. De bon matin, je préparais le petite déjeuner, en nuisette. Wakka dormait encore, nous sommes samedi et tout allait changer. Pour l'instant, tout se passer bien, rien de prévu, mon coeur qui me faisait mal quand je pensais à mon bébé, mon fils, mon Vidina. Je soupire, je ne sais pas si cette douleur va partir un jour. Je pense qu'elle ne partira jamais.

C'est alors que le téléphone se mit à sonner. Je m'approche de lui et répond à l'appel. Et c'est là que mon destin changea. Je n'en revenais pas, je discutais avec la personne et me mis à pleurer, mes jambes défaillirent et je suis tomber à genoux, gardant le téléphone avec moi. « Ecouter je ... je vais réveiller mon mari et ... j'arrive ! Merci .... merci infiniment ! » dis je avant de raccrocher. Je me suis relevée et mise à courir dans les escaliers hurlant le nom de Wakka avant d'entrer en trombe dans la chambre « WAKKA !!!!! Vidina a été retrouvé il est à l'orphelinat dépêche toi de t'habiller ! Il faut qu'on y aille !!! Dépêches toi !!!  » surexcitée comme jamais, je me déshabille, lui jette ses fringues à la figure - pour qu'il vouge ses fesses - m'habille en deux temps trois mouvements, portant un robe pour que ça aille plus vite, me parfume, me brosse les cheveux, les dents - avec une rapidité de malade - « Je t'attends en bas !!! » lui dis je en fonçant vers la cuisine pour éteindre le feu qui chauffait les oeufs brouillés et le bacon. Quand Wakka descendit je le regarde, les yeux imbibés de larmes et lui tend les clés « Faut que tu conduises ... je pourrais pas ... on va enfin se retrouver et être enfin ensemble » lui dis je le coeur battant. Je m'avance doucement vers Wakka et le prend dans mes bras, le serre contre moi et me calme. Dans un long soupir, je calme cet ardeur qui a pris mon coeur.

Je finis par le lâcher et ensemble, nous nous en allons vers l'orphelinat. Un silence s'est fait dans la voiture. Je triturais mes mains, le coeur battant. Nous finissons par arriver, Wakka se gare et je sors de la voiture, fonça vers l'accueil. Je décline mon identité et une femme apparaît, sourire aux lèvres, j'ai envie de la prendre dans mes bras, elle me promet d'aller voir notre fils, il suffisait juste de montrer nos papiers. J'attend Wakka, il les a pas moi. Nous avons passés quelques minutes à régler les derniers détails et elle nous emmena vers la nurserie où les bébés étaient pris en charge par des femmes adorables. C'est alors qu'elle arriva vers un berceau, pris un bébé et l'emmena doucement vers nous. Il dormait encore. Non perturbé par le bruit ambiant, la femme me dit qu'il dort n'importe ou et qu'il se fiche du bruit, je regarde Wakka « Un peu comme son père » dis je en riant, elle me tendit mon bébé que je pris doucement. Je me mis a pleurer, les larmes coulaient toutes seules et ma mâchoires tremblait. Je regarde la femme qui m'avait permis ce miracle qui nous souriait avec joie et je lui disais un merci faible mais compréhensif qu'elle me mit une main sur mon bras et nous salua de la tête avant de partir. Wakka et moi sortons de cette nurserie pour ne pas déranger le travail de ces infirmières

« J'arrive pas à y croire ... il est enfin là, dans nos bras ... notre fils »dis je dans un voix étranglée, j'embrassais mon enfant et le tendit à son père, me collant contre lui, cet instant était merveilleux. Vidina ouvrit les yeux, nous regarda et sourit « Et bah alors, on sourit à ses parents ? Bonjour mon fils, rebienvenue parmi nous, et je te promet que plus personne ... ne t'enlèvera à nous » sinon j'allais réellement faire en sorte de retrouver mes pouvoirs .... vraiment
Emi Burton

_________________
Walu

Love Story©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakka T. Auroch


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 04/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ▌AVENTURES VÉCUES : 707
▌ARRIVÉ(E) LE : 26/08/2014
▌CRÉDITS : (c)Galerie.cranberry
Ton âge : 26 ans
emploi : Coach sportif, entraîneur de l'équipe de water-polo ainsi que de celle de volley

MessageSujet: Re: Un appel peut changer des vie (Wakka) Dim 19 Juin - 18:27

Un appel peut changer des vies
Lulu & Wakka



Lulu hurlait, dans son rêve. Au loin, comme si elle l’appelait d’un continent différent. Ses appels était étouffés, terriblement lointains. Brusquement, ils devinrent réels. Wakka n’avait pas du tout rêvé, sa femme l’appelait à plusieurs reprises. En deux secondes, elle se déshabilla et lui jeta des vêtements à la figure. Le rouquin avait cru mal comprendre. Durant une seconde, il lui sembla que leur fils avait enfin été retrouvé. Son regard se porta sur sa Lulu qui se pressait comme jamais, bondissant dans une robe et démêlant ses cheveux à grands coups de brosse. Wakka se précipita à son tour, jetant les draps et passant son jeans puis son t-shirt. Vidina allait réellement revenir à la maison ?

Le coach passa à la salle de bain juste quand Lulu fonçait, le prévenant qu’elle serait en bas. D’une main, il dompta sa tignasse qui s’élevait en tous sens et de l’autre, il se brossa les dents avec force et rapidité. Jetant négligemment sa brosse à dent dans l’armoire à pharmacie, le papa courut à son tour vers l’étage inférieur. À peine arrivé, Lulu lui tendit les clefs en lui expliquant que l’impatience et l’émotion la rendait incapable de conduire. Elle l’enlaça avec tendresse. Wakka la serra dans ses bras et lui chuchota :

- Ça y est, c’est enfin le moment !

Le trajet fut parcouru à une vitesse folle, les deux étant surexcités comme des enfants le matin de Noël. Ils apparurent à l’orphelinat où on contrôla leur identité et leur fit signer des papiers. Wakka avait juste envie de retrouver son fils et il ne se gêna pas pour le faire comprendre. Enfin, on les conduisit à la nurserie. Un bambin dormait paisiblement, profondément plongé dans les bras de Morphée. Lulu fit une petite plaisanterie sur le sommeil lourd de Wakka à laquelle il esquissa un sourire gêné. En effet, quand il dormait ... il dormait !

L’ancienne mage noire tenait entre ses bras le bébé, ses yeux brillaient d’émotion et sa voix tremblait. Wakka sentit la joie l’envahir, il avait envie de bondir jusqu’au plafond et de hurler haut et fort qu’ils étaient enfin réunis ! Vidina, leur fils, était avec eux pour de bon. Le couple quitta l’orphelinat. Cet endroit, ils n’y mettraient sûrement plus jamais les pieds. Lulu et lui avaient désormais eu assez de mauvais souvenirs quant à la disparition de leur bébé pour le reste de leur vie. Lulu était au bord des larmes, elle peinait à réaliser. Quand elle tendit Vidina à Wakka, l’émotion le fit craquer. Quelques larmes de joie roulèrent sur ses joues. Le coach avait beau jouer au dur, quand il s’agissait de sa famille et surtout de sa femme ou de son fils, il n’était qu’un ours en guimauve.

- Je réalise même pas tellement c’est parfait !

Wakka serra Vidina dans ses bras. L’enfant décida enfin d’ouvrir les yeux et observa ses parents en souriant. Le rouquin lui rendit son sourire et acquiesça aux dires de sa femme. Plus jamais personne ne les séparerait, c’était une certitude. Wakka caressa tendrement le crâne doux de son bébé puis releva les yeux vers son épouse. Son visage trahissait une certaine gêne.

- Euh ... Lulu. Maintenant, il va falloir s’équiper !

Il pouffa de rire. En un jour, ils étaient passés de couple seuls à parents avec un bébé en bas-âge. Il devait leur manquer plein de choses chez eux, nécessaire à un bambin comme du lait en poudre, des biberons ou encore une poussette tout simplement. Wakka souleva son fils dans ses bras pour l’amener à hauteur de ses yeux.

- On t’a manqué Vidina ? T’es content de retrouver maman et papa ?

Wakka n’arrivait même plus à décrocher ce large sourire qui trônait sur son visage. Il songeait déjà à tout ce qu’il allait faire pour ce petit bout d’homme. Acheter tout le nécessaire pour bébé ne suffirait pas, Wakka voulait aussi inviter leurs amis proches et leur annoncer la bonne nouvelle ! Depuis le temps qu’il leur en parlait, qu’il se lamentait sur son sort. Aujourd’hui, ils avaient une merveilleuse nouvelle à fêter.

- Je propose que tu le tiennes dans tes bras pendant que je conduis. On va au centre commercial et on achète tout le nécessaire le plus urgent ?

Un siège pour enfant par exemple car niveau sécurité, tenir son bébé à côté du conducteur, ce n’était pas vraiment l’idéal.


_________________
Love the life I live and I will live the life I love
Je suis la vague
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu Fury


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 09/10/1989
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ▌AVENTURES VÉCUES : 107
▌ARRIVÉ(E) LE : 03/12/2014
▌CRÉDITS : unbreakable. ♣ tumblr
Ton âge : 28 ans
localisation : Game City
emploi : Vendeuse dans une boutique de peluche qu'elle créée elle-même
humeur : Comblée ♥

MessageSujet: Re: Un appel peut changer des vie (Wakka) Sam 6 Aoû - 12:57


Un appel peut changer des vies
Walu
Le coeur battant, j'avais réveillé Wakka en un rien de temps, je lui avais même jeté ses affaires sur sa tête pour qu'il se dépêche, je m'étais habillée en moins de deux avant de courir à notre voiture pour filer vers cet orphelinat afin de récupérer notre fils, notre bébé, notre Vidina ... Wakka m'avait arrêté dans cette course folle, avant d'entrer en voiture, pour me prendre dans ses bras. Mes doigts fins, dont j'avais mes habituelles bagues, serrèrent l'homme fort qui était là, contre moi, ces doigts serrèrent sa chemise. je me serre contre lui, incapable de parler pour le moment, luttant contre cette envie de pleurer de joie. Je me retire, plonge mon regard dans le sien « Oui. C'est l'heure » dis je en souriant, les yeux brillants.

Après s'être installés dans la voiture, nous avons roulé pour arriver assez rapidement, mais pas trop vite, afin de récupérer notre enfant. Une fois garés, nous sommes entrés et avons été accueillis par de charmantes personnes. Il fallait d'abord remplir quelques papiers et prouver notre identité. Wakka et moi étions impatients, bien que Wakka plus que moi, si je bien que je devais lui donner des coups de coudes, sous les sourires amusés et compréhensifs des infirmières et de l'assistante sociale, en charge de notre dossier.

On finit par nous emmener vers lui, notre bébé. Le tenant contre moi, il se réveilla doucement, plongeant ses yeux dans les miens, je le sentais : il savait qui je suis. Je lui souris, alors qu'il bougeait légèrement heureux et faisait des gazouillis dans mes bras. Je souris, mes larmes perlaient de bonheur. Ma voix douce rassura mon fils qui pensait certainement que j'étais triste, à cause des larmes. Je m'avançais vers Wakka pour lui tendre notre fils, il était tout aussi ému que moi. Eloignés du personnel, nous étions dans notre bulle de bonheur. L'assistante sociale s'approcha de moi, il faudra qu'elle passe de temps en temps voir si tout se passait bien, j'hochais la tête, si elle voulait, je m'en fichais. C'était question de sécurité, j'approuvais ce geste. Je revins vers Wakka, il fallait qu'on annonce tout ça, à nos amis. Il me tendis notre enfant que je serrais contre moi tandis qu'il me proposait d'aller au centre commercial « Et bien, allons y, on prendra ce qu'il faudra, je propose aussi, du coup, de ranger la pièce atelier, faite pour mon travail, confectionner les poupées, je peux le faire dans le salon ou pendant qu'il dort oh et je veux un rock in chair .... c'est obligatoire » lui dis je en souriant. Serrant mon bébé contre moi, il gazouillait et se collait à moi.

Les infirmières nous avaient donnés quelques affaires de premières nécessité avant que nous partions et nous avons ensuite signé une décharge. Puis, nous nous sommes dirigés vers notre voiture pour partir au centre commercial. Je regarde Wakka , les yeux remplis de larmes « Je suis ... la femme la plus heureuse au monde ... je crois que jamais j'aurais pu supporter ça longtemps, je suis heureuse » dis je, la voix tremblante, le visage remplis de larme, je poussais un soupir de soulagement et regardais notre enfant. Le berçant, je lui chantais une chanson bien connue de Wakka et moi, une chanson de notre enfance
Emi Burton

_________________
Walu

Love Story©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakka T. Auroch


avatar



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 04/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 29 ▌AVENTURES VÉCUES : 707
▌ARRIVÉ(E) LE : 26/08/2014
▌CRÉDITS : (c)Galerie.cranberry
Ton âge : 26 ans
emploi : Coach sportif, entraîneur de l'équipe de water-polo ainsi que de celle de volley

MessageSujet: Re: Un appel peut changer des vie (Wakka) Mar 13 Sep - 11:47

Un appel peut changer des vies
Lulu & Wakka





Tout ce temps à attendre, cette torture de ne pas savoir où était son fils ... au final, plus rien n'avait d'importance. La souffrance était passée et désormais, ils étaient réunis. Wakka ne parvenait plus à cesser de sourire, son regard était fixé sur Lulu dont le visage irradiait de bonheur. La mage, autrefois plutôt taciturne, était devenue rayonnante désormais que Vidina trônait entre ses bras. Ses grands yeux étaient étincelants, brillant d'un millier de larmes qu'elle retenait par fierté personnelle. Le rouquin avait beaucoup de mal à ne pas éclater en sanglots, lui le grand sentimental.

Lulu glissa Vidina dans les bras de son père. Wakka se sentit automatiquement fondre, il avait rarement eu l'occasion d'être aussi heureux. L'homme serra tendrement son bébé contre lui et ne retint pas une petite larme. Après tout, il était un géant au coeur tendre. Tandis que sa femme s'occupait des papiers avec l'assistante sociale, Wakka jouait avec son fils, observait son visage radieux. Lui aussi, paraissait euphorique de les avoir retrouvé. Mais peut-être n'était-ce qu'une impression faussée par ses propres sentiments qui étaient si intenses ?

Le coach rendit leur fils à Lulu qui le prit avec délicatesse et l'étreignit. Ils devaient absolument aller acheter tout le nécessaire pour que Vidina soit le mieux installé possible chez eux. Sans hésiter, la jeune femme proposa de sacrifier son atelier pour en faire une chambre pour leur fils. Wakka approuva ce choix d'un hochement de tête et éclata de rire en entendant l'exigence plutôt surprenante de sa femme. Elle voulait vraiment cette drôle de chaise qui bougeait d'avant en arrière comme dans les vieux films ?

- Si c'est ce que tu veux, tu l'auras !

Wakka posa la main sur celle de Lulu, à cet instant précis, elle aurait pu lui demander de lui offrir une étoile qu'il aurait tout fait pour y parvenir. Plus rien ne lui semblait impossible désormais. Le coach observa une seconde de plus sa femme et leur enfant, attendri par cette scène qui le laissa sans voix. Vidina se blottissait contre sa maman, gazouillant et se collant à elle. C'était tellement naturel pour eux trois de se retrouver.

Il ne fallut que quelques instants de plus pour que Lulu explose de joie. Wakka la regarda avec des yeux écarquillés. Il n'était pas habitué à ce que sa douce s'exprime aussi librement sur ses sentiments. Cependant, ils avaient tellement attendu Vidina qu'il aurait été incroyable qu'ils n'explosent pas de bonheur tous les deux. Wakka prit la main de Lulu et la pressa avec douceur.

- On est vraiment les parents les plus chanceux du monde !

Ils n'avaient pas toujours pu tenir ce discourt. Après avoir perdu leur enfant et avoir enduré des mois de calvaire, Wakka et Lulu pouvaient enfin dire qu'ils étaient parents et heureux.

La voiture démarra et ils prirent la route du supermarché. Wakka ne parvenait plus à arrêter de sourire, la main de Lulu était dans la sienne et Vidina babillait dans les bras de sa maman. Ils avançaient à trois au milieu des allées du magasin et rien n'aurait pu le rendre plus euphorique. L'homme attrapa des paquets de couches, des biberons, du lait pour bébé et tout un tas de choses dont ils auraient forcément besoin désormais.

- Biberons, laits, c'est bon. Maintenant ... il va falloir lui choisir un lit.

Le couple se dirigea vers l'allée où étaient disposés ces lits formats miniatures. Wakka pencha la tête et en observa plusieurs. Il s'arrêta devant un meuble en bois, plutôt joli et dans un style assez rétro.

- Celui-là peut-être ?

Il tourna le regard vers Lulu et Vidina puis s'approcha en souriant. Il glissa le doigt sur le ventre du bébé et le chatouilla.

- Il te plaît ce lit, mon fils ?

Pour toute réponse, le bébé se mit à éclater de rire sous les chatouilles. Wakka tendit les bras pour le prendre quelques instants et laisser à Lulu le loisir d'aller inspecter le lit de plus près. Ils avaient encore toute une liste de choses à acheter et la journée, heureusement, ne faisait que commencer.


_________________
Love the life I live and I will live the life I love
Je suis la vague
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulu Fury


avatar

Feuille de personnage
relations:
à faire:



▌JE SUIS NÉ(E) LE : 09/10/1989
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ▌AVENTURES VÉCUES : 107
▌ARRIVÉ(E) LE : 03/12/2014
▌CRÉDITS : unbreakable. ♣ tumblr
Ton âge : 28 ans
localisation : Game City
emploi : Vendeuse dans une boutique de peluche qu'elle créée elle-même
humeur : Comblée ♥

MessageSujet: Re: Un appel peut changer des vie (Wakka) Mer 12 Oct - 0:39


Un appel peut changer des vies
Walu
Nous avons enfin notre fils, notre Vidinia dans nos bras. Nous nous en allons tous les trois, les uns contre les autres, vers la sortie. Il nous fallait préparer la chambre de notre fils assez rapidement. Je regarde Wakka en lui intiment l'ordre de me prendre un rocking chair,il me regarde, amusé, mais accepte ma requête, en même temps, il n'a pas le choix. Je le regarde et souris, après avoir laissé de côté mon air sérieux, je souris et avance, nous sommes dans la voiture pour nous diriger vers un supermarché le plus proche pour prendre le matériel nécessaire, il fallait aussi prendre d'autres matériels comme les couches ou encore des vêtements, même si je peux coudre ou tricoter quelque chose pour notre enfant

Je crois que je ... peux le dire, mais je ne suis pas reconnaissable, en effet, j'explose de joie, de bonheur, bref de tout. Je soupire de soulagement, serrant mon enfant dans mes bras, le bercant et chantant une chanson, je regarde Wakka, les yeux de larmes de joie et rougit, pas de honte, mais d'émotion et par timidité. Je n'ai pas l'habitude que l'on me voit ainsi et j'espère que personne ne nous a vu, je suis très pudique quand il s'agit de montrer les émotions, je ne le fais qu'en privé et encore ... Wakka me serre la main doucement, j'hoche la tête à sa réflexion, je n'ose plus répondre de peur de pleurer encore une fois, et il commence à rouler. La voiture avance doucement, je souffle, me calme et regarde notre enfant, qui nous regarde et nous sourit, je suis heureuse, vraiment heureuse.

Nous entrons dans le supermarché, le caddie entre les mains, prenant ensuite le matériel nécessaire, Wakka prenait les choses, pour éviter que j'en fasse de même, bien que je puisse prendre le matériel aussi même avec une main. Wakka me regarde, il manque le lit, je secoue la tête « Oui, mais il manque aussi le siège pour voiture, des habits, des grenouillères, de quoi le prendre avec nous quand on sort, bien que mes grandes écharpes peuvent servir à quelque chose » lui dis je. Nous arrivons vers les lits et Vidina semble être enjoué de voir ce que l'on faisait « J'aime bien celui-là » montre je en désignant le lit de la tête. Une jeune femme arriva vers nous pour savoir si nous avons besoin de quelque chose, je la regarde et lui dis clairement que non. Elle s'en va et je regarde Wakka « Quoi ... ? » lui dis je en mettant notre fils plus à l'aise dans mes bras « On a pas besoin de la dame, hein mon bébé ? Il nous faut une poussette ... tu crois que tout va tenir dans la voiture ? » lui demande je

Nous finissons par prendre le reste des affaires, le caddie n'était pas assez gros, du coup, il a fallu que nous demandions de l'aide à la dame pour prendre le reste des affaires. Elle nous a regardé perturbé, limite à nous demander comment ça se fait qu'on s'y prenne que maintenant pour tout acheter, mais elle n'osa rien demander en croisant mon regard. Nous finissons donc par tout payer, j'aidais mon Wakka pour éviter qu'il ne se fasse un gros trou dans le porte monnaie avant de sortir, des jeunes gens vinrent nous aider à tout mettre dans la voiture et s'en allèrent après un remerciement de notre part « c'était ... une journée intense ... je n'ai plus de bras ... et je suis fatiguée, vivement qu'on rentre, il nous faudrait de l'aide pour faire la chambre de Vidina »

Nous entrons dans la voiture « Dis voir ... pour Vidina, dans ce monde, tu crois que se serait plus judicieux de lui modeler son prénom ? Fin' ... Vidina n'est pas un prénom de ce monde et je voudrais éviter de maudire ceux qui le malmènent » dis je sérieusement en regardant Wakka
Emi Burton

_________________
Walu

Love Story©️ sweet peach
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un appel peut changer des vie (Wakka)

Revenir en haut Aller en bas
 

Un appel peut changer des vie (Wakka)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une révélation qui peut changer tout un destin
» Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne le peut changer.
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Ardamis { Guerrier}
» Raf & Kovu ₪ Money money money

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Game City :: Game City :: Azuria Avenue :: Orphelinat "Hillys"-